Plongeon dans un océan d’applications

Ce billet a été rédigé par Fanny Levade et Fabian Ramirez Flores

Promenade sur le quai des applications

L’apparition, en 2007, du smartphone d’Apple, l’iPhone a révolutionné le monde de la communication portable. Rapidement, il s’est positionné comme un des appareils le plus avancée au niveau technologique. Il est devenu indispensable pour beaucoup d’activités de la vie quotidienne. L’iPhone et les smartphones en général ont transformé notre manière de consommer.

L'iPhone, l'appareil avec lequel les applications sont devenues populaires

L’iPhone, acteur principal de la popularité des applications

A travers la création de diverses applications, utilisables sur smartphones et tablettes, les consommateurs peuvent acheter des livres, des journaux, de la musique, des vêtements, de la nourriture, des appareils et tout autres produits. 

Ce sont des programmes développés pour des téléphones mobiles ou tablettes. Il existe des applications gratuites et payantes, disponibles en téléchargement depuis les différents “store” : Apple Store (développé par Apple en 2008), Google Play (ancien Android Market développé par Google en 2008 et regroupé avec Google Books, Google Movies et Google Music pour ne faire qu’un Google Play), Windows Phone Store (développé par Windows en 2010), BlackBerry App World (développé par BlackBerry en 2009) et Ovi Store (développé par Nokia en 2009).

À la fin de 2010, plus de 300.000 applications étaient disponibles sur l’Apple Store et plus de 80.000 étaient disponibles sur Android Market. En mars 2011, à un an du lancement de l’iPad, il proposait plus de 65.000 applications disponibles, d’après Jesper Kjeldskov (2014).

Une infographie pour illustrer le monde des applications qui étaient disponibles sur l’iPhone en décembre 2010

Infographie du monde des applications étant disponibles sur l’iPhone, en décembre 2010

Typologies des applications : web, native ou hybride

Depuis sept ans, la popularité des applications n’a fait qu’augmenter. Les utilisateurs préfèrent les applications et délaissent la simple recherche de sites web sur un navigateur. Les applications peuvent être regroupées dans différentes catégories telles que les jeux et divertissements, réseaux sociaux, loisir, actualité, productivité, exercices physique et vie pratique.

Les applications les plus téléchargées, en septembre 2014, sont Facebook Messenger (la messagerie instantanée du célèbre réseau social), Facebook (l’application du réseau social), Vente privée (l’application du site de ventes événementielles), Geometry Dash (un jeu de plates-formes mettant à rude épreuve les réflexes des joueurs) et SnapChat (le réseau social de partage de photos et vidéos). 

 Il existe une autre façon de différencier les applications : qu’est ce qu’une application web, une application native ou une application hybride ?

Schéma illustrant les différents types d’applications par rapport à ses besoins

Schéma illustrant les différents types d’applications par rapport à ses besoins

Une application web (ou web app) est une application disponible à partir de n’importe quel navigateur web par conséquent sur n’importe quelle plateforme y compris les tablettes et anciens portables. Il n’y a aucune dépendance avec Apple Store, Android Market ou les autres “stores”. Elles utilisent les mêmes langages de programmation que ceux utilisés sur le web (HTML/CSS et Javascript).

Une application native est téléchargeable depuis le “store” proposé par le mobile, elles sont développées dans le langage spécifique de chaque plateforme (iOS, Android ou Windows).

Une application hybride est une mélange entre une application native et une application web. Le langage utilisé est l’HTML/CSS et Javascript et elles sont destinées à Android, iOS ou Windows.

L’économie des applications

La création d’applications s’est convertie en un champ de développement économique important, dans de nombreux pays, avec un grand nombre d’entrepreneurs dans le monde de la technologie.

Comment expliquer simplement le business model des applications? Il existe des entreprises tiers qui sont spécialisées dans la création d’applications. Ensuite, elles les rendent disponibles sur les boutiques en ligne des grandes sociétés de smartphones. Elles font du bénéfice grâce à la publicité qui s’affiche mais aussi grâce aux abonnements et aux tarifs fixés par certains pour avoir le droit au téléchargement.

Dans le cas d’Apple, en utilisant le business model, 30% des revenus sont pour le distributeur et 70% pour le développeur.  Dans d’autres cas, il existe aussi des développeurs d’applications qui obtiennent des revenus à travers les contrats des services. Pour avoir un exemple visuel plus clair des différentes méthodes de monétisation des applications, voici un graphique qui présente les pourcentages d’obtention de revenus.

Les différents moyens à travers lesquels les développeurs de applications obtiennent de revenues

Les différents moyens à travers lesquels les développeurs d’applications obtiennent des revenues

Selon le rapport The European App Economy 2014, le développement des applications, contribue à hauteur de 16.5 milliards de dollars au PIB (Produit intérieur brut) de l’UE. Dans ce rapport, l’entreprise de recherche appliquée Visionmobile montre comment la création des applications fait partie de la croissance économique dans l’Union Européenne. “Nous estimons que le nombre d’emplois directs dans l’Union européenne est 670,000 en 2014, représentant une augmentation de 26 % comparés à 2013”. En 2013, 530.000 emplois dans l’UE ont été directement attribués à l’économie des applications, c’est-à-dire au niveau du développement, de la production, de la commercialisation et des ventes des mêmes applications ou des produits et services reliés. Il faut rester prudent sur ces chiffres proposés car c’est c’est un opérateur intéressé les a dévoilé.

Contrairement à ce que nous pourrions penser, Apple (iOS) n’est pas leader dans le marché des applications. Google est en tête pour le nombre total d’applications développées. Android est la plateforme la plus utilisée dans le monde, d’après le rapport “Developer Economics 2014: State of the Developer Nation” du même opérateur.

 

Les géants de la technologie se battent pour conquérir le marché mondial des applications

Les géants de la technologie se battent pour conquérir le marché mondial des applications

 

Le marché des applications est en constante évolution. Il y a, de plus en plus, de professionnels du design d’interaction, d’architectes de l’information, de créateurs d’expérience utilisateur et autres experts du web.

To be continued…

Avez-vous déjà imaginé une application qui vous permettrait de payer dans n’importe quel magasin, physique on en ligne, sans avoir besoins de sortir sa carte bancaire de son portefeuille, sans saisir le code secret, juste en utilisant son empreinte digitale? C’est le principe de Apple Pay, une application qui vient d’être lancé aux États Unis, en Septembre, et jusqu’à présent 12 banques américaines sont en partenariat avec Apple. Elle est disponible sur les appareils qui ont comme système d’exploitation iOS : iPhone 6, iPad Air 2, iPad mini 3 et Apple Watch.

Quelles applications seront développées sur le domaine de la santé,  l’e-commerce, le jeu vidéo, le streaming audio ou vidéo ? Dans le domaine de la technologie, le futur est toujours plus proche que ce que l’on croit.

Ce billet a été rédigé par Fanny Levade et Fabian Ramirez Flores


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Anna Leah dit :

    En plongeant dans votre monde des applications mobiles, on retrouve des points très forts et intéressants que vous avez soulignés. Vous mettez clairement l’emphase sur l’impact révolutionnaire des smartphones sur la vie quotidienne en tant que catalyseur d’un marché nouveau, un marché d’applications. Bravo pour la métaphore de plongeur dans un océan d’apps et sa continuation sur « le quai ». C’est tellement parlant, j’aurais bien aimé que vous l’employiez parmi le blog. (D’ailleurs, savez-vous qu’il existe des apps pour les plongeurs?!)
    Dès le début, vous présentez l’iPhone comme le roi des smartphones, consacrant la première image et le premier paragraphe à en discuter. À la fin, vous discutez de l’Apple Pay et la future des applications. Si on ne lisait pas attentivement, on ne capterait pas votre précision que Android et Google, et non Apple, sont les leaders du marché. Cette divergence m’intrigue énormément. Comment a Apple réussit à nous convaincre qu’il soit toujours le leader et pas juste le premier? Certes, lancer son produit parmi les premiers est une distinction importante, mais cela ne porte pas toujours du bonheur…Est-ce que c’est que du marketing?
    Votre section sur la typologie des applications m’a inspirée à vouloir vous poser pleines de questions, justement parce que je cherchais un regard plus critique et analytique. Quelle sont les conséquences du fait qu’il existe des formes d’applications différents et des « stores » différents? Pour les utilisateurs ayant investi de l’argent dans un « store », il devient plus difficile de changer d’OS quand les apps (et nos « high scores ») nous suivent pas. Même si ces canaux sont bien synchronisés, on peut imaginer beaucoup de challenges au niveau de l’architecture de l’information pour des applications qui se communique par le « cloud » mais qui ont des programmations back-end différentes selon la plateforme.
    À la fin, vous parlez de l’avenir, avec Apple Pay ou des nouvelles technologies inconnues. Vous restez optimistes, c’est génial, mais voyez-vous des parallèles avec le dot-com bubble (et burst) et la montée des applications? Est-ce que vous êtes plutôt méfiant des analyseurs prévoyants la fin du « app bubble »?
    Une dernière chose : faites attention à bien préciser que vous parlez d’un perspective Franco-centrique  Les applications les plus téléchargées ne sont pas les mêmes dans chaque pays. Merci d’avoir partagé ces réflexions intéressantes avec vos lecteurs. J’attends avec impatience vos prochains discours.

  2. Dorian Seillier dit :

    Merci pour ce billet très instructif.

    Je ne suis pas moi-même un féru d’applications mobiles, et je suis bien en-dessous de la moyenne française qui s’élève à une trentaine d’applications par smartphone. Force est de constater que les apps consomment de plus en plus de temps chez les utilisateurs : plus d’une semaine de temps de travail chaque mois pour les 18-24 ans ; et les seniors ne sont pas en reste car les plus de 55 ans passeraient plus de 20h par mois sur une vingtaine d’applications mobiles.

    Dans votre billet, vous différenciez bien les applications par genre et par nature. En terme de consommation et de temps passé, on peut préciser que les apps consacrées aux moteurs de recherche et aux réseaux sociaux sont loin devant les autres. Le géant Facebook écrase la concurrence car on passerait en moyenne 42% de notre temps passé sur notre mobile sur son application ou sur son chat Facebook Messenger. Néanmoins, Facebook bataille durement contre les développeurs d’applis mobiles qui revendiquent davantage d’indépendance sur le marché de l’attention : l’année dernière, Snapchat refusait les avances de Facebook et son gros chèque de 3 milliards de dollars. Une stratégie que tous ne sont pas encore prêts à mener, la plupart préférant capter l’attention des internautes qui est devenue un bien rare, non pas pour revendre cette attention, mais pour menacer les grandes firmes existantes qui se sentent obligées de les racheter.

    Avec l’économie du document et l’économie du web, semble se dessiner une économie des apps aux dimensions bien particulières mais au poids grandissant.

  3. Hugo Giret-Butz dit :

    Depuis la sortie de l’Iphone, les applications florissent. Il y en a pour tous les goûts. A vous de voir de quelle manière vous voulez utiliser votre Smartphone. Sera-t-il transformé en télécommande (http://lifestyle.boursorama.com/article/domotique-controler-sa-maison-grace-a-son-smartphone_a1004/1) ? Ou bien sera-t-il votre principale source d’information ?

    Aujourd’hui, chaque site internet a développé son application. Le but ? Tenir le lecteur au sujet des moindres faits de l’actualité. Cela passe par les « notifications push », ces informations qui sont directement envoyées sur votre Smartphone via l’application mobile. Mais les Smartphones ne sont pas les seuls tributaires des applications. Les tablettes et les ordinateurs Mac ont également droit à leur plateforme d’application.
    Nous retrouvons ainsi des applications déclinées sur Mac, Ipad et Iphone. C’est le cas de Numbers, un tableur, similaire à Excel. (https://www.apple.com/fr/ios/numbers/).

    Pourtant, l’utilité des Smartphones n’est pas le but recherché par les consommateurs. Lorsque vous vous rendez sur un store (magasin d’application online, https://itunes.apple.com/fr/genre/ios-jeux/id6014?mt=8), vous vous apercevez que les jeux ont une dimension importante. C’est sans doute le domaine dans lequel, il existe le plus grand nombre d’application aujourd’hui. Les tablettes sont même devenues une référence pour ce type d’application (http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/07/21/le-temps-passe-sur-les-applications-mobiles-ne-cesse-d-augmenter_4460541_3234.html). L’exemple le plus frappant est Angry Birds (https://itunes.apple.com/fr/app/angry-birds/id343200656?mt=8). C’est ce qui a projeté les jeux dans le monde des applications.

    L’économie des applications a alors évolué avec ces jeux (http://www.lefigaro.fr/societes/2013/07/11/20005-20130711ARTFIG00003-ils-sont-devenus-millionnaires-en-creant-des-applications-pour-smartphones.php). Souvent, ces applications sont gratuites au téléchargement. Mais lorsque vous êtes entrainés dans l’aventure, si vous voulez évoluer plus vite, vous devez payer. Si vous ne voulez pas de publicité durant vos phases de jeux, vous devez payer. Vous voulez être plus fort que vos adversaires ? Payez à nouveau.

    Des sommes d’argents colossales transitent à présent par ces applications. Le but est de créer des jeux addictifs qui vont fidéliser les clients. Et accumulés, ces nouveaux loisirs hypnotisent les consommateurs.

  1. 11/12/2014

    […] Ce billet a été rédigé par Fanny Levade et Fabian Ramirez Flores Promenade sur le quai des applications L’apparition, en …  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *