Pourra-t-on un jour en finir avec la classe Généralités 000 ?

Ce billet a été rédigé par Amanda Belande, étudiante du master architecture de l’information de l’ENS de Lyon.

Nous organisons nos vêtements, nos relations, nos aliments, notre emploi du temps. Nous le faisons de manière inconsciente sur la base de nos expériences, de nos connaissances et du contexte dans lequel nous évoluons. La classification de notre environnement nous permet de fonctionner dans le monde dans lequel nous vivons. Cependant, à défaut de pouvoir caser certains éléments, nous créons des catégories de généralités. Les prochaines lignes examineront les implications soulevées par cette notion en contexte documentaire et exploreront des classifications alternatives à considérer.

Les généralités, gracieuseté de Dewey

Le système de classification décimale de Dewey (CDD), le plus utilisé dans les bibliothèques publiques aujourd’hui, organise le savoir en neuf disciplines auxquelles viennent se greffer une classe « Généralités 000 ». À l’origine, cette dernière regroupait les encyclopédies générales, les dictionnaires et les bibliographies. Dans les années 80, les éditeurs de la CDD doivent faire face à l’émergence d’un nouveau domaine de connaissance, l’informatique. Plutôt que de classer les livres connexes dans la classe 600 Technologie (sciences appliquées), ils décident de les placer dans la classe « Généralités ». Weineberger explique dans Everything is Miscellaneous: The Power of the New Digital Disorder que ce ne sont pas tant des principes philosophiques que des impératifs pratiques qui guident leur choix. La classe 600 est déjà pleine et il reste des numéros non attribués dans la classe 000. Aujourd’hui, elle s’appelle « Généralités sur l’informatique, l’information, les ouvrages généraux », signe d’une certaine reconnaissance de la discipline, mais également de la rigidité de la CDD. Car ce sont les principaux éléments qu’on lui reproche : son incapacité à se détacher de la vision du monde de la perspective occidentale au 19e siècle de son créateur, sa lenteur à s’adapter à une société qui a radicalement changé et sa difficulté à suivre l’expansion des nouvelles technologies.

Les généralités dans notre quotidien

L’enjeu posé par la classe « Généralités » dans la CDD existe également dans notre quotidien. Dans notre CV, la catégorie « Divers » contient des éléments qui n’ont aucun lien direct avec le poste, mais qui sont des atouts permettant de faire ressortir notre candidature. Lorsqu’on consulte le plan d’un centre commercial, on retrouve la catégorie « Divers » ou « Autres » pour définir les magasins de tabac par exemple. On rencontre le même phénomène en ligne, lorsque les gestionnaires de contenu cherchent une solution rapide pour classer du contenu jugé inclassable. En plus de causer des problèmes pratiques, les généralités sont un concept difficile à définir et qui peut être interprété de diverses manières pour différentes personnes même dans le milieu documentaire.

Les appellations « Généralités », « Divers », « Autres » ou en anglais Miscellaneous ont généralement pour résultat la création d’une catégorie fourre-tout où s’entassent des contenus disparates qui entretiennent peu ou aucun lien entre eux. Si les catégories thématiques rendent la navigation et la recherche plus intuitives pour les utilisateurs, les catégories générales sèment la confusion en raison du fait que rien dans leur intitulé ne permet de déduire clairement leur contenu.

Propositions d’alternatives

Renommer les « Généralités »

Lionel Maurel, qui est issu du milieu documentaire, a réfléchi à cette problématique et propose d’utiliser le terme « Ressources d’intérêt général » pour parler des ouvrages généraux. Il perçoit cette solution comme une manière de « redéfinir la catégorie en choisissant comme critère discriminant le caractère d’utilité commune des ressources ». Plusieurs bibliothèques ont une section pour les ouvrages encyclopédiques. Cependant, quoi faire des documents relatifs aux sciences de l’information, à la muséologie ou au journalisme par exemple? Il faut trouver une solution qui permet d’organiser les autres documents de la classe 000.

Amazon : l’exemple d’une classification où tous les chemins mènent à Rome

Là où la CDD impose que chaque livre ait une place et une seule, le site de commerce en ligne Amazon permet aux utilisateurs de trouver les documents sous autant de catégories que de sujets abordés dans un livre. Ainsi, la version originale anglaise de Huckleberry Finn de Mark Twain est repérable par l’entremise de trois parcours différents comme on le voit dans l’image ci-dessous. Cette approche est plus près de la réalité car si l’on y pense bien, les livres peuvent généralement être reliés à deux ou trois thématiques. C’est l’avantage de la classification à facettes qui permet de combiner des concepts ou des caractéristiques dans la recherche d’information et la navigation.

Les trois parcours possibles pour arriver à la version anglaise de Huckleberry Finn de Mark Twain.

Les trois parcours possibles pour arriver à la version anglaise de Huckleberry Finn de Mark Twain dans Amazon.

Dans un deuxième temps, là où la CDD impose une organisation hiérarchique, Amazon propose plutôt une organisation relationnelle basée sur la similarité et qui favorise la découverte, ce qui n’est pas forcément évident dans un système tel que la CDD. Ceci nous amène à considérer que la solution se trouve peut-être dans la réorganisation de la classe 000 afin que les documents qui se rapportent à une thématique existante soient placés dans des catégories plus près du modèle mental des utilisateurs actuels.

La Bibliothèque municipale (BM) de Lyon – Part-Dieu : un exemple de CDD combinée à une organisation physique thématique

L’organisation des documents à la BM de Lyon à Part-Dieu offre un exemple intéressant de la mise en pratique de cette approche. Sous l’impulsion de la direction, Abdel Kader El-Mahdi rapporte dans son rapport de stage que l’établissement a entamé dans les années 90 un processus de départementalisation afin de réorganiser les documents dans quatre thématiques qui s’arrimaient mieux aux besoins des utilisateurs. Là où d’autres établissements auraient choisi de créer un espace dédié aux ouvrages de référence, la direction de la BM a choisi de conserver les dictionnaires et les encyclopédies dans un silo de stockage avec les documents rares et anciens. Ces documents demeurent accessibles et empruntables, mais il ne sont plus mis de l’avant et n’occupent plus de l’espace physique sur les étagères.

Présentation de l’organisation des thématiques à la Bibliothèque municipale de Lyon à La Part-Dieu.

Aujourd’hui, si vous chercher des documents qui traitent de l’UX et de l’architecture de l’information à la BM, vous verrez qu’ils portent une cote dans la classe 000. Cependant, il faudra aller les récupérer sur les rayons du département de science. À défaut de réorganiser la CDD, la BM a repensé l’organisation physique de ces documents en dissociant la cote de la localisation qu’elle induirait normalement. Cette approche lui a permis de mieux répondre aux attentes des utilisateurs qui s’attendraient à trouver des documents sur le Web et l’informatique dans le même espace que ceux des sciences et de la technologie.

Pourra-t-on un jour en finir avec la classe Généralités 000 ?

Pour Resmini et Rosati, les catégories « Autres » « ont leur place dans notre vision du monde, même si leur utilisation dans une architecture de l’information se révèle problématique (dans la conception de la navigation, par exemple) ». Si la catégorie peut-être utile dans les premières phases d’un projet de conception, il n’en demeure pas moins important d’attribuer un libellé qui soit représentatif du contenu et qui ait un sens, ce à quoi les termes « Généralités », « Autres », « Divers » ne peuvent prétendre. Une classification axée sur la perspective de l’utilisateur peut permettre d’éviter les catégories fourre-tout dépourvues de sens et d’utilité. Selon le contexte et l’objectif poursuivi, d’autres types de classification seront plus appropriés : alphabétique, géographique, organisationnel, par tâche, par thème ou une combinaison de plusieurs types. L’architecture de l’information offre plusieurs possibilités pour nous permettre de classer l’inclassable et repenser notre vision de la structure de l’information. Cela nous amènera peut-être à dissimuler de l’interface principale certains contenus que les utilisateurs jugent peu pertinents pour l’utilité qu’ils ont du système concerné, mais nous aurons une classification plus utile pour ceux à qui elle est destinée.

Le changement des cotes dans la CDD n’aura probablement pas lieu demain ni à court terme. Les ressources nécessaires pour procéder à une réorganisation de cette ampleur et son impact sur les bibliothèques serait considérable. Cependant, à court et moyen terme, les exemples d’Amazon et de la BM de Lyon et les types de classification à notre disposition montrent que nous avons les outils pour palier à certaines lacunes de la CDD et représentent une avenue intéressante pour l’organisation des « inclassables » en milieu documentaire et dans notre quotidien.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *