Retour sur l’atelier MesInfos à Paris

Mercredi 19 novembre, nous avons été accueilli à la fondation Mozilla, à Paris dans un magnifique hôtel particulier du 18ème siècle. Même si le choix du lieu répond essentiellement à des objectifs stratégiques et économiques, cela n’enlève rien de son caractère magique.

Hôtel particulier de la fondation Mozilla, rue Montmartre à Paris, datant du 18e.

Hôtel de Mercy-Argenteau de la fondation Mozilla (Crédit photo : Mozilla)

Pour rappel, la fondation Mozilla est « un organisme à but non lucratif établi en juillet 2003 pour gérer le développement et assurer la publicité des logiciels libres issus de la suite Mozilla »[i]. Son financement provient essentiellement de ses partenariats avec les moteurs de recherche qui ont été modifiés récemment. En effet, Google, alors principal financeur de la fondation, s’est vu remplacé par Yahoo! en tant que moteur de recherche par défaut aux Etats-Unis dans le navigateur Firefox.  La fondation veut donc garder son indépendance en diversifiant ses sources de revenus.

Son objectif principal est l’amélioration d’Internet, c’est donc tout naturellement qu’elle a accueilli l’atelier MesInfos organisé par la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING). La FING a été créée en 2000 pour répondre aux nouvelles problématiques technologiques et sociétales. On compte aujourd’hui plus de 300 membres, des grandes entreprises aux administrations en passant par les associations professionnelles.

L’atelier MesInfos est la continuité des défis du « Self Data ». L’objectif est de « fédérer un écosystème d’innovation et engager des actions, en lien avec les autres initiatives à l’international (USA, UK, Europe…) autour de la maîtrise des données personnelles par les individus »[ii]. Au cours de cet après-midi, quatre ateliers différents étaient prévus pour trouver des solutions viables autour de la technique, l’économie, le juridique et l’empowerment.  Participaient à ces ateliers des individus venant d’horizons très différents : CNRS, entreprises privées comme Orange, Axa, la Société Générale, la Banque postale … Nous étions six étudiants à couvrir ces ateliers en communiquant les idées clés de nos ateliers respectifs sur Twitter (#mesinfos) et en prenant des notes pour garder une trace de cette activité réflexive. Je me suis personnellement occupée de l’atelier économique.

Pendant trois heures environ, les participants ont échangé autour de questions sélectionnées par la FING et ont imaginé comment le défi pourrait être considéré comme accompli. Par exemple, le défi économique portait sur l’importance de l’usage d’un service pour l’utilisateur. Il pourra être considéré comme réalisé si :

  • Les individus et les fournisseurs des produits/services sont dans une position gagnant/gagnant.
  • Il y a tout un écosystème, un ensemble d’entreprises capable de fournir des services à valeur ajoutée. Le service devra être suffisamment intéressant pour qu’un paiement soit envisageable.
  • Un acteur alternatif, libre, soutenu par une communauté, parvient à dépasser des technologies/services propriétaires.
  • Un ou plusieurs business models innovants émergent.
Photo du déroulement de l'atelier MesInfos (Crédit photo Fabian Ramirez Flores)

Photo du déroulement de l’atelier MesInfos (Crédit photo Fabian Ramirez Flores)

Ainsi, malgré certains monologues et une certaine nuisance sonore, les idées ont rapidement fusé et les échanges se sont révélés constructifs. Ils sont parfois partis dans toutes les directions, l’animateur était heureusement présent pour recadrer même si cela s’est souvent avéré difficile. Malgré leur haute qualification, les participants ont su se mettre à notre niveau et répondre à nos interrogations sur des termes inconnus. J’ai particulièrement apprécié cette prise de considération et ce contact aisé. Nous remercions particulièrement Stéphanie Lacour (directrice de recherche au CNRS) et Christophe Benavent (professeur à l’université Paris Ouest, spécialiste en marketing) pour avoir accepté de nous faire un retour sur cet après midi. Ils soulignent la stimulation intellectuelle engendrée par ces ateliers. Selon eux, même si de nouvelles idées ont été évoquées, un grand nombre d’obstacles reste à dépasser dans le monde juridique ou dans nos habitudes de travail. 

Cette expérience était très enrichissante car l’exploitation de nos données personnelles est un véritable enjeu aujourd’hui. Pensons par excemple à la nouvelle politique de confidentialité de Facebook qui sera appliquée au 1er janvier 2015. Aujourd’hui, le réseau social collecte nos données personnelles à travers nos publications et aux informations enregistrées par les sites et applications liés à Facebook. Cette collecte est obligatoire et comprend notamment : notre réseau de contact, nos informations de paiement, les informations liées à nos appareils utilisés pour nous connecter, les informations provenant de partenariat de Facebook avec un tiers (connexion Facebook pour s’inscrire sur un site notamment). Cette liste est non exhaustive et la quantité d’informations recueillie est impressionnante.

Mais qu’en fait-il ? Le site propose quelques éléments de réponses : proposer une expérience utilisateur plus agréable, communiquer sur leur produit avec nous, proposer des publicités qui correspondent mieux à notre profil et améliorer la sécurité. Ces justifications restent tout de même minces car ces thématiques sont très larges. Olivier Iteanu, avocat et spécialiste des droits sur Internet, rappelle dans une interview que la collecte de nos personnelles est l’essence même du réseau social et qu’il s’en sert essentiellement pour effectuer du marketing prédictif. Cependant, les individus sont de moins en moins dupes et aimeraient pouvoir protéger leurs données. Des publications référençant de faux articles de lois demandant l’arrêt de ces collectes ont vu le jour. Ce statut n’a malheureusement aucune valeur. 

Ainsi, trouver une alternative à la collecte obligatoire de ces données en échange du service proposé est une véritable nécessité aujourd’hui. L’atelier MesInfos a donc toute sa légitimité.

Pour revenir sur cet événement, un Storify a été créé.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *