Saison 3 Mooc #archinfo : 3/3 Africa !

La saison 3 du MOOC sur l’architecture de l’information démarrera le 18 janvier 2017. Les inscriptions sont ouvertes. On retrouvera les mêmes enseignements qu’au cours des saisons précédentes, mais, outre un approfondissement de chaque séquence par un module complémentaire, trois modifications d’importance seront proposées : un aménagement du rythme de travail, une gestion différente des livrets d’architecte par une géolocalisation et une séquence originale entièrement dédiée à l’Afrique subsaharienne.

Une réponse insatisfaisante à une vraie demande

Entre la saison 2 et la saison 1, le nombre d’inscrits au MOOC a un peu baissé (en cumulé 5133 contre 6279). Mais, parmi ceux qui indiquent leur provenance, on note a contrario une progression de l’Afrique (735 contre 550 dont la moitié environ de l’Afrique subsaharienne).

mooc-archinfo-saison-2

Maroc 163 3.57%
Côte d’Ivoire 106 2.32%
Algérie 92 2.02%
Cameroun 75 1.64%
Tunisie 60 1.32%
Sénégal 54 1.18%
Bénin 33 0.72%
Burkina Faso 23 0.50%
Niger 20 0.44%
Guinée 20 0.44%
Togo 19 0.42%
Mali 18 0.39%
République démocratique du Congo 16 0.35%
Madagascar 15 0.33%
Gabon 13 0.29%
Congo 8 0.18%

Apprenants déclarés africains de la saison 2 du MOOC #archinfo

Nous ne sommes pas les seuls à noter cette demande. Il semble que les apprenants africains constituent entre 13 et 20% des effectifs des MOOC en général. Cf, par exemple, cet article du Monde qui paraît au moment où j’écris ces lignes : Le jour où l’Afrique aura des formations  aussi dynamiques que ses étudiants.

La demande est là, mais il n’est pas sûr que nous y répondions correctement. Un symptôme de cette difficulté est le petit nombre d’Africains dans la période d’approfondissement du MOOC, la cadence 2. La situation des apprenants africains ne ressemble pas à celle de leurs homologues français, québécois, belges ou suisses. L’expérience utilisateur, sujet au cœur de nos préoccupations en architecture de l’information, n’est pas comparable.

Le contexte et le contenu sont aussi différents. L’architecture de l’information est un domaine construit initialement aux États-Unis qui s’applique sans difficulté en Europe. Dans sa logique même, il doit être transposé avec prudence quand les situations sont radicalement modifiées.

Ainsi pour répondre à la demande des apprenants africains, il nous faut non seulement adapter la forme du MOOC archinfo, mais aussi, et peut-être surtout, son contenu.

Les moyens d’avancer

Nous ne relèverons pas ce défi en un jour, ni en une saison. Mais pour la saison 3 du MOOC, nous avons saisi quelques opportunités pour avancer, un pas après l’autre, dans ce qui nous semble le bon sens.

Nous commencerons par l’Afrique subsaharienne. Deux étudiants en master 2 architecture de l’information de l’ENS de Lyon sont africains : Djossè Tessy du Bénin et Romuald Kepayou du Cameroun. Nous leur avons confié la mission de proposer des thèmes pour une séquence spéciale Afrique dans le MOOC archinfo. Pour alimenter leur réflexion et ramener du contenu, ils partent le mois prochain avec caméra et micro pour un voyage d’étude au Cameroun, en Côte d’Ivoire et au Sénégal.

C’est eux qui animeront la séquence sur l’Afrique dans le MOOC archinfo

Une séquence spéciale Afrique… et un diplôme ?

Pour cette première fois, la séquence sera proposée en option au moment de la pause méridienne du MOOC. Elle s’adressera d’abord aux apprenants africains, mais aussi à tous ceux que le sujet intéresse, tout particulièrement à ceux curieux de comprendre comment il est possible d’adapter les méthodes de l’architecture de l’information dans d’autres contextes.

Les modules thématiques ne sont pas encore définitivement fixés, mais voici quelques-uns des thèmes envisagés :

  • état des lieux du numérique en Afrique francophone,
  • étude ethnographique dans l’User Research en Afrique,
  • la technique USSD (transactions par mobile),
  • applications remarquables (agropastoral, suivis de santé des femmes…).

Dans la logique des MOOC, les apprenants visés ne sont pas les étudiants en cours d’étude, mais des professionnels,  diplômés ou non, recherchant des compétences complémentaires immédiatement opérationnelles pour élargir leurs compétences et perspectives.

Pour que l’offre soit équitable et cohérente, il nous faut la compléter par un diplôme en formation continue, comme celui proposé en France, mais évidemment adapté à la situation africaine et réalisé sur place. Ce sera l’étape suivante…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *