Architecture d’information des lieux

L’architecture de l’information peut être comparée avec l’architecture de bâtiment, en particulier grâce à la capacité de chaque discipline à planifier et à relier plusieurs éléments importants ensemble.

polar-bear-book-coverSelon la dernière édition du “polar bear book” « Information Architecture For the Web and Beyond » de Peter Morville et Louis Rosenfeld, qui comptent parmi les pères de l’architecture de l’information,  et Jorge Arango, consultant en architecture de l’information nous pouvons apprendre de la conception des environnements physiques pour créer des environnements d’information qui soient vraiment cohérents.

Un environnement d’information est un lieu par lequel une personne cherche de l’information et satisfait un besoin d’information. Les environnements d’information comprennent les sites web, les applications de smartphone, les intranets et l’écosystème d’information plus large. En effet, nous expérimentons des environnements d’information comme des lieux physiques où l’on peut traiter des informations, apprendre et communiquer avec d’autres personnes.

L’analogie avec l’architecture

On parle d’architecture de l’information par analogie avec l’architecture physique des bâtiments que nous construisons dans le monde réel. Chaque bâtiment est unique et des facteurs tels que l’architecture, la construction, l’ameublement, l’emplacement et les habitants jouent un rôle majeur dans l’élaboration de l’objectif d’un bâtiment.

Dans son livre intitulé «How Buildings Learn: What Happens After They’re Built », Stewart Brand écrit que les bâtiments peuvent être divisés en six couches différentes qui changent à des rythmes différents au fil du temps.

les6couchesLes couches de durabilité d’un bâtiment.
Source: « How buildings learn », Stewart Brand, 1994 

Chaque couche est définie par la vitesse à laquelle elle change, cf. la description ci-dessous des couches dans l’ordre de la plus lente à la plus rapide.

  • Lieu physique de bâtiment : représente le lieu géographique du bâtiment. C’est éternel et le changement est le plus lent.
  • La structure : c’est le squelette qui soutient le bâtiment et qui comprend les fondations, les colonnes, les dalles et les autres matériaux.
  • L’enveloppe extérieure : c’est la partie externe du bâtiment par, exemple le mur ou le toit.
  • Systèmes électriques et mécaniques des bâtiments : ce sont tous les équipements du bâtiment, tels que les systèmes électriques, chauffage, ventilation, climatisation et plomberie.
  • L’architecture intérieure : la partie interne du bâtiment qui comprend les cloisons et les portes entres les espaces.
  • Accessoires d’ameublement : Ce sont les meubles, articles d’ameublement et appareils. Ceux-ci sont les changements les plus récurrents et parfois mensuellement.

Les environnements de l’information

Bien que la structure et les changements de « peau » (skin) soient très lents, les meubles et les cloisons internes d’un bâtiment peuvent changer relativement fréquemment en fonction de son utilisation. Un bâtiment bien conçu peut accueillir de nombreuses utilisations différentes sur une longue période de temps.

De la même façon, les environnements d’information, eux aussi, sont composés de couches différentes qui peuvent évoluer avec le temps.

Les environnements de l’information

Comme pour les architectes d’immeubles, les architectes de l’information s’efforcent de créer des environnements compréhensibles et utilisables par les êtres humains et qui peuvent se développer et s’adapter au fil du temps pour répondre à leurs besoins et à ceux de leurs organisations.

Au lieu de définir des compositions de formes, d’espaces et d’objets tels que les murs, les toits et les meubles, dans les environnements d’information, l’architecture de l’information définit des compositions d’éléments sémantiques tels que des étiquettes de navigation, des titres de section et des mots clés. Ce sont les principes, les buts et les directives de conception qui capturent le sentiment visé du lieu.

En outre, les environnements d’information ont également des principes d’organisation qui aident à apporter cohérence et structure à l’ensemble et peuvent également se manifester de différentes manières. Par exemple, lorsque vous accédez à Twitter en utilisant un navigateur web sur l’ordinateur l’icône de Tweet se trouve en haut à droite de la fenêtre.  Mais, sur l’écran tactile de quatre pouces d’un smartphone, cette icône se trouve en en bas à droite de la fenêtre.

twitterweb-2

 twittermobileNavigation Twitter en Web et mobile

Structures sémantiques de l’architecture d’information

Dans les environnements d’information, il existe une cohérence entre les différentes instances de l’architecture obtenues par l’utilisation cohérente du langage et en établissant une relation ou un ordre particuliers entre les éléments linguistiques qui le composent.

L’organisation et l’ordre des éléments en architecture d’information permettent d’identifier facilement les produits et services.

Les structures sémantiques sont un moyen de communication aux utilisateurs. Un utilisateur peut facilement identifier le type d’environnement d’information. Par exemple, un utilisateur qui accède à un site de banque par l’application mobile devrait connaître des structures sémantiques cohérentes lors de l’utilisation du site Web de la banque ou des services téléphoniques de la banque. Également, les éléments de navigation d’un site d’une banque avec des mot-clés comme « Banque », « Prêt personnel » et « L’Épargne » devraient faire penser à l’utilisateur à la banque. Alors, un environnement d’information avec une structure sémantique standard rend à identifier et à différencier un environnement d’information d’autres environnements.

Un environnement d’information avec une structure sémantique standard rend plus facile de différencier l’un à l’autre. De plus en plus, les mises en page, le design visuel et les mécanismes d’interaction des sites Web peuvent changer pour refléter les technologies nouvelles, mais leurs structures sémantiques tendent à rester relativement stables parce que les utilisateurs de ces systèmes s’habituent à leurs structures sémantiques et peuvent être désorientés si celles-ci changent trop brusquement.

Rythme des environnements d’information

Dans les immeubles, le rythme est dû aux couches « Structure» et « Skin». Les modèles de construction ajoutent du dynamisme et facilitent la transition entre les environnements externes et internes des bâtiments.

En effet, les environnements d’information, les rythmes et les modèles sont des concepts de hiérarchie qui changent la façon dont l’information est perçue. Les interactions utilisateur telles que les résultats de recherche et les animations de sites proposent des rythmes différents.

rhythmRythme en architecture 

En effet, les environnements d’information, les rythmes et les modèles sont des concepts de hiérarchie qui changent la façon dont l’information est perçue. Les interactions utilisateur telles que les résultats de recherche et les animations de sites proposent des rythmes différents.

Finalement, un fort sens du rythme dans les environnements d’information est également connu dans les plateformes qui montrent des fils d’actualités comme Twitter.

Un incontournable

Ce livre illustre bien les concepts  d’architecture de l’information, des méthodes et des techniques pour nous guider dans ce vaste environnement d’information. Pour en savoir plus sur des environnements d’informations, la conception et la compréhension de l’architecture de l’information, chaque architecte de l’information, amateur ou expert, se doit d’avoir un exemplaire de cette quatrième édition du “polar bear book” !

 

Enregistrer


Sylvia Musula

Etudiante du master architecture de l’information de l’ENS de Lyon.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *