Trois méthodes de design UX pour débuter

Ce billet a été rédigé par Audrey Cabrolier, Constance Grandin et Fabrice Faure-Grise.

9782212141436_h430Les « Méthodes de design UX » de Carine Lallemand et Guillaume Gronier, respectivement chercheurs à l’université du Luxembourg et au Luxembourg Institute of Science and Technology, présentent 30 méthodes utilisées en conception et évaluation des systèmes interactifs.

Le livre a deux facettes, didactique et encyclopédique. L’ouvrage manifeste, d’une part, une intention pédagogique, présentant chaque technique utilisée pour la conception centrée sur l’expérience de l’utilisateur, la situant dans une perspective scientifique ou issue du monde professionnel et proposant une méthodologie sous forme de fiches. D’autre part, il constitue une somme, un aide-mémoire permettant aux professionnels comme aux enseignants et chercheurs de s’y référer et d’étayer leurs présentations argumentées, notamment grâce à la richesse des références bibliographiques et webographiques proposées.

Lors de vos différents projets professionnels, vous serez certainement amenés à questionner vos méthodes, trouver des solutions complémentaires pour résoudre vos problèmes. Nous avons relu pour vous trois fiches méthode indispensables. Nous les présentons de notre point de vue de designers UX débutants. Pour un propos plus expert, nous vous conseillons vivement la lecture de l’ouvrage.

Bien commencer un projet, les étapes indispensables

Avant toute mise en œuvre, vous devez veiller à définir correctement votre projet. Il s’agit là de fixer les objectifs de votre mission. Cette première étape est incontournable afin de construire des fondations saines pour votre projet. Voici les conseils que nous avons retenus, issu de la première fiche du livre nommée “Définition du projet”.

 

https://pixabay.com/fr/r%C3%A9union-d-affaires-remue-m%C3%A9ninges-1453895/

https://pixabay.com/fr/r%C3%A9union-d-affaires-remue-m%C3%A9ninges-1453895/

Aux prémices de votre projet, s’imprégner de la problématique qui vous a été confiée s’effectue en plusieurs étapes.

Tout d’abord, la rencontre avec les parties prenantes, leur consultation est primordiale afin d’assurer la bonne définition des objectifs. Pour préciser les enjeux et contraintes pour chacun des interlocuteurs, vous devez comprendre leur point de vue. Cette première mise en relation définira aussi le diapason de votre communication avec les parties prenantes. N’hésitez pas à les questionner dans un premier temps pour vous assurer que le projet est correctement délimité et ensuite pour leur demander toutes informations utiles sur le contexte pouvant contribuer au succès du projet. Lors de cette rencontre aussi appelée réunion de lancement, nous vous conseillons de bien préparer vos questions et de les noter sur une trame qui vous servira de guide. Vous pouvez trouver un guide de ces questions types à ne pas oublier sur le site UsabilityNet.
Cette première phase ne saurait être bien traitée sans une recherche secondaire de votre part. Pour une meilleure compréhension du contexte de votre projet, nous vous recommandons de vous focaliser sur une revue de l’existant.

Les avantages de la méthode des personas

Lorsqu’on conçoit un projet, une des méthodes propres à saisir ses enjeux est de se projeter à la place des utilisateurs grâce à des fiches décrivant des archétypes d’utilisateurs cibles afin de leur donner vie, d’imaginer un produit qui leur correspond et de répondre à leurs besoins. Cette méthode a de plus l’avantage de faciliter la communication en équipe et de favoriser l’idéation.

La définition de profils d’utilisateurs cibles puis de leurs besoins s’appuie sur des données réelles (entretiens, observations, recherche documentaire, etc.). Les profils sont des ensembles de variables et de comportements définissant chacun un groupe d’utilisateurs. Ils permettent de construire des « personas ».

Voici un exemple de fiche de persona tiré du site xtensio.com, que nous vous recommandons pour débuter :

 

https://xtensio.com/wp-content/uploads/2015/04/ExPersona_Alyssa.png

https://xtensio.com/wp-content/uploads/2015/04/ExPersona_Alyssa.png

Les détails apportés à vos personas doivent comprendre au minimum des éléments d’identité, des comportements et attitudes vis-à-vis du produit ainsi que des contextes d’usage. Présentez leur personnalité sous forme narrative pour susciter l’empathie des membres de l’équipe. Veillez toutefois à n’ajouter que des éléments en rapport avec la thématique de votre projet.

Ces fiches vous permettront de définir des solutions de conception satisfaisant les utilisateurs et d’imaginer de futurs scénarios d’usage qui vous guideront durant toutes les phases d’idéation. En somme ces personas et le système dont vous racontez l’histoire commune vous aideront à vérifier l’adéquation entre les attentes du persona principal et les fonctionnalités de votre système, sans décevoir les personas que vous jugerez secondaires et ce, tout au long du processus de conception.

Les enjeux du tri de cartes

Le tri de cartes est une méthode de l’architecture de l’information centrée sur l’utilisateur. L’objectif consiste à demander à l’utilisateur de trier, catégoriser, analyser les éléments d’un menu ou d’une barre d’outils. L’utilisateur organise ainsi les éléments de structure en les adaptant au mieux pour optimiser sa recherche d’information.

 

https://pixabay.com/fr/d%C3%A9marrage-personnes-silicon-valley-593343/

https://pixabay.com/fr/d%C3%A9marrage-personnes-silicon-valley-593343/

Le choix du contenu des cartes est une étape importante, et doit être fait en corrélation avec votre projet. Pour un site web existant, listez les éléments du site et laissez l’utilisateur trier le contenu.
Pour un nouveau site, les cartes illustreront des idées et le contenu. Le tri de cartes consistera à catégoriser ces idées. Pour une application, le tri portera sur les fonctionnalités de l’application.
Le contenu des cartes se doit d’être homogène, porter sur le même niveau d’information. Les cartes peuvent être papier ou numérique. Toutefois, nous vous recommandons de proposer aux participants si cela est possible, des cartes en papier, cette solution, plus ludique, procurera une plus grande satisfaction aux participants. Il vous faudra néanmoins prévoir des cartes vierges pour que l’utilisateur puisse dupliquer les cartes s’il souhaite les classer dans plusieurs catégories.
Le tri de cartes doit être effectué avec un panel d’utilisateurs (10 participants suffisent) représentatif de votre site. Les utilisateurs peuvent être pris en groupe ou individuellement. En groupe, le tri présente l’avantage d’être plus rapide à réaliser et permet d’obtenir des résultats plus riches de par l’argumentation des participants sur leur choix. Cependant, les résultats peuvent parfois être influencés par certains membres du groupe.
Nous vous recommandons lors de la mise en place d’un tri de cartes d’utiliser entre 30 et 100 cartes, et d’envisager un temps de manipulation de 45 minutes. Le traitement et l’analyse des tris de cartes prennent du temps, et ne permettent pas de dégager immédiatement une structure de l’information. Pour vous aider, des logiciels comme EZSort et WebCAT vous permettent d’analyser les résultats du tri.
Le tri de cartes permet d’identifier le contenu de différentes rubriques. Il garantit une construction de site fondé sur la perception de l’architecture de l’information des utilisateurs.

Bien sûr, nous vous avons simplement proposé quelques notions sur les 30 proposées, de manière bien plus riche, dans ce livre : nous espérons ainsi vous avoir donné envie de lire cet ouvrage !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *