Histoire de l’Imprimé

Ce billet a pour vocation de brosser en quelques paragraphes le portrait de la presse française sous deux aspects, tout d’abord journalistique puis sur le volet des supports. Il s’incrit dans le cadre d’un exposé sur l’Histoire de l’imprimerie par Lauriane Philippeaux et Luc Rocher, étudiants en Master Architecture de l’Information.

Presse écrite & journalisme en France

La presse écrite a été accompagnée par deux faits marquants dans ses débuts : la mise en place de l’imprimerie et la naissance des publications périodiques, au XVe siècle.

Avant l’apparition de l’imprimerie, l’information écrite était manuscrite. Des ateliers clandestins de moines copistes produisaient alors des documents appelés « nouvelles à la main », qui se limitaient le plus souvent à de simples feuillets.

Les premiers périodiques

Jean Carolus lance en 1605 Strassburger Relation, le premier périodique imprimé au monde, qui compte quatre pages. En 1610, un annuaire de 1000 pages avec des nouvelles du monde et de France paraît, le Mercure François ; c’est en quelque sorte l’ancêtre de la presse française. Édité au format d’un petit livre, il relata durant près de 40 ans les faits marquants de l’époque.
La Gazette, un périodique créé par Théophraste Renaudot reçoit un monopole d’État pour la diffusion de l’Information. Soutenue par Richelieu – qui fit de ce périodique un moyen de propagande –, la Gazette se spécialise dans les affaires politiques et diplomatiques.
La presse française doit alors en même temps vivre avec la censure.

Mais la presse écrite permet aussi la diffusion d’informations alternatives et de reportages factuels. D’une part, les récits d’aventuriers se diffusent dans toute la France, relatant les nouvelles du monde entier. Dans les journaux, ces récits hauts en couleurs s’éditent sous la forme de feuilletons, partageant les expériences autobiographiques de leurs auteurs. D’autre part, les journaux thématiques fleurissent : du Journal Économique au Journal de Médecine, en passant par le Journal de la Musique, la presse se spécialise peu à peu. Avec la Révolution française, la liberté de la presse s’installe au quotidien ; la Déclaration des droits de l’Homme stipule « tout citoyen peut parler, écrire, imprimer librement ». Elle permit une prise de conscience, même si cette liberté resta fragile et fut remise en cause sous Napoléon 1er.

L’âge d’or de la presse écrite

La presse d’information connaît son véritable essor au début de la IIIe République. Les évolutions techniques, comme l’invention de la presse rotative, permettent d’améliorer significativement les rendements. Le déploiement du chemin de fer et l’alphabétisation obligatoire participent également à sa diffusion.

L’un des journaux les plus importants et puissants de cette époque, Le Petit Parisien (premier journal français « à sensation ») produisait en 1880 40.000 tirages par jour, et 150.000 en 1885. Il disposait d’un immeuble complet avec administration, imprimerie et des centaines de collaborateurs, ainsi que sa propre usine de papier et son réseau de distribution.
C’est d’ailleurs à cette époque que le métier de journaliste émerge peu à peu, soutenu par des agences de presse. Au début du XXe siècle, la presse française compte alors plus de 600 titres de quotidiens.

Le déclin de la presse française

Aujourd’hui, la France est passée de la 1ère place mondiale en 1914 à la 31e, en terme de quotidiens par habitant. Comment expliquer ce déclin ? Certes l’essor des nouveaux médias et d’Internet a participé à cette chute. D’autres font le procès du journalisme même, pas assez renouvelé et trop axé sur des « marronniers » pour intéresser les Français. Force est de constater que de plus en plus de gens se tournent vers d’autres médias pour être leur source primaire d’information.

Histoire des supports

Avant Gutenberg, la transmission du savoir se faisait sur deux formes différentes héritées de l’Antiquité : le volumen et le codex.

  • Le mot « volumen » vient du latin qui signifie mouvement circulaire, spirale, tourbillon, révolution et enfin, rouleau de feuilles écrites, manuscrit roulé, livre. En effet, celui-ci est un rouleau enroulé autour de deux axes verticaux en bois. On est obligé de lire le texte dans l’ordre où il est écrit et il est impossible de poser un repère pour accéder directement à un endroit précis. C’est le principe de la vidéo-cassette. Mais le lecteur a en outre les deux mains occupées à tenir les axes verticaux et ne peut donc pas écrire en même temps qu’il lit. A l’origine fait de papyrus, il sera également plus tard réalisé en parchemin. Le papyrus est une plante de type roseau poussant au bord du Nil notamment. Issu de la tradition antique, il sera néanmoins présent tout au long du moyen-âge.
  • Très tôt le volumen s’est trouvé confronté au codex. Celui-ci, est à l’origine un assemblage de tablettes de bois recouvertes de cire utilisés à l’antiquité romaine. A la fin de l’Antiquité, lorsqu’il supplante le volumen entre le IIe et IVe siècles, il revêt alors l’apparence de superposition de feuillets reliés au dos. Il est réalisé en parchemin. Il devient alors possible d’accéder directement à un endroit précis du texte, principe du dvd. Le codex est également plus facile à poser sur une table, ce qui permet au lecteur de prendre des notes en même temps qu’il lit. Cette forme est tellement efficace, qu’elle est encore celle du livre, plus de 1500 ans après son apparition.

Quant aux supports, l’écriture au Moyen Âge a pour support emblématique le parchemin. Apparu au plus tard au IIe siècle avant J.-C. à Pergame en Asie Mineure ou actuelle Turquie, il est composé de peaux d’animaux : bovins, ovins, caprins qui reçoivent un long processus d’étapes de traitement pour pouvoir être utilisées. Une peau est particulièrement prisée pour sa rareté et sa transparence extrême, c’est celle du vélin ou veau mort-né. Le parchemin est un support complexe à fabriquer, cher, mais extrêmement durable. On évitait de le gaspiller. Aussi, on réparait les peaux abîmées avec du fil et on réutilisait les vieux parchemins après que l’écriture en avait été grattée : on les appelle les palimpsestes.
Résistant et pliable, il fut le seul support des copistes européens au Moyen Âge jusqu’à ce que le papier apparaisse et le supplante. À la fin du XIVe siècle, il est utilisé essentiellement pour la réalisation de documents précieux, d’imprimés de luxe ou encore pour réaliser des reliures. Tandis que le papier est utilisé pour les éditions courantes.

Révolution industrielle

Le parchemin est petit à petit abandonné au profit du papier qui devient une denrée de plus en plus accessible et de moins en moins cher.

C’est incontestablement au XIXe siècle que la fabrication du papier s’industrialise avec l’invention de la première machine à papier en continu de Louis Nicolas Robert (1761- 1828) en 17981. L’alimentation en pâte est alors faite en continu et le papier sort en bobine. En moins de vingt-cinq ans, l’ingénieur Bryan Donkin perfectionne « sa » machine (pas moins de 40 modèles différents).
La marine à voile, grosse utilisatrice de chanvre (cordages et voiles) est remplacée progressivement par la marine à vapeur. La production de chanvre ralentit et celui-ci devient rare et cher. Des difficultés d’approvisionnement en chiffon se font sentir et l’industrie cherche de nouvelles matières premières. Le bois commence à progressivement remplacer le chanvre.

La deuxième moitié du XIXe siècle est marquée par le recours à la chimie. Les travaux du Français Anselme Payen montrent que dans toute matière végétale existe une substance blanche et fibreuse, la cellulose, et qu’il est possible de la récupérer par des réactions chimiques. Ces découvertes permettent d’obtenir des fibres de meilleure qualité et donc d’augmenter les vitesses de production.

Révolution numérique

En 2000, apparaissent les e-books. Le livre devient numérique. Couplé à l’arrivée de la liseuse électronique, le traditionnel livre commence à cohabiter avec des technologies numériques. Serait-ce la fin des supports classiques ? Le débat reste ouvert.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Em' Mercier dit :

    Votre billet aborde deux aspects bien distincts pour lesquels vous avez réussi à brosser deux brefs retours historiques très intéressants mais avec un manque malgré tout de cohérence entre les deux parties.

    Je regrette que les évolutions liées au numérique ne représentent que trois lignes dans votre billet, que ce soit en lien avec le métier même de journaliste qui a vu évoluer au fil des évolutions de l’Internet et de notre Web 2.0 actuel, qu’en lien avec les livres devenus numériques, et ce depuis la mise en place de la première bibliothèque numérique nommée le Projet Gutenberg, qui remonte à 1971.

    Deux ans après la rédaction de votre billet, peut-on déjà essayé de répondre à votre ouverture en conclusion de votre billet, est-ce la fin des supports classiques ?

    Si j’en conviens que deux ans est un délai assez court pour estimer percevoir des évolutions représentatives, le Monde du numérique et des technologies Web et mobile évolue à une vitesse telle qu’on peut déjà dégager des éléments de réponses.

    Depuis que l’usage du livre numérique a fait son apparition en France – partons de la commercialisation des lisseuses électroniques qui ont permis une lecture mobile semblable à celle d’un livre papier, soit aux environs de 2010 – les détracteurs parlent de la « mort du livre papier » tels le Professeur Nicholas Negroponte qui annonçait « la mort physique du vieux livre papier d’ici cinq ans », c’était en 2010. Mais ce sont également les éditeurs, les libraires, les bibliothécaires et bien d’autres qui parlent de la mort du livre papier, terrorisés par la perte de leurs revenus et de leurs activités. Mais le débat est à déplacer, il ne s’agit pas de s’inquiéter de la mort d’un support (le papier) pour la vie d’un autre support (le numérique). Et cela n’a jamais été le cas si l’on reprend l’histoire globale des différents médias. La presse numérique n’a pas supprimé la presse papier, les radios disponibles en lignes n’ont pas tué les postes de radio. Il s’agit de coexistence comme l’explique Marc Jahjah, d’adaptation. Il s’agit d’une offre plus large, de possibilités démultipliées en termes d’interaction et d’accessibilité. Il s’agit de rejoindre des lecteurs et des non-lecteurs.

    Que les pro-papiers se rassurent, le livre papier à encore de longues années devant lui alors que certains comptent déjà celles du livre numérique, de son support et de son format.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *