Le buisson du vivant, un défi pour l’architecture de l’information

Il est un objet présenté au Musée des Confluences qui devrait interpeler tous les architectes de l’information : le buisson du vivant. Il s’agit à la fois d’une sculpture intrigante, d’un outil scientifique et de vulgarisation. Il représente une façon de classer les espèces comme l’explique très bien Pierre Thomas :

Les trois branches du buisson du vivant (les Bactéries, les Archées et les Eucaryotes) ont été explicitées. Quelques-unes des millions d’espèces vivantes ont été figurées. Ce buisson est sphérique. Le temps se déroule en sphères virtuelles emboîtées concentriques du centre à la périphérie. Le centre de la sphère est vieux de quelques milliards d’années et correspond à LUCA (Last Universal Common Ancestor ), le Dernier Ancêtre Commun à tous les êtres vivant aujourd’hui (…).

vue du buisson du vivant en salle d'exposition, inv. PH18091, musée des Confluences (Lyon, France), crédit photo Olivier Garcin.

vue du buisson du vivant en salle d’exposition, inv. PH18091, musée des Confluences (Lyon, France), crédit photo Olivier Garcin.


Les sphères concentriques virtuelles de plus en plus externes correspondraient au temps qui passe. Tous les rameaux terminaux aboutissant à la sphère virtuelle externe correspondent aux millions d’espèces vivantes aujourd’hui. Les petites branches se terminant à l’intérieur du buisson sans atteindre la surface externe correspondent aux espèces disparues sans descendants.

Le socle affiche des parcours possibles dans le buisson qui s’éclairent sur les branches au moment où ils s’affichent.

Les architectes de l’information sont familiers des classifications et la représentation en arbre est une des méthodes qu’ils peuvent utiliser. Mais à la différence des biologistes ici, les classifications ne leur servent pas à expliquer, à raisonner, mais à se repérer dans l’espace informationnel, à « naviguer », à trouver, à réaliser des tâches, etc.

Vu avec les yeux d’un architecte de l’information, le buisson du vivant est alors un défi : peut-il servir à se repérer ? Comment ? Et dans quoi ?

De nombreuses réponses viennent spontanément à l’esprit : une application sur smartphone pour déambuler dans le musée, l’entrée dans une banque d’images ou d’articles, une encyclopédie pour les écoles, une visite virtuelle de tous les muséums du monde, etc.

D’autres questions se posent. Par exemple : comment naviguer d’une branche à l’autre sans revenir en arrière ? Comment représenter des liens, des correspondances informationnelles qui ne soient pas parent-enfant (branche) ou coïncidence temporelle (sphère) ? etc.

C’est ce défi que nous lançerons aux intervenants et aux participants à la WIAD, ce 20 février. Des réponses seront suggérées au cours de l’atelier de la fin de la journée. Mais que vous prévoyiez d’y être présents ou non, vous pouvez commencer à y réfléchir et proposer en commentaire votre suggestion.
Manuel Archinfo
Les trois meilleures idées recevront un manuel dédicacé.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. maurage dit :

    Défi « le buisson du vivant »
    Des découvertes anthropologiques récentes en Afrique du Sud comme l’Australopithèque Sediba et l’Homo Naledi représente bien certains enjeux classificatoires de l’arbre du vivant. En effet, de nombreuses espèces pré-humaines semblent avoir été contemporaines, une espèce ne supplantant pas systématiquement les autres, voire s’être hybridées, métissées.
    L’arbre du vivant montre alors en creux, le manque d’information sur certains embranchements évolutifs, et la nature même de ces embranchements semblent interrogés. Les lignées existent réellement (dinosaures, hominidés, insectes) caractéristiques de l’héritage génétique et de l’adaptation au contexte environnemental de l’époque. La quête aux chaînons manquants est toujours aussi vive, mais moins idéalisée. L’évolution des découvertes engendre aussi beaucoup de questions.

    En terme de structure de données, cela traduit un changement de cardinalité. Les cardinalités étaient de type «1 à 1 » (lignée) ou «1 à 0 » (espèce éteinte). Il semble maintenant nécessaire de les envisager sous le type «1 à n ».

    Une branche d’arbre évolutif pouvait s’écrire (exemple):
    … « hominidés » « pré-humains » « pré humain » « humain » … « homme moderne »

    Il faudra peut être écrire maintenant :
    1- « ? » « hominidés » « australopitheque» « Toumai » « Lucy »
    2- « pré-humains » « humain » « ? » « homme de Florès » et « homo naledi »
    3- « humain » «neanderthal » ou « sapiens »

    La classification peut être affinée par des données de caractérisation, comme
    • Age (unités)
    • Périmètre extinction de masse (permienne, jurassique, glaciaire…)
    • Zone géographique (pangée, europe, afrique)
    • Habitat : eau, terre, air
    • Sociabilité : colonie, clans, famille nucléaire
    • …
    On s’approche ici des principes de la classification à Facettes, dont il conviendrait de définir les élément de base.

    Concernant la muséographie ; deux pistes d’utilisation proposées
    1. Spécialistes du vivant, et des espèces
    Une base de donnée ouverte et collaborative dont l’arbre du vivant serait la représentation générale. L’objectif serait une structure de recherche, de consultation et d’entrée de données favorisant la sérendipidité.
    Un complément pourrait venir des contributions d’amateurs éclairés, de touristes… notamment par la folksonomie (tags)
    2. Public des musées
    Construire des ateliers ludiques appelés « greffes d’évolution » où un musée fournit des briques d’évolution (sous une forme à définir) représentant les informations sur les spécimens du musée et en liaison simple avec ceux d’autres musées ; en définitive la liaison entre le musée physique et le virtuel.
    Les déclinaisons peuvent être sous la forme de création d’histoire, de support ludique, d’application réalité augmentée

  1. 04/10/2016

    […] défi de 2016 partait du Buisson du vivant, celui de 2017 voudrait “rendre visible l’invisible”, c’est-à-dire mettre en valeur par […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *