Les bibliothèques à l’ère du numérique

Réunir dans un même lieu toutes les œuvres de l’humanité, de la bibliothèque d’Alexandrie à Google Books c’est ce même fantasme qui sous-tend le rapport de l’homme au savoir. Les bibliothèques numériques, en permettant de réaliser ce fantasme, ont par la même occasion bouleversé le monde des bibliothèques et des bibliothécaires. A travers ce billet de blog, nous tenterons de comprendre quelles sont les conséquences de ces transformations pour les bibliothèques dites traditionnelles.

D’abord un bref rappel historique. Les premières bibliothèques apparurent durant l’Antiquité, en Mésopotamie, en Egypte, en Grèce, en Italie et en Chine. Elles sont nées du besoin d’organiser le travail et la conservation des textes. Au fil du temps, elles se sont ouvertes au public et sont devenues des lieux de lecture, de travail mais aussi d’expositions.

Avec l’arrivée de l’informatique et d’Internet, le fantasme de réunir dans un même lieu toutes les œuvres de l’humanité se fait de plus en plus réalité. C’est ainsi que nait en 1971 la première bibliothèque numérique, plus connue sous le nom de Projet Gutenberg. Michael Hart, jeune étudiant de l’Université de l’Illinois, a souhaité diffuser gratuitement des œuvres littéraires tombées dans le domaine public. Comme les moines copistes du Moyen-âge, il a donc décidé de recopier à la main des œuvres telles que la Bible ou Alice aux Pays des Merveilles. Petit à petit, des volontaires sont venus l’aider dans cette vaste entreprise et si vous allez aujourd’hui sur le site Projet Gutenberg, plus de 40 000 ouvrages sont à votre disposition en accès libre ou en téléchargement. Depuis, de nombreuses bibliothèques numériques ont vu le jour, la plus connue étant bien sûr Google Books.

C’est en 2004 que naît ce projet, qui portait d’abord le nom de Google Print. L’idée de départ était de mettre en ligne plusieurs millions d’ouvrages numérisés: « Permettre la recherche au sein de toutes les connaissances du monde contenues dans les livres » (Rapport annuel de Google 2004, traduction libre). Les vieux rêves de Ptolémée Ier et Assourbanipal semblent enfin devenir réalité. Dès 2005, Google entreprend de numériser les collections de 5 bibliothèques anglo-saxonnes (celles de New-York, Havard, Stanford, celle du Michigan et Oxford). Suite à divers rebondissements judiciaires (dus notamment aux problèmes de droits d’auteur), Google Book Search est désormais en train de devenir “une librairie virtuelle, qui sera à la fois une bibliothèque dont l’accès est réservé aux abonnés, une librairie électronique qui vendra des livres épuisés en format PDF, et potentiellement un imprimeur qui imprimera sur demande des livres épuisés…” André Racette, décembre 2009) http://www.uneq.qc.ca/documents/file/historique-google-recherche-de-livres.pdf

Les bibliothèques numériques enrichissent les fonctions des bibliothèques traditionnelles telles que la recherche documentaire, le stockage des grandes masses documentaires et la diffusion. Elles permettent à tout moment, l’accès à des ressources illimités provenant d’établissements différents, qui étaient inaccessibles avant. Par exemple, l’utilisateur peut rapidement se créer une bibliographie sur un sujet précis. Elles deviennent des bibliothèques dynamiques où des mises à jour sont effectuées continuellement.

Face à cette nouvelle révolution, il est intéressant de voir la stratégie adoptée par les bibliothèques traditionnelles pour ne pas être dépassées. Elles ont toujours réussi à s’adapter aux inventions, telles que l’imprimerie et les différents systèmes de catalogage. Aujourd’hui, elles doivent mettre en place d’autres modes d’organisation et réagir rapidement. Elles redéfinissent leurs fonctions, innovent et se modernisent. Elles ne sont plus seulement des lieux de lecture et de travail mais deviennent des lieux d’échanges. Elles mettent en place des animations culturelles (expositions, lectures orales, colloques)  et modernisent leurs équipements. Les catalogues sont transférés sur Internet, pour permettre aux lecteurs de faire des recherches de façon ciblée (titres, auteurs, sujets, éditions, dates, préférence littéraire, tag, etc.), et intègrent des contenus produits par l’usager (conseils de lectures, notation d’un livre, lecture favorite, etc.). Ils peuvent également consulter les documents d’une bibliothèque à l’étranger.

Cependant, le numérique n’est pas profitable à toutes les bibliothèques, c’est notamment le cas des bibliothèques spécialisées (voir ici). En effet, la mise en ligne de ressources peut les amener à voir une partie de leur public physique diminuer. De plus en plus de lecteurs préfèrent consulter les documents depuis leur domicile ou leur lieu de travail (meilleur confort, meilleur équipement). Qui dit moins de public, dit moins de rentabilité donc risque de fermeture du lieu physique.

Par ailleurs, les documentalistes au sein des bibliothèques ne sont pas formés à ces nouvelles situations. La mise en place d’une bibliothèque numérique demande une expertise informatique. Ce sont généralement des informaticiens qui s’occupent de la mise en ligne des fonds documentaires. Or, ceux-ci n’ont pas forcément les compétences nécessaires pour les mettre en valeur, contrairement aux bibliothécaires.

À ce jour, les formations de bibliothécaires s’enrichissent, elles se mettent à proposer des modules informatiques pour donner des outils aux bibliothécaires. Les bibliothécaires, tout comme les bibliothèques vont devoir s’adapter à cette nouvelle situation pour devenir des « coach de l’information »1 

 

Emmanuelle Ouine et Chloé Manceau
pour les étudiants en Master Architecture de l’Information, ENS de Lyon.

1 Voir l’article de SCHÖPFEL, Joachim – L’avenir du métier de bibliothécaire
http://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/document-49502


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. 30/01/2015

    […] Réunir dans un même lieu toutes les œuvres de l’humanité, de la bibliothèque d’Alexandrie à Google Book…  […]

  2. 07/03/2017

    […] Il n'y a certainement pas de recette miracle ni un modèle unique à privilégier. Blog. Les bibliothèques à l’ère du numérique. Réunir dans un même lieu toutes les œuvres de l’humanité, de la bibliothèque d’Alexandrie […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *