Saison 3 Mooc #archinfo : 2/3 Cadence 2, je vois des ninjas partout…

La saison 3 du MOOC sur l’architecture de l’information démarrera le 18 janvier 2017. Les inscriptions sont ouvertes. On retrouvera les mêmes enseignements qu’au cours des saisons précédentes, mais, outre un approfondissement de chaque séquence par un module complémentaire, trois modifications d’importance seront proposées : un aménagement du rythme de travail, une gestion différente des livrets d’architecte par une géolocalisation et une séquence originale entièrement dédiée à l’Afrique subsaharienne.

Les fonctions d’une plateforme d’édition

Nous avons deux cadences dans le MOOC #archinfo. Pour la cadence d’approfondissement, la cadence 2, nous demandons aux apprenants de réaliser des exercices sur un « livret d’architecte de l’information » qui leur est personnel.

Les saisons 1 et 2 du MOOC utilisaient pour cela la plateforme d’édition BookType. Celle-ci avait des vertus et aussi quelques défauts. Parmi ces derniers, il restait quelques bugs, mais les bugs n’étaient pas le principal problème. La vraie difficulté n’est pas propre à cette plateforme particulière, mais bien structurelle, commune à toutes les plateformes d’édition externe. Les apprenants ordinaires ne sont pas habitués à ces outils et n’ont pas intégrés les bonnes pratiques.

La difficulté peut s’illustrer par l’édition des images. Pour une publication correcte, il est indispensable d’enregistrer l’image que l’on souhaite insérer dans notre texte sur la plateforme pour qu’elle puisse ensuite être embarquée par le fichier et intégrée dans les sorties sous différents formats (ePub, Pdf, etc). A l’échelle d’une population d’apprenants de MOOC, malgré tous les guides et toutes les alertes possibles, nombre d’auteurs de livrets, habitués au traitement de texte sur leur machine, se contentent d’un copier/coller de l’image directement dans le texte, évidemment non pertinent. Ceci entraîne frustration, désordre, râleries et difficultés pour tout le monde.

C’est pourquoi nous avons décidé d’abandonner l’utilisation d’une plateforme d’édition externe. Pour la saison 3, nous allons proposer aux apprenants de télécharger un fichier stylé sous leur traitement de texte préféré comprenant l’ensemble des énoncés des exercices à réaliser. Ils construiront ainsi leur livret en local, sur leur machine, avec les outils dont ils sont familiers. Ils le publieront ensuite sous Pdf avec leurs réponses et le rendront accessible sous une adresse stable.

Mais, ce faisant, nous perdons d’autres fonctions importantes de la plateforme d’édition commune : la représentation dynamique de la communauté, la représentation de l’avancement des travaux et celle des auteurs. Sur BookType, on pouvait voir, en effet, une grande fresque des créations de livrets en temps réel, avec leurs couvertures variées. On pouvait les compter, les ouvrir et les lire même si on le souhaitait. Même si sans doute peu d’apprenants naviguaient dans cette fresque, elle représentait la richesse de la communauté apprenante, un peu comme notre bibliothèque représente pour nous une promesse de lecture.

Il nous fallait donc trouver d’autres moyens de remplir ces fonctions.

Marquer la progression des livrets

Pour pallier cette difficulté, nous avons d’abord imaginé un code pour marquer la progression d’un apprenant suivant le nombre d’exercices qu’il a réalisé. Celui-ci reprend les couleurs des arts martiaux sur le bandeau du ninja qui est devenu la mascotte du MOOC #archinfo.

ninja-mooc-archinfo-saison-3

Les six ninjas-niveaux de la cadence 2

Un apprenant ayant réalisé le premier exercice de la séquence 1 obtient le bandeau jaune et ainsi de suite jusqu’au plus expérimenté en noir, qui aura réalisé l’exercice de la séquence 6.

Si l’on croise cette symbolique avec les modifications du rythme du MOOC, on peut remarquer que le ninja vert, qui correspond aux exercices de la séquence 3 joue un rôle particulier. Il arrive dans le calendrier du cours au moment de la pause. Ainsi ceux qui n’auront pu suivre le rythme hebdomadaire auront l’opportunité de rattraper leur retard à la fin de la troisième semaine. Ce troisième niveau est d’autant plus important qu’il ouvre la possibilité de participer à l’amélioration, puis l’évaluation par les pairs, et donc à l’attestation de l’ENS de Lyon. Il est donc essentiel de favoriser son atteinte par le maximum d’apprenants de la cadence 2.

Afin de valoriser ce comportement vertueux, nous allons utiliser les cadeaux (livres, licenses, tee-shirts, etc) qui sont traditionnellement distribués à la journée mondiale sur l’architecture de l’information (WIAD) qui clôturera la pause et marquera le redémarrage de la séquence 4. Quelques ninjas verts pourront, comme les participants à la WIAD,  recevoir un goody. Nous espérons par ces initiatives augmenter sensiblement la participation à la cadence 2 du MOOC.

La géolocalisation

Mais ce code de couleur ne résout pas le problème de la représentation de la communauté. Pour cette représentation, nous pensons passer de la symbolique de la bibliothèque sur BookType à celle de la carte en utilisant l’application Zeemaps.

Il sera ainsi demandé à chaque apprenant de la cadence 2 de se géolocaliser avec un ninja dont il fera évoluer la couleur en fonction de l’avancement de son travail.

Exemple de géolocalisation des apprenantsExemple de carte des ninjas #archinfo

Les ninjas donneront accès à la présentation de chaque apprenant de la cadence 2 et surtout à l’Url de leur livret. Les participants au MOOC pourront ainsi admirer une carte dynamique des ninjas, c’est-à-dire une représentation de l’avancement des travaux dans la cadence 2, et aussi consulter les travaux en cours, comme c’était déjà le cas dans les saisons précédentes.

Bien entendu, l’usage d’un pseudo sera possible. Il sera suggéré à ceux qui ne souhaitent pas être repérés sur une carte de se placer dans un lieu neutre à définir.

La géolocalisation aura l’avantage supplémentaire de faciliter les rencontres dans la vie réelle ou simplement de se compter par région. Cette dernière facilité sera particulièrement utile pour la séquence Afrique dont parlerons dans un prochain billet.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *