Du télégraphe à la radio : comment ne pas perdre le fil

9 novembre 2012
Par

Aujourd’hui, téléphoner, envoyer des SMS, écouter la radio, ou consulter sa boîte mail sont des choses banales et quotidiennes. Nos androïdes et autres Smartphones permettent de centraliser radio, télévision, communication téléphonique et accès à Internet. Mais comment en est-on arrivé là ? Par quelles étapes sommes-nous passés pour vivre nos technologies actuelles ?

Préparer un exposé sur l’histoire des réseaux nous a permis d’obtenir quelques éléments de réponse. Nous avons découvert avec étonnement et fascination l’ingéniosité des premiers réseaux de diffusion et de communication. L’infographie The History of Networks donne un premier aperçu de la longue histoire des réseaux. Le présent billet est quant à lui centré sur le télégraphe et son évolution ; il vise à vous faire partager quelques unes de nos découvertes.

Vie et mort du premier réseau de télécommunication

Nous sommes à la fin du XVIIIème siècle lorsque les frères Chappe inventent le premier télégraphe, dit télégraphe optique. La Révolution Française a eu lieu, le monde s’éclaire (ou tente de s’éclairer) et les frères Chappe ont une idée lumineuse : transmettre des signaux optiques d’un point à un autre, en utilisant des tours munies d’un bras mobile à deux articulations.

télégraphe de ChappeLe bras mobile est composé de trois segments : [DB], [BA], et [AC] (cf. illustration ci-contre). L’orientation de ces segments dessine une position, à laquelle correspond un code chiffré, que l’on traduit ensuite en mots.

Dans chaque tour, une personne est chargée d’observer à la jumelle la succession de positions des bras mobiles de la tour précédente, pour pouvoir les reproduire sur sa propre tour, et transmettre ainsi le message à la tour suivante.

Grâce à ce système, un message peut désormais être transmis de Paris à Brest en seulement quelques heures – alors que plusieurs jours étaient nécessaires auparavant. Une véritable modification du rapport au temps s’opère dans les esprits. En conséquence, c’est aussi la distance entre les villes qui semble se réduire

Cependant, moins d’un siècle après sa création, le télégraphe optique est supplanté par un autre type de télégraphe : le télégraphe électrique. Contrairement au télégraphe optique, celui-ci permet de transmettre une information de nuit et par mauvais temps ; mais surtout, il vient encore réduire le temps nécessaire à la transmission des messages, et donc rapprocher encore les hommes.

De la dimension collective des réseaux

Écouter la radio ou téléphoner implique une dimension collective : écoute partagée avec d’autres auditeurs dans le premier cas, communication entre deux personnes dans le second. On perçoit donc assez intuitivement  l’aspect communautaire et collectif du réseau : un réseau, comme nous le constatons chaque jour, permet de relier les hommes.

Mais il faut aussi garder à l’esprit que les réseaux, en plus de cette finalité collective, ont aussi une origine collective. En effet, ce sont les frères Chappe qui ont inventé le premier télégraphe, et non un individu isolé. Plus frappant encore, la télégraphie sans fil (TSF) ou le téléphone ne sont nés que grâce aux travaux d’inventeurs et de chercheurs du monde entier, à une époque où les découvertes et expériences s’enchaînaient sans relâche. On considère généralement que l’on doit la TSF à Marconi ; mais avant que Marconi ne puisse transmettre de l’information grâce aux ondes électromagnétiques, il a fallu que l’anglais Maxwell propose une théorie générale sur ces ondes, que l’allemand Hertz parvienne à prouver leur existence, que le français Branly invente un « cohéreur », et que le russe Popov suggère d’utiliser une antenne pour la réception.

Pour autant, lorsqu’un réseau naît, il est d’abord utilisé dans un cercle restreint. Ainsi, en France, le télégraphe est d’abord réservé exclusivement à l’état-major. Ensuite, dans la plupart des cas, des amateurs éclairés s’en emparent : l’exemple le plus courant est celui des “sans-filistes” qui bricolent leurs propres postes TSF et parviennent à communiquer entre eux. Finalement, le réseau, pour des raisons diverses et variées, finit par toucher toute la population, dans un temps plus ou moins long selon les cas. Sur ce sujet, on pourra lire le résumé de l’ouvrage Une histoire de la communication moderne, espace public et vie privée, proposé par Alain Van Cuyck. Ces changements d’échelle peuvent modifier radicalement un réseau : c’est ce qui s’est passé pour la TSF.

Lorsqu’un réseau de communication devient réseau de diffusion : le cas de la TSF

Au départ, la TSF n’est qu’un nouveau type de télégraphe, un télégraphe “sans fil”, qui succède au télégraphe électrique ; chaque poste TSF est à la fois émetteur et récepteur, et c’est ce qui permet la communication. On parle donc de réseau de communication. Mais peu à peu, avec le développement du téléphone, la TSF se transforme en réseau de diffusion ; elle devient la radio que nous connaissons aujourd’hui, où un poste émetteur émet des signaux à destination de postes récepteurs.

L’émergence d’un réseau de diffusion tel que la radio a eu pour conséquence de modifier radicalement et durablement l’accès à l’information, mais a aussi induit une transformation en profondeur de la société. Jacques Lesourne, dans l’article “Penser la société de l’information”, propose des pistes pour penser l’évolution sociale en fonction des technologies de l’information et des réseaux. A la lumière de sa réflexion, on ne peut que s’interroger sur les pratiques qui seront les nôtres demain, et sur les changements qu’elles provoqueront dans la société à venir. Une nouvelle évolution sociale peut-elle advenir parce que nous pouvons consulter Internet à n’importe quel moment et dans n’importe quel lieu ? Parce que nous pouvons à loisir réécouter ou revoir un programme radiodiffusé ou télévisé… ?


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Billets, Histoire des médias et du web

Un commentaire pour “ Du télégraphe à la radio : comment ne pas perdre le fil ”

  1. E. Sanchez le 09/11/2012 à 20:17

    Cet article m’a rappelé l’histoire du théâtrophone, moyen de diffusion qui finalement restera confiné à un réseau restreint mais son inventeur, Ader, pourra employer l’argent gagné pour travailler sur une invention qui, elle, aura un impact important : l’aviation.
    http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/roman_0048-8593_1983_num_13_41_4655

Laisser un commentaire

Master Archinfo

> Référentiel de compétences
> Présentation, Programme, Candidature
> Portail de carnets Portail de carnets

> INF01 Introduction à l’architecture de l’information


Carnets de recherche