Accessibilité Web en France, le service public en panne

Billet rédigé par Emeline Mercier et Aurely Jautard

Depuis plusieurs années maintenant, se développe une nouvelle facette du design, prenant en compte l’expérience utilisateur, c’est-à-dire la façon dont l’utilisateur va apprécier ou déprécier un site web, une application ou une interface. Souvent cette expérience peut être altérée par le manque de moyens mis en œuvre pour favoriser l’accessibilité des sites web aux personnes qui peuvent souffrir de handicaps physiques ou psychiques. On associe trop généralement le terme d’accessibilité à un handicap purement physique, alors que de nombreuses personnes souffrent également de handicaps moins visibles et pourtant très gênants en termes d’interaction homme-machine. Ces barrières peuvent être culturelles, sociales, mais aussi dues à l’âge ou tout simplement au contexte d’utilisation d’une application ou d’un site. Aujourd’hui, où en est la législation française face à une demande grandissante des utilisateurs. Quel chemin reste-il encore à parcourir pour les services publics en ligne, afin de relever le défi de l’accessibilité du web? 

Comment s’organise la réglementation de l’accessibilité en France ?

Afin de cadrer et de réglementer l’accessibilité des sites web, des autorités émanant du World Wide Web Consortium (W3C) ont vu le jour comme le Web Accessibility Initiative (WAI). Le WAI est à l’origine de recommandations ou “guidelines” comme le Web Content Accessibility Guidelines (WCAG).

En France, l’obligation d’accessibilité des sites institutionnels est régie par le Référentiel Général d’Accessibilité pour les Administrations (RGAA). Les sites privés quant à eux, peuvent se référer au RGAA et au projet AccessiWeb mais n’en ont pas l’obligation. Le Référentiel Général d’Accessibilité pour les Administrations (RGAA) est un document de référence, (largement inspiré du WCAG américain) permettant de définir les modalités d’accessibilité des services en ligne de l’État, des collectivités territoriales et des établissements publics qui en dépendent. Ce référentiel s’applique principalement au Web, mais aussi à la télévision et à la téléphonie. Depuis 2011, les évolutions du RGAA sont sous la responsabilité de la DISIC, la Direction Interministérielle des Systèmes d’Information et de Communication.

En France, un deuxième référentiel basé sur WCAG avait vu le jour avant l’arrivée du RGAA : Accessiweb. Ce projet est le résultat d’une collaboration la société Qelios et  de l’association BrailleNet. Outre son référentiel, Accessiweb propose également des formations, un label et des projets de recherche au niveau européen effectués par une communauté de professionnels GTA (Groupe de Travail Accessiweb) très active.

Jusqu’à présent il existait donc deux référentiels, dont un, jugé plutôt complexe : le RGAA, et un, plus adapté aux évolutions du WCAG :  AcessiWeb. Pour palier à cette incohérence, il a récemment été décidé de mettre en place une nouvelle version du RGAA s’appuyant sur le référentiel Accessiweb et permettant la mise à jour des évolutions du Web notamment au niveau du HTML 5, et d’ARIA (Accessible Rich Internet Applications) une spécification sur l’accessibilité des contenus enrichis (images, vidéos, sons etc.). Cette version bêta nommée RGAA 3.0 a été soumise à commentaires pendant les mois d’octobre et de novembre 2014, et doit être lancée définitivement début 2015. Suite à ces nombreuses évolutions de la réglementation censées faciliter les démarches d’accessibilité, qu’en est-il de l’application du référentiel aux sites web des bibliothèques et services publics ?

Les bibliothèques et autres services publics aux abonnés absents.

Jusqu’à présent aucune étude n’avait été réalisée sur des données précises en termes d’accessibilité des sites et portails de bibliothèques. Une enquête à donc récemment été menée au deuxième semestre 2014 par Tosa Consultants (conseil en systèmes d’information) et PixFL (conseil en accessibilité numérique) en coopération avec l’association BrailleNet et dans le cadre d’une collaboration avec le Ministère de la culture et de la communication, afin d’obtenir un état des lieux sur l’application de la réglementation RGAA. Et surprise, les résultats quantitatifs de cette enquête sont plutôt (très) décevants.

L’enquête a été menée sur un échantillon de 130 sites regroupant des bibliothèques intercommunales, municipales et départementales de prêt. Par ailleurs, l’échantillon comprend la BnF, la BPI et la Ville de Paris. Sur les 133 sites étudiés, aucune attestation de conformité au RGAA n’a été identifiée et 20 sites seulement proposent une page présentant la politique d’accessibilité numérique de la bibliothèque. Ces résultats viennent compléter une étude précédente de BrailleNet qui, sur un corpus de 602 sites publics, recensait seulement 22 sites accessibles.

Même si certains sites proposent des critères d’accessibilité (contraste élevé, responsive design, page d’aide, etc.), ces résultats restent décevant pour plusieurs raisons. Premièrement, si les institutions publiques (dont les grandes bibliothèques) n’appliquent pas cette réglementation pourtant obligatoire, il y a de quoi s’inquiéter sur l’état de l’accessibilité des sites privés non obligés de se conformer à la RGAA et des sites institutionnels de moins grande envergure. Deuxièmement, l’enquête montre aussi que les services publics connaissent peu ou pas la marche à suivre en termes d’accessibilité et qu’il y a donc un besoin de sensibiliser les acteurs publics, les élus, mais aussi les responsables de bibliothèques. La sensibilisation pourrait passer par un “site témoin”  explicitant les démarches à mettre en œuvre ou encore des formations adaptées comme le propose le site AccessiWeb.

Tout reste encore à faire

L’accessibilité ne devrait pas être une contrainte mais un réflexe naturel. Contrairement aux idées reçues, un site dit accessible n’est pas plus cher (en terme de temps et d’argent) à créer et à mettre en place. Comme le rappelle Harmony Altinier, co-fondatrice du cabinet spécialisé Access42 et partie prenante de la mise à jour du RGAA : “Les personnes en situation de handicap sont d’autant plus demandeuses que ce sont de grandes utilisatrices de l’e-administration. Nombre d’entre elles prennent leur ordinateur pour faire leurs démarches administratives faute de pouvoir se rendre en mairie, en préfecture.” Des CMS du type WordPress, Joomla, ou Drupal sont adaptés pour produire des sites accessibles, alors pourquoi priver 20% de la population française d’accéder à des services publics de qualité ?

Pour aller plus loin:

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *