Les surprises du numérique africain dans le MOOC #Archinfo 2017

numerique_en_afrique

Les surprises du numérique africain

La saison 3 du Mooc Architecture de l’information démarre le 18 janvier prochain. Parmi les nouveautés, il contiendra une séquence spéciale sur l’Afrique subsaharienne. En avant-première, voici les premières leçons tirées par ses initiateurs.

  1. Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Djossè : Je suis Djossè Tessy, Béninois, étudiant en Master 2 Architecture de l’information à l’Ecole Normale Supérieure. Je suis ingénieur documentaliste et spécialiste des industries culturelles. J’ai décidé de m’orienter vers le numérique parce que l’un des défis de l’Afrique d’aujourd’hui et même de demain est le développement du numérique dans tous les secteurs. Dans le cadre de mon mémoire, je travaille sur l’un de ces secteurs : la formation à distance par les MOOC.

Romuald : Je suis Romuald Kepayou, Camerounais, étudiant en Master 2 Architecture de l’information à l’École Normale Supérieure de Lyon. Je suis passionné par UX/UI design, l’amélioration de l’expérience utilisateur via les solutions numériques, c’est une discipline qui peut fortement contribuer au développement numérique de l’Afrique. J’ai donc choisi d’orienter mon mémoire de fin de formation sur la conception des solutions numériques pour la pratique des tontines si chère à cette Afrique qui bouge.

  1. Comment avez-vous préparé cette séquence ?

Romuald : Nous avons eu l’opportunité d’effectuer un voyage dans trois pays francophones d’Afrique subsaharienne : le Cameroun, la Côte d’Ivoire et le Sénégal. Le but était d’aller voir par nous-même les innovations en cours en rencontrant les acteurs de l’écosystème numérique dans ces trois pays. En passant une semaine dans chacun de ces pays, nous avons rencontré des concepteurs d’application, des formateurs dans le domaine du numérique, des UX designers ou encore des opérateurs de télécommunication. Nous avons rencontré des personnes bien au delà de ceux que nous avions contactés sur internet avant le voyage. Le résultat, que nous vous proposons dans la séquence Afrique, est de notre point de vue  bluffant ! Nous vous invitons à le découvrir dans la séquence spéciale Afrique du MOOC #archinfo

  1. Quels thèmes y seront présentés ?

Djossè : Nous avions l’idée de présenter un état des lieux du numérique en Afrique francophone subsaharienne. La difficulté qui est très vite apparue est le choix de l’angle de traitement. Avec les entretiens que nous avons eu dans les pays, nous avons privilégié l’usage des technologies de l’information et de la communication. Le mobile a pris, en effet, la première place dans ces usages et il témoigne du saut technologique que l’Afrique a fait avec une phase d’appropriation et maintenant une phase d’innovation dans des applications conçues localement. La plupart des applications proposées que ce soit de communication (Facebook ou Whatsapp) ou de transfert d’argent (Mobile money) misent sur le mobile qu’il soit connecté à internet ou pas. Nous nous sommes aussi rendus compte que pour offrir une expérience optimale aux personnes qui utilisent ces applications, plusieurs paramètres spécifiques aux personnes interrogées en Afrique ou au contexte africain doivent être pris en compte. On n’a pas forcément conscience de ces paramètres qui pourtant sont déterminants à la fois pour conduire une étude UX ou pour avoir des résultats exploitables.

Romuald : Pendant notre voyage et grâce à nos interlocuteurs, nous nous sommes aperçu que les Africains n’avaient pas toujours le même usage des TIC que celui imaginé en Occident, il fallait donc montrer l’usage des TIC à l’africaine. Ensuite il fallait aussi présenter l‘UX Design dans le contexte africain et aussi les leçons que l’Occident pourrait en tirer. Autre découverte : l’usage remarquable de la technologie USSD en Afrique, nous expliquons son fonctionnement et présentons quelques solutions ingénieuses africaines par des exemples concrets

  1. Si vous deviez retenir une leçon de cette expérience, quelle serait-elle ?

Romuald : Au regard de ce que nous avons vu, l’Afrique peut accélérer son développement grâce au numérique. Elle doit développer elle-même des solutions numériques adaptées à ses propres besoins et elle en est capable.

Djossè : je retiens principalement que l’Afrique est dans une période importante du développement du numérique et fera parler d’elle dans les prochaines années. A l’évidence, les utilisateurs africains auront un rôle décisif puisque les services seront développés pour eux. Il serait donc temps de tenir compte de leur expérience.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *