La censure, d’Hollywood à Internet

Ce billet a été rédigé par Marie Coste, Chloé Demarbaix et Laurence Tranchand Granger.

Cet été, une polémique a éclaté concernant le  film Sin City 2. Un article du Nouvel Observateur relate l’épisode de censure sur la bande-annonce du film par la chaîne ABC mais aussi sur son affiche par la Motion Pictures Association of America. L’objet en cause ? Une chemise de nuit trop transparente pour Eva Green.

Si des pays totalitaires, comme la Corée du Nord ou la Chine, affichent plutôt clairement une censure politique des films et d’Internet, dans d’autres Etats occidentaux la censure est plus à rapprocher d’une certaine conception de la morale que d’une censure établie.

Lors de recherches sur la construction d’Hollywood, nous avons constaté que dès 1930 alors qu’Hollywood vient seulement d’émerger économiquement, les producteurs de cinéma se réunissent en association et mettent en place un système pour “protéger le public”. Ils créent le Code Hays et organisent ainsi une autocensure de l’industrie du cinéma américain.

Dans quel contexte est apparu le Code Hays ?

La métaphore d’Hollywood comme « usine à rêves ou à saucisses » (Otto Preminger reprenant l’expression à Stroheïm) souligne l’ambiguïté d’Hollywood : mi-atelier, mi-usine. Depuis ses débuts, Hollywood est organisée de telle manière qu’elle dépend économiquement des bénéfices générés par l’exportation de ses films. L’industrie hollywoodienne est donc constamment à la recherche de moyens pour développer la satisfaction du spectateur et le fidéliser.

Cette tâche s’annonce difficile car les films génèrent un grand nombre de critiques. Dès les débuts d’Hollywood des pressions s’exercent. L’exemple le plus célèbre, reste  le  baiser de May Irwin et John C. Rice qui attire les foudres des critiques dès 1895 (cliquer sur la photo pour la vidéo).

Au début du XXème siècle, la censure n’est pas institutionnalisée, elle reste le fait de groupes de pression, comme le souligne Francis Bordat :  “A la base, il y a l’action, souvent vigoureuse, des groupes de pression (sociétés religieuses, ligues de vertu, clubs féminins, associations de parents, d’éducateurs, de réformateurs, etc.) qui militent pour l’interdiction ou la modification de certains films et qui peuvent, le cas échéant, en organiser le boycottage”.

Plus le cinéma hollywoodien devient un média de masse, plus les tentatives de pression et de censure se font nombreuses. Au fil des critiques dans les années 1910, des conseils municipaux mais également certains Etats, décident d’adopter des lois censurant le cinéma. Ces différentes législations inquiètent l’industrie cinématographique car elles entraînent des pertes sur le box-office.

L’impact économique est une donnée primordiale dans l’approche du fonctionnement des studios. Les majors voient leurs recettes baisser à cause des critiques des lobbies. Mais, plus que tout, ils sont inquiets de la mise en place d’un regard fédéral qui, en plus de surveiller les contenus produits, s’immiscerait dans leurs pratiques commerciales.

Dès le début du 20ème siècle, le fonctionnement économique des studios hollywoodiens repose sur un monopole basé sur le modèle industriel : de la publicité aux contrats, de l‘exploitation à la distribution, les majors contrôlent tout. Or tout monopole est interdit par la loi américaine… Les studios veulent donc éviter toute intervention de Washington dans leurs affaires qui, dans les années 1930, tournent très bien (véritable âge d’or hollywoodien).

1930 : mise en place du code Hays

L’association Motion Picture Producers & Distributors of America est créée en 1922 par les producteurs. Son objectif est d’assurer la moralité des films et de promouvoir les films à l’international. Cette association est chargée des relations entre l’industrie cinématographique, le public, les associations et le gouvernement.

En 1930, William Hays, sénateur républicain, alors président de cette association, fait adopter un manuel de bonne conduite : le Code Hays. Ce code liste les thèmes, scènes et dialogues interdits. Il possède trois principes fondamentaux :

  • « Nul film ne doit être produit qui abaisserait le niveau moral de ceux qui le voient »
  • « On présentera des standards de vie corrects »
  • « La Loi, humaine ou divine, ne devra jamais être ridiculisée ».

Les objectifs sont multiples :

  • éviter l’intervention du gouvernement américain en gardant la main sur la publicité, les contrats, l’exploitation et la distribution,
  • exporter des films de bonne qualité montrant une bonne image de l’Amérique,
  • fidéliser les spectateurs.

En 1948, l’Etat interdit le droit au monopole ce qui signifie la fin des studios. L’écroulement des studios ira jusqu’à la fin des années 1960, et le code Hays s’effritera peu à peu permettant aux films une plus grande liberté d’images et de sous-entendus dans les dialogues. Cependant d’autres formes de censure viennent remplacer le Code Hays, en 1968 l’institution de la cotation par âges ; en 1999, la  tuerie de Columbine . Cette tuerie alimente le débat à Washington sur la violence au cinéma. Ce sursaut de l’Etat américain rappelle aux studios que la menace d’une censure fédérale demeure d’actualité.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Même si les cinéastes jouissent d’une plus grande liberté cinématographique qu’au moment du code Hays, ils restent toujours sous la contrainte de la Motion Pictures Association of America. Pourtant celle-ci reste controversée. En témoigne cet article du Monde intitulé : “Aux Etats-Unis, du mauvais usage de la censure”.

Il existe aujourd’hui dans nos sociétés une censure plus insidieuse. Un exemple d’actualité nous a particulièrement frappés : le film Love is strange, sorti le 12 novembre 2014 suit l’histoire suivante : “Après 39 ans de vie commune, George et Ben décident de se marier. Mais, au retour de leur voyage de noces, George se fait subitement licencier. Du jour au lendemain, le couple n’est plus en mesure de rembourser le prêt de son appartement new yorkais. Contraints de vendre et déménager, ils vont devoir compter sur l’aide de leur famille et de leurs amis. Une nouvelle vie les éloignant l’un de l’autre, s’impose alors dans leur quotidien”.

Aux Etats-Unis, ce film a été classé R (Restricted Entry). Il est interdit aux enfants de moins de 17 ans non accompagnés. Selon le réalisateur Ira Sachs, cette classification est due au nombre d’injures évoquées et n’est pas en rapport avec la sexualité des personnages. Cette classification est ambigüe car le film Sin City 2 avec plus de scènes violentes et sexuelles, possède la même interdiction.

Les différentes formes de censure exercées à l’encontre de ces deux films, nous interrogent. L’art cinématographique n’a-t-il pas le droit à la liberté d’expression ? Une nouvelle classification des films suivant les genres doit-elle être inventée pour éviter la censure ? La censure entraîne-t-elle une baisse du nombre de films et une fuite des producteurs qui se tournent vers la télévision, comme le sous-entend Ira Sachs dans son interview ?

Qu’en est-il pour le média de masse qu’est Internet ?

Certains Etats comme la Chine n’hésitent pas à censurer de manière forte Internet. Mais dans les démocraties, la censure était-elle vraiment inexistante ? En France, lors du vote récent de la loi sur l’anti-terrorisme, certains députés et journalistes viennent de dénoncer un retour de la censure sur Internet de la part du gouvernement français. Aux Etats-Unis, la morale présente dans l’industrie cinématographique se diffuse également sur Internet. Pour preuve, cet article de la Tribune de Genève:  Les USA imposent leur morale sur le web. Lors de la sortie de la version 2013 d’Androïd, l’absence d’insultes et de mots liés au sexe est dictée par la morale puritaine américaine. Le sociologue Sami Coll souligne comment les géants américains d’Internet imposent leurs règles à l’ensemble du monde.

L’exemple de censure réalisé par Facebook ou de Pinterest sont symboliques du rejet américain de la nudité des corps. Plusieurs cas ont remis en question la liberté d’expression existant sur le site. Facebook se cache derrière ses conditions d’utilisations ou Standards de la communauté Facebook. Le géant du Web distingue 11 catégories d’abus possibles : des violences à la nudité, de la propriété intellectuelle à la sécurité. Souhaitant que l’internaute se sente sur Facebook comme il se sent chez lui, le réseau social censure toute dérogation à cette règle et mélange ainsi les censures de pornographie et les censures d’oeuvres d’art comme ce fut le cas avec l’interdiction de publication du tableau l’Origine du monde de G. Courbet. Suite à des censures et des suppressions de comptes de la part de Facebook, les utilisateurs incriminés ont porté plainte et intenté des procès contre le géant. Depuis Facebook a assoupli certains de ses Standards d’utilisation sur les images de nudité liées à l’art et sur les images de nudité liées à l’allaitement : « Nous respectons le droit de publier des contenus de nature personnelle, qu’il s’agisse de photos d’une sculpture telle que le David de Michel-Ange ou de photos avec un enfant au sein de sa mère ».

Pour conclure, depuis le code Hays la censure touche plus de médias aujourd’hui qu’à l’âge d’or d’Hollywood. Elle est devenue protéiforme en s’intégrant aussi au Web par le biais des Standards de communautés des réseaux sociaux ;  l’auto-censure fait d’ailleurs partie intégrante de leur identité.

Toutefois, si la censure a changé en s’adaptant à son époque, le poids des lobbies et de la consommation de masse ne permet pas aux géants du Web de s’en affranchir. Tout comme les majors, ces derniers organisent leur propre censure pour pouvoir exister économiquement. Pour pouvoir réussir économiquement, les réseaux sociaux doivent rester consensuels. Le maître-mot pour Hollywood ou pour le Web est bien l’économie.

Marie Coste, Chloé Demarbaix et Laurence Tranchand Granger

  • Pour en savoir plus sur la construction d’Hollywood une émission à podcaster
  • Gerstenkorn, J. et Bosséno, C.-M. Hollywood, l’usine à rêves. Gallimard, 1992.
  •  Hollywood face à la censure. Discipline industrielle et innovation technologique / Olivier Caïra. 2005

Laurence Tranchand Granger

Professeur documentaliste. Master Archinfo, promotion 2014.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Fanny Levade dit :

    Je souhaiterai réagir sur la censure des différents géants du web comme Facebook. Leur volonté première est de protéger l’internaute pour qu’il se sente bien, « comme chez lui » mais il y a tout de même une certaine hypocrisie ambiante.
    On est bien d’accord avec le fait que définir des interdictions n’est pas chose facile et demande beaucoup de réflexions et prises de décision. Trouver un juste milieu est compliquée et sur la toile les internautes trouveront toujours un moyen de critiquer les décisions négativement.

    Je parle d’hypocrisie par rapport à la censure présente sur Facebook. Les photographes ou artistes en général doivent pour ne pas montrer la nudité féminine sur le réseau social, cacher le téton de la femme en question (comme ici par exemple https://scontent-b.xx.fbcdn.net/hphotos-xpf1/v/t1.0-9/p526x395/10418459_806356006090983_762853822818718573_n.jpg?oh=cee4e3fe15228494e6b19bfc1e9a9da7&oe=54FD2E7A). Les artistes s’en amusent, d’ailleurs, beaucoup en collant des petits logos Facebook ou des petits cœurs. Une oeuvre d’art telle que L’Origine du monde de G. Courbet citée dans l’article a connu la censure. Doit-on aussi censurer La venus de milo (http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/a/a5/Venus_de_Milo_Louvre_Ma399.jpg/280px-Venus_de_Milo_Louvre_Ma399.jpg) et La Liberté guidant le Peuple de Eugène Lacroix (http://www.histoire-image.org/photo/zoom/tsi5_delacroix_001f.jpg) parce que l’on voit leurs seins? Alors qu’une image avec une connotation totalement sexuelle peut passer car le téton n’est pas montré?

    Il est nécessaire que soit défini la différence entre une oeuvre d’art et une image.
    Dernier point assez paradoxal, sur Facebook lorsque Les inrocks en 2013 vont partager un article sur les femen ils vont être rappelé à l’ordre. Leur publication sur Facebook doit apparaître « tétons » cachés mais lorsque la personne clique dessus il peut voir l’image en question. Nous avons le même problème sur des images violentes qui sont accessibles par les liens Facebook.

    La question est: Comment trouver un juste milieu dans une société qui se balance entre provocation et puritanisme.

    Article intéressant sur la censure du corps féminin http://www.lesinrocks.com/2013/03/09/actualite/censure-de-facebook-le-sein-cest-que-du-bonheur-11372649/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *