Numérisation et enjeux mémoriaux

Billet rédigé par Dorian SEILLIER.

Le 10 novembre dernier se tenait dans les locaux de l’Ambassade de France à Berlin le forum « Archives numériques et mémoire culturelle », premier des trois forums organisés par le service culturel de l’ambassade et l’Institut français sur le thème « Culture / Numérique ». Il réunissait une centaine d’acteurs du numérique français, allemands et européens, aux domaines d’expertise très variés : chercheurs, artistes, journalistes, responsables politiques ou représentants d’institutions culturelles, ils ont débattu lors de tables rondes et de questions/réponses autour des enjeux et problématiques de l’archivage numérique – enjeux et problématiques multiformes, puisque la question de l’archivage, de la construction d’une mémoire collective, suscite parfois dans la vie publique des débats passionnés tant elle est liée au destin d’une communauté, qu’elle soit locale ou nationale. La constitution d’un patrimoine numérique est nécessairement le fruit de choix et d’oublis ; la question qui se pose alors est celle de ce qu’on veut garder et de comment on souhaite le préserver.

Archivage du web et patrimonialisation

Durant ce forum, le responsable du dépôt légal numérique de la BnF (Bibliothèque nationale de France), Clément Oury, a décrit le processus d’entrée d’un document numérique dans les archives d’une institution culturelle et patrimoniale aussi prestigieuse. Pour qu’un document numérique soit archivé, il est soit déposé, soit collecté.

Quand il s’agit d’un dépôt, cela suppose qu’il y ait un éditeur identifié, ce qui n’est pas toujours le cas sur le web, et qu’il accepte de travailler avec l’établissement. Cela suppose aussi que la volumétrie des données soit raisonnable, ou que le processus soit automatisé. L’objet du dépôt, ce sont les équivalents numériques de documents : des livres numériques, du son ou des vidéos sous forme dématérialisée. Les avantages de ce mode d’entrée dans l’institution patrimoniale, c’est que cela permet de compléter les collections, un signalement individuel et un lien avec les éditeurs de contenus.

Quand il n’y a pas d’éditeur pour faire le dépôt légal, la patrimonialisation passe par la collecte. Les contenus sont capturés sur le web par un robot (ce qu’on appelle un crawler) auquel on fournit une liste d’adresses URL qui sont les pages d’accueil des sites qu’on souhaite archiver. Le robot se comporte alors en internaute automatique, et enregistre tous les contenus qu’il découvre. Il est piloté par les humains et doit respecter un certain périmètre : le temps et la profondeur de collecte. Cette modalité de périmètre permet de respecter les objectifs des institutions qui archivent le web. La BnF archive tous les ans l’ensemble du web français. L’avantage de cette méthode, c’est que les producteurs de contenu ne sont pas sollicités. C’est la seule technologie pouvant passer à l’échelle du web. Cela suppose que toutes les méthodes de collecte soient automatisées.

Culte de la mémoire ou mémoire culturelle

Ayant reçu une formation d’historien, une question posée par un membre du public m’a interpelé. Chercheur en histoire contemporaine au CNRS, il a interrogé les intervenants sur l’éventuelle motivation politique sous-jacente aux entreprises mémorielles qui agitent nos sociétés : « On a compris l’attente croissante de la société civile pour une conservation toujours plus grande, toujours plus complète de nos données et de toutes les traces du passé quelles qu’elles soient. Ne pensez-vous pas que les sommes considérables actuellement employées dans les entreprises de numérisation, à la fois du public et du privé, alimentent un projet politique plus large qui viserait à augmenter la part que la mémoire et les enjeux mémoriaux occupent dans le débat public, au détriment de l’histoire ? La visée à long terme de ces entreprises ne serait-elle pas de fragmenter l’ensemble du débat politique ?« .

Dans un monde où la place allouée au phénomène commémoratif s’étend de plus en plus, la question semble légitime car elle interroge l’usage et donc la valeur de ce qu’on souhaite préserver. M. Clément Oury a répondu en distinguant de façon claire le rôle des archivistes de celui des historiens : aux premiers le soin de rassembler les matériaux sans considération éthique ou politique ; aux seconds d’effectuer le nécessaire travail d’analyse et de critique. La récolte d’un côté, la mouture de l’autre. Une dissociation qui semble difficile à maintenir, car le « tout-archive », l’accès total et généralisé, le manque de filtres contextuels peuvent conduire à une « infobésite » mémorielle non souhaitable, et potentiellement récupérable à des fins politiques.

Pour en savoir plus :


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Zeller J.-D dit :

    Votre question est pertinente, elle ne date pas d’hier.
    Dans le domaine analogique on estime depuis longtemps que seul 5% de la masse documentaire devrait être conservée. Au grand dam des historiens qui ont toujours voulu PLUS de documents, sans pour autant être en mesure de les traiter.
    La démarche d’évaluation des archivistes défend l’idée de la pertinence et de la signifiance des documents sélectionnés pour la conservation, en sachant que les choix seront de toutes façons critiquables et critiqués (parmi les oubliés récurrents: les minorités ethniques ou sociales, les femmes, les « normaux », etc.)
    Le numérique entretien actuellement l’illusion que l’on peut(pourra) garder beaucoup plus sinon tout.Mais pour pouvoir traiter cette masse il nous faut admettre que les méthodologies de l’histoire doivent changer. Il nous faut concevoir une nouvelle génération d’historien-algoritmiciens, en mesure de traiter avec éthique ces masses de données. A mes yeux, ils ne sont pas encore nés même si certains les conçoivent. On attend par exemple les résultats des analyses des archives de twitter versées à la Library of Congress en 2010 !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *