Maîtrise du réseau et du contenu : quelles logiques à l’œuvre sur le web ?

Cet article a été rédigé par Henri Sergent, Lénaïc Faure et Paul-Henri Dumas.

“la maîtrise du réseau est un objectif essentiel”

L’informatisation de la société; Simon Nora, Alain Minc, 1978

Dans leur rapport de 1978 qui allait aboutir à la mise en place du Minitel, Simon Nora et Alain Minc avaient bien identifié les enjeux futurs liés à l’émergence de la société de l’information. La maîtrise des réseaux et des contenus qui y transitent est donc devenue un objectif commun aux États et aux multinationales. En effet, la maîtrise des réseaux vise in fine la maîtrise des contenus. Cette volonté de contrôle se caractérise par plusieurs approches d’appropriation que nous allons tenter d’aborder ici.

Le web a été pensé au départ comme un réseau dans lequel l’information est censée circuler librement.

Les protocoles, ouverts et communs (TCP/IP, HTTP/HTTPS, FTP, IPv4/v6) sont censés permettre cette circulation, mais les « tuyaux d’information » (câbles sous-marins, fibres optiques, câbles téléphoniques,  bornes 3G/4G, satellites), les « réservoirs » (data centers, serveur racine du DNS…), et les services (messagerie, partage…) les plus massivement utilisés sont aux mains de quelques États et multinationales.

Les États maîtrisent les réseaux…

Cette volonté de contrôle peut se manifester de plusieurs manières, en faisant appel à des procédés technologiques plus au moins avancés, et mobilisant des moyens plus ou moins conséquents avec des degrés de coercition plus ou moins élevés. La liste ci-dessous ne vise pas à faire un panorama exhaustif.

  • Un premier exemple de maîtrise étatique est celui bien connu de la Corée du nord, qui a mis en place un intranet maison, Kwangmyong, qui ne contient que 28 sites web. Un réseau 3g, Koryolink, est aussi déployé et permet à 2 millions d’utilisateurs d’avoir un accès mobile à cet intranet. La quasi-totalité de ces utilisateurs ne peuvent pas accéder au reste de la Toile. Il est clairement ici question de censure, et d’empêcher la population d’accéder à des informations qui pourraient nuire au régime.
  • La Chine utilise aussi un système de filtrage pour empêcher les internautes d’accéder à certains contenus qui utilisent des mots clés spécifiques. Par analogie avec la grande muraille, ce système est appelé « la grande muraille numérique ». D’autres mesures sont aussi prises : les grands services chinois tels que QQ, une messagerie instantanée, Weibo, un service de microblogging, ou encore Tom Skype, la version sinisée du logiciel de Microsoft sont sous la surveillance de l’état afin d’empêcher la circulation de mots interdits, tels que « Tiananmen », « Human Right Watch » ou « Amnesty International ». Google a même pendant un temps été inaccessible en Chine. Ce pays a donc mis en place une combinaison de mesures qui vont concerner les tuyaux d’information et les services.
  • Un autre État, Cuba, tente de maîtriser internet sur son territoire. Les ordinateurs étaient interdits pendant des années, et les seuls cyber cafés étaient contrôlés par l’État et la connexion très chère. Là encore, la censure était bien présente, puisqu’un programme installé sur les postes fermait automatiquement les applications qui contenaient des mots interdits. Il semblerait toutefois que le pays commence à s’ouvrir, et que l’information numérique devienne même un marché comme les autres !
  • En Iran, l’État pousse au développement de services locaux de réseau social ou de vidéo en ligne, pour ne plus avoir à utiliser les services des multinationales occidentales, et ainsi pouvoir maîtriser les flux d’informations. De la même manière, il déploie des milliers de kilomètres de fibre optique, pour amener Internet partout dans le pays, y compris dans les zones rurales. La maîtrise de l’infrastructure ajoutée à la maîtrise des services permettra ainsi « la séparation de l’internet propre et de l’Internet souillé » et « interdira l’utilisation du web pour des motifs qui contredisent nos principes éthiques » (Reza Taghipour, ministre des technologies de l’information et de la communication entre 2009 et 2012). Elles autoriseront aussi  le gouvernement à collecter des données privées sur les utilisateurs du réseau et à censurer les informations qui viennent de l’extérieur.
Capture d'écran d'Apparat, le Youtube Iranien

Capture d’écran d’Apparat, le Youtube Iranien

  • Même en France, les utilisateurs du web peuvent se trouver confrontés à une censure. En effet, par décision de justice ou par décision de l’administration, les fournisseurs d’accès à internet peuvent se voir signifier une obligation de blocage pour certains sites dont le contenu est illégal. On pense ainsi au site qui proposait de télécharger des fichiers torrent, The Pirate Bay, ou à des sites de streaming ou encore à des sites de propagande djihadiste. Le Conseil de l’Europe, dans un rapport publié en juin 20161, met ainsi la France sur le même plan que la Turquie ou la Russie dans sa capacité à bloquer des sites sans décision de justice.
site-djihadiste-censure-france

Message du ministère de l’intérieur lorsque l’on souhaite accéder à un site djihadiste

 

…alors que les multinationales tentent de maîtriser les usages.

Nous avons vu que les États sont les instigateurs de moyens de filtrage et de censure, mais il faut savoir aussi que les multinationales sont devenus des acteurs de plus en plus puissants dans cette lutte pour la maîtrise des réseaux et des contenus qui y passent.

Au-delà d’injonctions telle que “Don’t be evil” prononcée par un des fondateurs de Google, on peut légitimement rester perplexe sur les véritables intentions des grands acteurs du web.

En effet, certains projets se drapent d’intentions humanitaires tels les projets Loon ou Internet.org, ou encore le projet d’Elon Musk de fournir un accès à internet dans les zones rurales ou même dans le monde entier.

Si cette intention est louable (l’accès à internet est un vecteur de développement économique) dans le cas d’internet.org, proposé par Facebook, la logique d’accès au réseau impose aux utilisateurs un nombre limité de services, et toute l’information qui transite doit passer par les serveurs de la société. Les usagers peuvent demander à s’intégrer dans cet écosystème mais c’est la multinationale qui conserve la gouvernance.

 

internet-org-facebook

Message inspirant publié par Facebook sur le site d’internet.org

Le projet Google Fiber voit aussi Google prendre la maîtrise des infrastructure en déployant ses propres câbles à travers les États-Unis.

Dans l’actualité, on voit aussi qu’un contrôle peut s’exercer sur les informations partagées sur les réseaux. Facebook et Google ont par exemple promis de tenter de s’attaquer aux distributeurs de « fausses » informations en leur coupant leurs revenus publicitaires.

De la même manière, puisque certains réseaux ne se sont plus contrôlables, les grands acteurs du web coupent l’accès à leurs ressources financières. On pensera notamment à la fermeture du compte Paypal de Julian Assange, le fondateur de Wikileaks.

D’autres moyens, plus subtils ceux-là, mais qui interrogent autant l’éthique, sont ceux mis en place par les grandes compagnies du web pour capter l’attention des utilisateurs grâce à leur écosystème de produits. En effet, quel meilleur moyen pour garder un utilisateur captif à l’intérieur du réseau que de le rendre accro à un produit ? On pensera ainsi à la bulle informationnelle de Google, qui ne nous amène que vers les résultats qui sont censés nous intéresser, ou bien aux notifications des produits Apple ou Google, ou encore aux épisodes de Netflix qui ne s’arrêtent pas à moins qu’on ne leur demande.

Nous sommes toujours face à une approche top-down, mais ici le top est incarné par tous les fournisseurs de services et par les gens qui ont la maîtrise du réseau et des services, qu’il s’agisse des États ou des multinationales de la Silicon Valley.

Une petite histoire pour conclure

Imaginons un utilisateur appelé Brian. Il vit à Kansas City, où Google est fournisseur d’accès. Il utilise un téléphone Google Pixel, sous Google Android. Il consulte Google Actualités et visionne une vidéo de musique sur Youtube.

Séduit par la chanson, il l’achète sur Google Play. Quelques minutes après, il saisit une requête sur le moteur de recherche Google.com pour avoir plus d’infos sur le groupe, et arrive sur le Blogger du groupe en question, et réalise que leur prochain concert a lieu dans sa ville.

Il achète sa place en utilisant Google Pay. Il décide aussi d’y inviter sa voisine, qu’il aime bien. Il lui envoie un email en passant par Gmail. Pour rédiger son mail, il a utilisé Google Translate, car sa voisine est française, et il utilise une phrase d’accroche trouvée sur Google Books. Pour préparer leur venue il localise l’endroit sur Google Maps, repère la façade du bar sur Google Streetview. Une fois au concert, il prend un selfie avec elle et sa photo se retrouvera stockée sur Google Photos.

A la lecture de cette histoire, on peut légitimement se demander, qui est le plus surveillé sur les réseaux, qu’ils soient étatiques ou commerciaux, Mahmoud l’iranien, Pablo le Cubain, Kim le nord-coréen ou bien Brian l’américain ?

1 . CONSEIL DE L’EUROPE, 2015. Filtering, blocking and take-down of illegal content on the Internet. Freedom of Expression [en ligne]. 12 2015. [Consulté le 21 novembre 2016]. Disponible à l’adresse : http://www.coe.int/web/freedom-expression/study-filtering-blocking-and-take-down-of-illegal-content-on-the-internet


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *