Quelques leçons du Mooc #Archinfo 2015 (2. Open)

La première saison du Mooc Architecture de l’information s’est achevée mi-juillet 2015, il est encore trop tôt pour en faire une analyse approfondie qui s’appuiera sur les enquêtes menées et l’étude des activités, mais il est possible de donner un retour rapide sur quelques chiffres et réflexions pour réviser quelques idées reçues sur les Mooc.

Un premier billet a interrogé l’assiduité des apprenants. Il fait plutôt écho aux deux dernières lettres de l’acronyme Mooc : oc, online course (comment l’attention sur un cours en ligne se maintient-elle au cours des semaines ?). Il s’est attaché aux fonctionnalités traditionnelles du Mooc (mise à disposition de vidéos + quiz). Les deux suivants aborderont des fonctionnalités originales ajoutées dans le Mooc Archinfo pour dépasser le modèle classique.

Celui-ci abordera la capitalisation de la valeur collective créée, qui renvoie plus directement à la deuxième  lettre de l’acronyme Mooc : o, comme open (comment transformer l’accessibilité en valeur ?). Un troisième à venir reviendra sur le dilemme entre l’enrichissement personnel des apprenants et l’évaluation par les pairs, dilemme induit par la première lettre de l’acronyme Mooc, M majuscule comme Massive (comment chacun peut capitaliser les connaissances acquises en s’appuyant sur la multitude ?).

Mooc-Archinfo-2015-NinjasUn Mooc constitue, de fait et très rapidement par sa dynamique dès l’ouverture des inscriptions, une communauté de personnes réunies le temps de l’enseignement autour d’un intérêt suggéré par le sujet du cours. Cette communauté est le lieu d’interactions qui, à condition qu’elles soient mémorisées et organisées, produisent de la richesse pour la communauté au-delà des dialogues spontanés, généralement en questions-réponses ponctuelles et répétées.

On classe habituellement les Mooc en deux catégories, les xMooc transmissifs et les cMooc connectivistes, auxquelles on ajoute parfois une troisième, les Mooc s’appuyant sur des projets. Ces distinctions, prises au pied de la lettre, ne sont pas très intéressantes. Un cours est par nature transmissif. Un professeur doit assumer, clairement et simplement, son rôle de passeur de connaissances, dans un Mooc comme dans n’importe quel cours. Dans le même temps, la relation entre les élèves, les étudiants ou les apprenants est fondamentale dans le processus d’apprentissage, ici aussi comme ailleurs. Par l’imitation, l’émulation, l’esprit critique croisé, la différence et complémentarité des profils, elle élargit l’accès à des connaissances et compétences nouvelles et facilite leur assimilation.

La distinction entre un xMooc et un cMooc, pris non pas comme deux modèles disjoints, mais comme deux volets d’un même modèle est utile quand elle souligne l’originalité du second volet dans un processus ouvert, c’est-à-dire un cours largement accessible. Dans un Mooc, la communauté des apprenants est par nature large, hétérogène et les échanges qui s’y déroulent ressemblent à ceux que l’on trouve sur le web, sensiblement différente des interactions habituelles en face-à-face dans une classe. Autrement dit, il y a autant de différences entre les interactions dans une classe ou une promotion d’étudiants et celles dans une communauté d’apprenants d’un Mooc qu’il y a de différences entre les relations sociales dans une réunion présentielle quelconque et celles sur Facebook, par exemple.

La responsabilité de l’équipe pédagogique d’un Mooc est alors de rendre ces échanges, inédits pour les enseignants, les plus productifs possibles pour l’apprentissage. Après l’expérience du Mooc #archinfo, mon sentiment est que nous ne disposons pas encore des outils adéquats.

Forum

Comme toutes les plateformes de Mooc, FUN propose un forum. Celui-ci a été très utilisé et très utile pour réorienter les apprenants perdus. Grâce à notre community manager, qui reclassait les messages et animait les conversations, il a été sans doute moins chaotique que d’autres. Il en est même sorti de jolies pépites, comme ces deux cartes collaboratives (Définitions-archinfo, Outils-archinfo).

Définitions Archinfo

Définitions archinfo

Outils archinfo

Outils archinfo

Dans un cours les remarques et propositions sont évidemment en rapport avec les ressources proposées par l’enseignant. Sur un forum, la relation entre un message et la ressource qu’il interroge ne se fait que dans un sens : du message du forum vers la ressource (optimisé s’il y a un lien hypertextuel), jamais de la ressource vers le message. Autrement dit, une remarque et une question renvoie à un passage des ressources mises en ligne, mais il n’est pas possible à partir de ce passage de savoir qu’une question a été posée, encore moins d’avoir accès à son contenu.

Cette absence conduit à une importante perte de valeur. En effet, elle induit de nombreuses redondances dans les questions, car les apprenants ignorent le plus souvent les dialogues antérieurs, et surtout elle complique la capitalisation des connaissances construites sur les interactions entre apprenants. A l’inverse d’une annotation ou d’une note sur un texte, elle n’enrichit pas la ressource par des apports supplémentaires décalés.

Le principe d’un Mooc est l’asynchronie des connexions. Si les questions ou les remarques d’un apprenant ne sont pas clairement liées à la ressource qu’elles concernent, elles disparaissent dans le flot des messages rapidement après avoir été formulées. A l’inverse, une remarque ou une question pourra rebondir, même plusieurs semaines plus tard, grâce à un apprenant qui, ayant consulté la ressource, l’aura remarquée à l’aide de son lien permanent. Pour le dire plus simplement, nous avons besoin d’un outil qui combine la fonction d’annotation sur les ressources et celle de forum.

Dans le master Archinfo nous avons expérimenté depuis longtemps la productivité des annotations par les étudiants sur les ressources des cours dans un processus de classe inversée ou de cours en ligne. Mais ce qui est possible avec moins d’une vingtaine d’étudiants ne l’est plus lorsque l’on passe à des milliers d’apprenants pour des questions de lisibilité : les annotations trop nombreuses sur un texte ne sont plus lisibles et les temporalités des apprenants sont beaucoup plus diversifiées.

J’ai été intéressé par la démonstration de Pairform qui tente cette combinaison entre annotation et forum. Mais à ma connaissance, l’application n’a pas encore été utilisée dans un Mooc.

 Stample

Dans le Mooc #archinfo, nous avons tenté de réduire en partie cette difficulté en nous focalisant sur une partie des apprenants. La communauté des apprenants dans les Mooc est hétérogène. Certains découvrent le domaine couvert, d’autres le connaissent déjà, certains sont même des spécialistes, voire des experts du domaine ou d’un domaine connexe.

Ces derniers sont détenteurs d’un savoir et d’un savoir faire à valoriser et partager avec les apprenants et même avec l’équipe pédagogique. De leur côté, ces spécialistes se sont inscrits par curiosité au Mooc, mais, une fois celle-ci satisfaite, il n’est pas sûr qu’ils y trouvent des éléments à la hauteur de leur attente, alors même que leur démarche suppose unMooc-Archinfo-2015-references-stamplee ouverture d’esprit.

Nous avons utilisé Stample pour favoriser une veille collective (présentation de l’outil). Celle-ci était amorcée par les ressources complémentaires proposées par l’équipe pédagogique. Chaque semaine un défi était lancé pour récupérer des ressources sur une question pointue, l’apprenant amenant les meilleures ressources recevait un prix. Le résultat de l’enrichissement a été concluant comme le montre cette synthèse des références collectées.

On trouvera ci-dessous l’évolution de la participation des apprenants à l’application, calculée par notre animatrice Stample. On constate que plus de 500 apprenants se sont inscrits sur l’application, mais qu’une minorité y a été active. Il y a vraisemblablement deux explications, une conjoncturelle et une structurelle. La première tient à l’outil qui n’était pas encore stabilisé au moment où nous l’avons utilisé et qui a du dérouter plus d’un apprenant. La seconde explication reflète la cible étroite que nous visions. Il est naturel qu’un petit groupe d’experts s’approprie l’outil et s’y rende visible, le gros des troupes restant en spectateur pouvant profiter des ressources collectées par les premiers.

Mooc-Archinfo-2015-participation-StampleCe résultat est pour nous encourageant et nous conforte dans l’idée de la nécessité d’un outil de capitalisation collective des ressources collectées par les apprenants les plus motivés d’un Mooc. C’est un enrichissement qui dépasse de loin le petit groupe de spécialistes concernés, une bonne modalité de rentabilisation de l’intelligence collective amorcée par un Mooc. Stample a profité des retours de notre expérience et devrait progressivement devenir un des outils les plus adaptés à cette tâche.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *