La radio 2.0

Ce billet a été rédigé par Aurély Jautard & Emeline Mercier.

En 2013, la radio a atteint un record historique, selon l’étude de Médiamétrie sur la radio 2.0 publiée en octobre de la même année, en atteignant les 43,3 millions d’auditeurs français chaque jour, dont 1,4 million acquis ces dix dernières années.  Parmi ces 43 millions, environ 10 %  des auditeurs écoutent la radio via un support numérique – smartphone, ordinateur ou tablette. Comment, au fil des ans, la radio a réussi sa transition vers le numérique devenant ainsi un média transcanal par excellence ?

Des révolutions portées par Internet et les technologies mobiles

Parmi les différentes évolutions qu’a connues la radio, certaines l’ont changée profondément, l’amenant ainsi à repenser sa diffusion, sa présence, son mode de fonctionnement, en bref c’est le modèle entier de la radio qui a été repensé.

Premier pas vers son omniprésence, la radio analogique est devenue numérique au début des années 90. Il était désormais possible d’écouter la radio sur sa télévision via le câble et le satellite. Aujourd’hui, 1,2 million d’auditeurs utilisent ce support, principalement chez les 60 ans et plus.

À la fin des années 90 c’est Internet qui a chamboulé le monde tel que nous le connaissions et avec lui la radio. Les stations du monde entier sont désormais disponibles en ligne, via leur site internet ou d’autres sites de streaming. De plus, des milliers de radios diffusées uniquement en ligne et appelées webradios se sont rapidement développées (en tout cas jusqu’en 2007, où une réglementation des webradios a considérablement ralenti leur essor et contraint certaines à s’arrêter).

Le développement des technologies portables a également joué un rôle dans l’accès à la radio, devenue dès lors beaucoup plus mobile. Il en était fini du ghetto-blaster sur l’épaule. La radio est disponible dans notre poche, sur notre téléphone mobile, qu’on l’écoute via les ondes FM ou via Internet. Aujourd’hui, ce sont 2,6 millions d’auditeurs qui écoutent via leur téléphone mobile leurs émissions préférées.

Les pratiques d’écoute ont évolué vers la désynchronisation, poussées également par Internet et par les possibilités des technologies mobiles. Ainsi les radios ont mis à disposition de leurs auditeurs des podcasts (qui participent également à la conservation et à l’archivage des contenus), pouvant être écoutés n’importe quand !

Enfin c’est la participation qui s’est accrue. Que ce soit grâce au Web 2.0 dit participatif et aux internautes-acteurs qu’il a créé ou grâce, ici aussi, aux technologies mobiles, il est devenu bien plus facile pour les auditeurs de participer et de devenir les acteurs des émissions qu’ils écoutent (via les réseaux sociaux, l’envoie de sms, etc.).

Ubiquité et omniprésence, oui mais pour quoi faire ?

Depuis toujours, la radio dispose d’une ubiquité parfaite, Francis Balle écrit en 2014 dans Les médias : “les messages sont reçus à l’instant même où ils sont émis, sans aucun délai. En outre, ces derniers atteignent instantanément tous les membres d’une population dispersée, qu’ils se trouvent chez eux ou ailleurs, qu’ils soient seuls ou rassemblés”

Portée par les révolutions du Web et des technologies mobiles, la radio est aujourd’hui omniprésente en plus d’être ubiquitaire et ce grâce aux nombreux supports sur lesquels on peut désormais la retrouver : télévision, poste de radio, mais également smartphone, ordinateur et tablette. En tout, c’est sur plus de 9 supports par foyer qu’on peut écouter la radio aujourd’hui. Au-delà des supports, nous disposons également de plus en plus d’outils pour la rejoindre, l’écouter et y participer : applications mobiles, widgets, podcasts, site internet, site de streaming, “like” et partages sur Facebook, Tweets sur Twitter, sms, etc.

Au fil des années, la radio s’est adaptée au numérique d’une façon prodigieuse, elle a su créer et innover et se qualifie aujourd’hui comme un média transcanal.

Un point sur le trans-canal

Provenant du domaine du marketing, le transcanal se rapproche de deux autres pratiques appelées le multicanal et le crosscanal. Si le multicanal vise à multiplier les canaux afin de rejoindre et de traiter une cible différemment d’une autre, le crosscanal de son côté vise à multiplier les canaux qui vont ainsi se compléter. Le transcanal est alors la réunion de ces deux stratégies : savoir rejoindre différentes cibles grâce à une combinaison optimale de canaux.

Parce que la radio ne sollicite que notre ouïe, elle a depuis toujours été un média d’accompagnement. C’est peut-être l’une des raisons qui explique pourquoi elle a si bien su s’adapter au numérique. C’est un moyen offrant plus de possibilités à la radio pour rejoindre les auditeurs et accroître leur participation.

La présence en ligne

Via leur site Internet, les radios peuvent désormais rejoindre les 2,986 milliards d’internautes internationaux sur la toile. Par mois, la radio en ligne atteint en moyenne 38 % des internautes français de 15 ans et plus. Si la création d’un site internet a permis à la radio de se créer une identité visuelle et d’être présente là où la population est désormais présente, cela lui a également permis d’enrichir son offre. L’écoute en streaming live, la création de podcasts et donc le téléchargement de ces derniers gratuitement, la possibilité de retrouver la grille des programmations musicales, des articles divers et variés sur l’actualité générale ou propre à la radio, des photos et des vidéos, entre autres, des émissions, de nombreux concours, fil Twitter, lien de téléchargement des applications et widget.

D’ailleurs à propos des vidéos, finalement l’un des buts de filmer les émissions de radio n’est autre que de rejoindre les internautes là où ils ont l’habitude d’aller : par exemple Youtube ou Dailymotion. Le tiers des internautes ont déjà regardé une vidéo d’une chronique ou d’une émission de radio, selon l’étude Médiamétrie précédemment citée.

La présence mobile

On retrouvera ici les mêmes caractéristiques que la présence en ligne puisque les smartphones et tablettes offrent la possibilité d’aller sur internet. Mais plus particulièrement, les applications mobiles permettent d’écouter la radio live n’importe où, les podcasts sont téléchargeables directement sur le smartphone et écoutable n’importe quand créant ainsi un nouveau modèle désynchronisé, des actualités sont également disponibles. Les applications du groupe Radio France permettent, par exemple, d’écouter toutes les radios du groupe via une seule de ses applications. Les cibles les plus mobiles sont désormais atteignables, et ce hors de la voiture.

La présence sur les réseaux sociaux

Si l’écoute n’est pas (encore) permise sur Twitter ou Facebook, la présence sur ces derniers permet d’élargir sa présence sur le Web et les émissions de radio incitent de plus en plus leurs auditeurs à interagir avec ces derniers : lecture de tweets en live, concours, micro-sondages, dédicaces, choix du Top 20, etc.

Peut-on encore parler de radio ?

Plus forte de son expérience et de ses apprentissages, aujourd’hui la radio est dotée de nombreux atouts qui font d’elle un média privilégié cependant ces diverses évolutions ont profondément modifié la définition même de ce média.

On pourrait alors se demander si la radio peut encore être considérée simplement comme telle ou alors devons-nous lui trouver un nouveau nom qui irait avec le caractère hybride qu’elle a su se donner ? Pour exemple, on peut s’interroger sur la “radio filmée”, est-ce encore de la radio “traditionnelle” ? Didier Allard, de l’INA revient justement sur tous les nouveaux aspects de la radio. On serait tentée d’aller dans son sens, où le principe de radio réside dans le fait que les contenus soient créés avant tout pour le son.

Finalement, à travers ces différentes applications, la radio sait surtout s’adapter, innover et créer des “émissions enrichies, des contenus adaptés aux usages mobiles des auditeurs et surtout une radio résolument sociale.”

Selon vous, la radio est-elle encore de la radio qui a simplement su s’adapter aux évolutions ou s’est elle transformée au point de sortir de son cadre et de son intitulé traditionnel ?

Pour aller plus loin

“Comment la radio tire-t-elle profit du web ?” par Nourhane Bourzif

 “Les sites internet des radios – L’arrivée de l’internet dans l’organisation du média radio : mutation du média, complémentarité ? Quelles conséquences et apports pour les auditeurs et le média radio ?” par Paul Verlaine

“Derniers chiffres clés Radio 2.0” (Médiamétrie). Par Charles-Eric Lepez (Médiamétrie-eStat) et Julie Terrade (Médiamétrie)


Emeline Mercier

Développeuse de livres numériques et UX Designer

More Posts - Website

Follow Me:
TwitterLinkedIn

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Fanny Levade dit :

    Malgré cette volonté qu’a la radio de s’adapter aux évolutions technologiques et numériques Radio France va rencontrer des problèmes au cours de l’année 2015. Il laisse apparaître un trou budgétaires de 20 millions d’euros, première fois dans l’histoire de ce groupe (http://www.lefigaro.fr/medias/2014/12/11/20004-20141211ARTFIG00337-radio-france-face-a-un-trou-budgetaire-de-20millions-d-euros.php)
    Depuis que le nouveau président Mathieu Gallet a pris en mains la maison de la radio, il apporte du renouveau et il a proposé différentes innovations comme compléter les émissions radio par l’image avec des captations en direct visionnables en ligne.
    (http://www.challenges.fr/media/20140827.CHA6960/comment-radio-france-veut-mettre-le-paquet-sur-le-numerique.html)
    Mathieu Galler a compris que si Radio France devait continuer à vivre dans les médias français il devait innover et initier des changements.

    A mon avis, le trou budgétaire annoncé pour 2015 est la conséquence de toutes les innovations numériques qui ont chamboulé l’importance de la radio dans notre société. Il y aura peut être et je le souhaite, un retour de Radio France. L’audience rencontre aussi des problèmes mais certaines radios comme France Inter connaissent des croissances d’audience.(http://www.lemonde.fr/actualite-medias/article/2014/11/19/radios-france-inter-remonte-nrj-flanche_4525642_3236.html)

  2. Anna Leah dit :

    @ Emeline and @ Aurely: You ask a great question about the evolution of the radio into the digital age. As an avid podcast consumer, I don’t think that radio has either “merely evolved” or “completely transformed itself.” Rather, I think it’s too soon to call the shots. It’s clear that just as Netflix transforms television consumption and production, so too has digital radio transformed radio production and consumption. Yet the constants, the demand for high quality sound and programs, remain the same. What’s more, while consumers seek ever more sophisticated and immersive multi-media environments, their appetite for sound, without visual effects, remains high. According to the Blog Radiopub, an astounding 81.8% of people aged 15 and up listened to the radio between in 2013-2014. That young people, who’ve grown up with televisions and internet, continue to turn to the radio can only represent a good portend for the future of the medium.
    I would’ve loved for you to discuss the role of podcasts in French society. Podcasts have left an interesting mark on American audiences. On the one hand, we don’t attribute to podcasts any particular attention. On the other hand, they’ve had a steady (and lucrative) rise in popularity in the U.S. since their introduction in 2005. Podcasts have moved away from just comedy and satire or recorded versions of radio shows to represent their own, standalone entertainment units. If you haven’t heard about Serial, I’d highly recommend you check it out! Serial is a standalone podcast, blessed with the legitimacy of radio giant This American Life, that’s taken the US by storm this fall.
    One last thing, you’ve got such wonderful content but some of your statistics get lost amid the maze of sentences and paragraphs. I would’ve loved to have seen some images (of a ghetto-blaster?) or some graphs presenting your statistics in a visual way.

  1. 12/12/2014

    […] La radio 2.0 […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *