Google Books, une lettre de plus pour le géant Alphabet

Rédigé par Audrey Cabrolier, Flavien Auffret et Ka Hei Cheung

En 2002, un groupe de développeurs chez Google s’est posé la question — combien de temps pour numériser tous les livres imprimés dans le monde ? Aucun expert n’a pu leur répondre. Treize ans plus tard, le Google Books Project a transformé plus de 30 millions d’œuvres imprimées, les ajoutant dans un catalogue numérique et les exposant à un accès via Internet. Ce nombre continue à augmenter d’une manière significative grâce aux divers partenariats bibliothécaires et universitaires qu’a obtenus Google. Avec l’émergence des smartphones et des tablettes, on peut sans doute estimer que la numérisation des livres est dans la tendance. Cependant, le projet de Google a suscité une grande polémique dans le monde de l’imprimé et fait face à de fortes résistances. Les débats basés sur les atteintes aux droits d’auteur et le principe du Fair Use que porte ce géant restent toujours dans l’actualité. Si on laisse de côté les jugements sur la justesse des choix faits, Google Books rapporte-t-il véritablement des bénéfices à Google ? Est-il économiquement viable ?

Google Books une mine, mais pas d’or !

Quand on pense numérisation des livres, on pense main d’œuvre, temps, machine et livres, ce qui demande de l’argent. Or Google – cette entreprise qui n’est plus à financer – dépense beaucoup pour ce projet.
Pour une bibliothèque traditionnelle, numériser est une procédure très onéreuse et très complexe, elle coûte plusieurs centaines d’euros par livre. Cependant, Google a su créer un système de numérisation nettement moins cher, qui serait plus facile à utiliser et qui n’abîmerait – selon eux – pas les livres, mais la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.

La numérisation low-cost résulte sur quelques loupés (disponible sur un Tumblr the « art of google books »)

La numérisation low-cost débouche sur quelques loupés (disponible sur : « The art of google books »)

 

Ainsi, selon Pamela Samuelson professeur de droit à l’université de Californie, la numérisation réalisée par Google coûterait entre 30 et 100 euros par ouvrage. Multiplié par 30 millions d’exemplaires, vous pouvez imaginer le coût total de l’opération. Cela ouvre donc des questions sur l’amortissement de ces dépenses. Google a donc prévu de les limiter avec deux types de revenus. Comme tout marchand, il vend des éditions numériques sur Google Play grâce à des partenariats avec certains pays. À travers sa plateforme, le géant de l’internet met à disposition des utilisateurs des ouvrages libres de droits. Concernant les ouvrages couverts par le droit d’auteur, Google touche près de 37 % de l’achat du livre numérique. Ils proposent également de la publicité aux éditeurs ayant des livres soumis aux droits d’auteur et disponibles seulement physiquement, pour les renvoyer vers une plateforme d’achat spécifique (site d’éditeur, Amazon, Fnac…) qui peut ne pas être Google play.

En respectant l’adage du « premier arrivé, premier servi », Google s’est permis de lancer la numérisation sans trop se soucier des lois qui relèvent du droit d’auteur. Cela lui a valu de multiples actions en justice continuant à creuser son déficit ­­­­sur ce projet. Devant tant d’obstacles et de dépenses, on peut s’interroger sur l’intérêt de Google à continuer son investissement dans Google Books ?

Google Book n’a pas fini de nous livrer tous ces secrets

Google a comme toute entreprise privée l’objectif de faire du profit, son projet de numérisation des livres n’y échappe pas. Le projet Google Books a beau ne pas être rentable à l’heure actuelle, la firme de Larry Page a tout à gagner sur le long terme. L’argent dont Alphabet dispose lui permet de s’imposer comme le leader du marché du livre numérique. L’avènement des tablettes, liseuses et l’utilisation de plus en plus grandissante des médias liés au web devrait permettre au secteur d’exploser. Même si l’audience – encore faible – du secteur ne permet pas un gain direct, sa potentielle croissance explique amplement l’investissement réalisé par Google.

L’idée plus globale de l’entreprise est de fournir le plus de services possible à ses utilisateurs pour qu’ils continuent à utiliser leur plateforme. Or en faisant Google Books, le géant américain met à disposition de ceux-ci une bibliothèque sans murs, sans limites auquel chacun peut accéder à la seule condition de disposer d’un accès à Internet. On est donc en plein dans l’idéal des Lumières qui est néanmoins pratiqué par une entreprise privée cherchant à faire des bénéfices. Ce n’est donc pas par pure philanthropie que Google souhaite rassembler le plus d’ouvrages possible.

L’implantation du géant dans le monde du livre est faite avec une vue à long terme, une fois que l’audience serait créée, la publicité et le Google Book Settlement (accord entre Google et les ayants droit) pourraient permettre de rembourser une partie de l’investissement. Le profit de Google ne se limiterait pas seulement aux revenus directs, les livres lui offriraient des connaissances nouvelles à fournir aux utilisateurs. Elles pourraient être mises à disposition – comme c’est déjà le cas – pour pallier aux éventuelles lacunes de son moteur de recherche sur des sujets poussés ou universitaires. D’autant plus que pour certains livres, il sera le seul à les mettre à disposition. On peut également émettre l’hypothèse d’un digital labour, soit confier des tâches minimes à chaque utilisateur en les dissimulant pour réaliser un travail titanesque à moindre coût, par exemple renseigner les plaques de numéro sur les immeubles en filtre anti-robot. Appliqué aux livres, ce système permettrait d’améliorer le service de traduction instantanée. Les livres numérisés sont souvent traduits dans plusieurs langues, Google pourrait donc exploiter ces traductions littéraires pour parfaire son propre traducteur, économiser de l’argent et remporter le marché de la traduction en ligne.

Les utilisations de ces fonds de culture pourraient être très profitables pour Google et lui permettre de prendre de l’avance vis-à-vis de ses concurrents directs sur le Web littéraire que sont Amazon, Microsoft ou d’autres. Le nombre de livres que Google a déjà numérisés est un argument marketing important. Le parallèle le plus probant de ce combat autour du contenu est l’accès à la vidéo à la demande. Ce sont ceux qui ont le plus investi dans du contenu qui sont les plus valorisés à l’instar de Netflix. Google pioche dans les contenus publics à un prix modique et se fait une banque de données inégalable en plus de fournir un service que les États ne pourraient jamais se payer (par exemple, la BnF a un budget de 5 millions d’euros annuel pour numériser un ensemble estimé entre 50 et 80 millions). En grande partie puisque c’est à l’heure actuelle un sujet qui ne concerne et n’est compris que par une poignée de spécialistes, les acteurs des décisions ne voient par ce biais qu’un moyen de numériser des livres publics à moindres frais.
Tout l’intérêt de Google est donc de remporter son pari et de devenir le futur leader des œuvres littéraires numériques qui seront peut-être un jour le futur de l’imprimé.


Bibliographie

Band, Jonathan, 2006. The Google Library Project: Both Sides of the Story. Plagiary: Cross‐Disciplinary Studies in Plagiarism, Fabrication, and Falsification [en ligne]. 2006. Vol. 1, pp. 6–21. [Consulté le 6 novembre 2016]. Disponible à l’adresse : http://hdl.handle.net/2027/spo.5240451.0001.002

Darnton, Robert, 2009. The Case for books. New York : PublicAffairs, p.3–20.
Disponible à l’adresse : https://books.google.fr/books?id=KplFSD-VP_QC&printsec=frontcover&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false

Lewis, Ben, 2013. Le livre selon Google, Arte Thema.
Disponible à l’adresse : http://www.dailymotion.com/video/xys9z5_le-livre-selon-google-arte-thema-p1-hd-2013_news


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *