Piloter un programme de formation par les compétences avec l’architecture de l’information

Après l’actualisation du référentiel de compétences en architecture de l’information, voici donc l’étape suivante : son utilisation pour piloter notre master. Pour cela, nous utilisons un outil logiciel qui articule les objectifs de chaque cours avec les travaux évalués et les compétences, un outil d’architecte de l’information évidemment.

En Amérique du nord les plans de cours sont publiés, présentés et discutés avec les étudiants à la première séance de la session correspondante. Ils constituent un contrat pédagogique entre le professeur et les étudiants qui s’engagent mutuellement sur un contenu, une méthode, des objectifs et des compétences à acquérir. Cette bonne pratique n’est pas très courante en France, mais nous l’avons appliquée dès l’ouverture du master en architecture de l’information à l’ENS de Lyon, en important et adaptant un outil, une base de données, développé à l’Ebsi de Montréal par Christine Dufour. Tous les plans de cours du master sont donc depuis l’origine accessibles en ligne. Ceux-ci comprennent, outre les informations de bases (lieu, enseignant, ECTS, etc.), les objectifs des cours, le calendrier et le contenu de chaque séance, le calendrier et le contenu des travaux demandés aux étudiants et maintenant les compétences développées par les étudiants. En voici un exemple dans l’ancienne version et le même dans la nouvelle version, celle qui va nous servir maintenant pour le pilotage par les compétences.

Avec l’équipe Eductice, l’outil a, en effet, été entièrement révisé sous la direction de Pierre Benech par les développeurs Quentin Agren puis Yvonnick Fesselier. Grâce à eux, nous allons franchir un pas important pour la rentrée 2016.

Logique d’un programme

Un programme, ici celui de master, est constitué d’une addition de cours ou unités d’enseignements (UE). Chaque UE est autonome, sous la responsabilité d’un enseignant, mais le programme forme un tout, une formation sanctionnée par un diplôme pour l’étudiant inscrit. Une difficulté est donc de marier l’indépendance de chaque unité et la cohérence de l’ensemble.

L’architecture de l’information peut nous y aider. Il s’agit, en effet, d’articuler des objectifs de cours, rédigés par l’enseignant avec ses mots selon les orientations qu’il souhaite donner à son enseignement dans le cadre de son UE, avec un référentiel générique au vocabulaire contrôlé, représentant les compétences attendues par les employeurs recrutant les diplômés ou, plus généralement, les attentes de la société dans ce domaine qui représentent l’objectif général du programme. Les objectifs de chaque cours résument le savoir, le savoir faire et le savoir être transmis ou développé par le cours, les compétences traduisent ce savoir accumulé en terme de demande sociale. L’offre est particulière d’un côté, la demande est plus générique de l’autre. Le défi alors est de faire coïncider deux énonciations d’une réalité que l’on voudrait commune, puisque in fine le but est bien de former des étudiants pour qu’ils trouvent leur place dans la société et, si possible, qu’ils l’enrichissent par leurs compétences et non, évidemment, de satisfaire des professeurs, même si les deux ne sont pas incompatibles.

Pour pouvoir rendre opérationnel ce projet, il faut pouvoir alors articuler la liste des objectifs et celle des compétences. A cette fin, nous demandons aux professeurs deux opérations supplémentaires par rapport à la version antérieure de l’outil :

  • mettre en correspondance chaque objectif spécifique de son UE avec une ou plusieurs compétences spécifiques du référentiel en précisant si cette correspondance est principale ou secondaire ;
  • mettre en correspondance chaque travail d’étudiant évalué dans son UE avec le ou les objectifs spécifiques correspondants.

Ainsi, les correspondances pondérées par les coefficients des travaux permettent de calculer le poids consacré par chaque enseignant (ou chaque UE) au développement des compétences du référentiel. Il s’agit de la traduction des objectifs en compétences ou de la rencontre entre l’offre particulière de cours et la demande globale représentée par le référentiel.

Repérage d’incohérences

Une fois ces précisions obtenues, le reste est automatique, magique car la base de données autorise de nombreux calculs. L’apport le plus évident et spectaculaire est le repérage d’incohérences, soit dans une UE ou un cours, soit dans l’équilibre global du programme.

Sur un cours

Un tableau de bord permet de visualiser le poids des compétences acquises, UE par UE. L’image ci-dessous est le tableau de bord de l’UE « Conduite de projet » du master Archinfo. On y retrouve les six compétences principales du référentiel, la petite icône verte sur la gauche permet de décliner chaque compétence principale en compétences spécifiques et ainsi de préciser l’information obtenue.

Equilibre Inf05On observe, par exemple, pour ce cours que seules deux compétences sont présentes. Ce n’est pas illogique compte tenu de sa thématique. Par contre, il est anormal que la cinquième compétence prenne plus de place que la quatrième qui correspond pourtant à l’objectif principal de l’UE, la conduite de projet. Il y a trois explications possibles à cette anomalie qui, toutes trois, demandent une correction de la part de l’enseignant :

  1. Un problème d’énonciation. Les objectifs tels qu’énoncés ne sont pas conformes au contenu ou les correspondances entre objectifs et compétences ou objectifs et travaux évalués ne sont pas cohérents. Ce manque de clarté ou de cohérence doit être corrigé car il risque d’induire une confusion chez les étudiants.
  2. Un problème d’évaluation. Les travaux validés ne correspondent pas aux objectifs énoncés. Il ne peuvent donc pas vérifier qu’ils ont été atteint. Il y a dans ce cas une difficulté plus sérieuse dans la pédagogie qui doit être levée.
  3. Un problème de contenu. Plus grave encore, ce serait cette fois le contenu de l’UE qui n’est pas conforme à son affichage. Il faut alors réviser les séances.

On voit sur ce simple exemple tout l’intérêt de l’outil pour le pilotage de l’UE par l’enseignant responsable, qui peut avec un simple tableau redresser des difficultés qu’il n’aurait peut-être pas repérées sans cet affichage.

Sur un programme

Mais le tableau de bord ci-dessus permet aussi d’évaluer l’équilibrage de l’enseignement en croisant plusieurs UE, dont le poids est pondéré par leur nombre de crédits. Voici ci-dessous la traduction en compétences acquises du croisement des six UE obligatoires du master.

Equilibre master ArchinfoAlors que le poids devrait être réparti entre toutes les compétences, même si on peut admettre un poids plus fort sur les compétences d’expertise que sur les compétences de contexte, on observe une sous-représentation de la première compétence et une sur représentation de la troisième. Ce déséquilibre devra être réglé pour la prochaine rentrée.

Chaque professeur a naturellement tendance à défendre sa propre spécialité. Ce n’est pas un défaut, mais une qualité. Comment bien enseigner, si on n’est pas persuadé de l’importance de ce que l’on enseigne ? Mais un diplôme est un ensemble fini qui doit avoir sa cohérence globale. L’outil donne une vision transversale et permet un recul rationnel. Il est bien utile pour trouver un équilibre entre les désirs légitimes d’ajouter des enseignements, entre les personnalités plus ou moins fortes, et la cohérence globale de la formation pour les étudiants.

Choix des UE par les compétences

Le pilotage global de la formation n’est pas la seule application possible de l’outil. Il permet aussi à l’étudiant de mieux orienter son parcours de formation.

Dans le master archinfo, nous avons donc six UE obligatoires, mais l’étudiant doit aussi choisir cinq UE optionnelles dans une offre plus large. Ainsi, l’étudiant en cochant l’une ou l’autre UE optionnelles pourra faire évoluer son propre référentiel de compétences, c’est-à-dire le tableau ci-dessus qu’il peut toujours décliner sur les compétences spécifiques à chacune des six compétences principales. Cela lui permettra d’éclairer son choix avec une vision globale de sa formation. Mieux, il pourra aussi indiquer les compétences qu’il aura ou voudra acquérir par son stage et par son mémoire. Et ainsi orienter aussi ses choix de stage et de sujet de mémoire.

Il aura enfin un affichage sur un outil de l’ensemble des compétences acquises qu’il pourra récupérer et mettre sur son CV, son portfolio ou sa page LinkedIn.

Cette facilité est aussi offerte aux employeurs qui pourront suggérer des parcours les intéressant particulièrement. D’une façon générale, l’affichage du diplôme traduit en compétences est évidemment une communication efficace en direction des employeurs.

Autres applications

Cerise sur le gâteau. Comme l’ensemble des informations sont sur une base de données structurées, bien d’autres applications sont possibles, par exemple : le repérage sur un calendrier de la masse de travail des étudiants, ou de chaque étudiant individuellement selon son choix de cours, et donc une meilleure répartition des charges ; l’interfaçage en temps réel avec les agendas personnels, etc.

Le développement de l’outil est toujours en cours, mais la plupart des fonctionnalités évoquées sont opérationnelles ou sur le point de l’être. Nous travaillons en partage total, l’outil est applicable pour n’importe quelle formation. Tous les intéressés, par le développement comme par les applications, peuvent mettre un message en commentaire.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Bonjour,

    j’ai suivi le MOOC en juin 2015 et ai été extrêmement intéressé par son contenu, c’est pourquoi je suis l’actualité du Master. Ce programme m’intéresse beaucoup car j’ai la charge dans mon poste actuel d’une base de données « catalogue de formations » d’une école d’enseignement supérieur et la question des référentiels de compétences est une question d’actualité.

    Je suis donc très intéressé par votre approche et serais intéressé pour échanger sur ces développements.

    Est-ce que vous avez publié cette application sous forme de logiciel libre ou envisagez de le faire ?

    • Pierre Bénech dit :

      Bonsoir,

      Pour répondre à votre question, l’application sera effectivement proposée en GPL sur Github prochainement.

      Le reste des échanges par courriel.

  2. Sylvie Dalbin dit :

    Merci de ce retour. J’espère que cela fera des émules dans l’enseignement FR ….
    « Tous les intéressés, par le développement comme par les applications, peuvent mettre un message en commentaire. ». Je le suis, intéressée ;-).
    Je comprends que votre objectif est de « piloter le master ». Mais je me demandais si les étudiants récolteraient des fruits de ce travail. Par exemple pourraient-ils récupérer dans leurs (éventuels) e-portfolio des éléments de ce référentiel de formation ? D’autre part un lien avec des référentiels métiers pourrait être intéressant ? Cela sort peut être du cadre de ce développement … SD

    • Jean-Michel Salaün dit :

      Bonjour Sylvie,

      Oui, comme indiqué, les étudiants pourront télécharger le tableau sur le support de leur choix, éventuellement décliné en sous-compétences.

      Il est possible d’interfacer le système avec n’importe quel référentiel, pourvu qu’il puisse être entré dans une BDD structurée et pour que l’application fonctionne il faut aussi que, par ailleurs, les cours aient formulé leurs objectifs. Cela peut être un autre référentiel de compétences, mais aussi un programme officiel, comme un programme de concours p ex pour une formation de préparation aux concours. On pourrait aussi imaginer de relier les référentiels entre eux, mais cela demanderait une réflexion et des développements supplémentaires.

  1. 04/06/2016

    […] les compétences, à la rentrée étudiants, employeurs, enseignants auront à leur disposition des tableaux de bord pour « lire » le programme à partir du référentiel de compétences […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *