[Blend Web Mix] Jellynote, l’UX au service de la musique

Les 1er et 2 octobre derniers, Lyon a accueilli la 1ère édition de la Blend Web Mix, l’occasion pour les “webmakers”, professionnels et passionnés du web, de se rencontrer autour de conférences, ateliers et tables rondes. Parmi eux, nous nous sommes intéressés au Start up Contest. Le principe ? Une douzaine d’entreprises sélectionnées pour pitcher 5 minutes, pas une de plus, devant un jury de quinze investisseurs afin de montrer “ce que le web fait de plus innovant”.

Lors de la plénière de clôture, trois finalistes ont eu la chance de s’affronter : ReputationVIP venu nous parler d’e-reputation, Tilkee le futur des entreprises en matière de prospection et proposition commerciale, et Jellynote, grand vainqueur du concours. La surprenante plateforme d’apprentissage et de partage de musique a en effet su toucher le jury, le public et, avouons-le, nous aussi !

L’enthousiasme s’est aussi ressenti sur les réseaux sociaux : sur twitter, #jellynote arrive dans le trio de tête des hashtags les plus utilisés par les internautes pour parler de l’évènement. La start-up a su susciter des réactions très favorables, aussi bien des entrepreneurs, des développeurs que des start-up concurrentes.

Baptiste Poirier, l’un des trois membres fondateurs de Jellynote, qui attire 280 000 utilisateurs par mois après seulement un an d’existence, a bien voulu revenir pour nous sur le processus de création du site et son principe.

Baptiste Poirier, Blend Web Mix, 02/10/2013

Baptiste Poirier, Blend Web Mix, 02/10/2013

Pourriez-vous nous présenter Jellynote et ses fonctionnalités ?

Jellynote est une plateforme communautaire qui se propose de révolutionner l’apprentissage de la musique en ligne et s’adresse à des musiciens amateurs de niveau débutant ou intermédiaire. Le moteur de rendu étant en HTML5, il n’y a pas de plugin à installer, il suffit d’un navigateur. N’importe qui peut poster sur le site ses propres compositions, partitions ou morceaux connus, ainsi que des covers [1].

Nous proposons une fonctionnalité permettant de synchroniser les covers rapidement avec des partitions et tablatures. La partition est lisible facilement, même pour quelqu’un ne sachant à priori pas les lire, car les notes s’affichent directement, ce qui permet de savoir si l’utilisateur joue ou non en accord avec le tempo. Il existe un mode “pas à pas” qui affiche la partition et impose à l’utilisateur de jouer la bonne note pour avancer. Un second mode, qui rappelle Guitar Hero, évalue la performance de l’utilisateur après qu’il ait choisi une musique et un tempo. A la fin de la vidéo, il obtient un score qui va lui permettre de suivre ses progrès dans le temps.

Ce mode Guitar Hero n’a été disponible qu’à partir de la troisième version de la plateforme, l’idée vous est venue suite aux retours d’utilisateurs ?

Nous avions toujours eu cette idée, si nous ne l’avons pas mise en place plus tôt, c’est que c’était difficile techniquement et que ça n’était pas notre besoin premier. Notre besoin premier, c’était d’avoir la partition, la vidéo et le lecteur sur une même page. Le tout sans que la page soit trop chargée malgré les nombreuses fonctionnalités. C’est pourquoi il a fallu attendre la V3 et des vues spécifiques pour la voir apparaître.

Une attention particulière semble avoir été donnée au design entre les versions 2 et 3, pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous avions réalisé la première version avec Arthur et Adrien [2]. Au bout de quelques mois de travail, nous nous sommes rendu compte qu’il était difficile d’avoir une page claire et propre une fois toutes les fonctionnalités présentes. D’ailleurs sur la première version, la vidéo était placée en bas à droite de la page et les visiteurs la prenaient souvent pour une pub et ne cliquaient pas dessus. Les gens aimaient le concept, mais ils nous rapportaient que le site n’était pas suffisamment clair et intuitif. A partir de la V2, nous avons travaillé avec un designer spécialisé en UX et nous avons continué avec la V3. Entre la V2 et la V3, quelques fonctionnalités ont été ajoutées, mais il s’agissait surtout de faire un gros travail sur le design et l’UX.

Vous vouliez impliquer davantage l’utilisateur ?

C’est vrai. Quand on regarde les statistiques portant sur la durée moyenne d’une visite ou le nombre de pages visitées entre chaque version, on a surtout une amélioration entre la V2 et la V3 où la durée moyenne d’une visite a littéralement explosée. L’ajout de fonctionnalités sociales, comme le fait de devoir s’inscrire, a donné des résultats très parlants. Dès le lendemain de la mise en ligne de la V3, nous avons battu chaque jour notre record journalier de nouvelles inscriptions.

Vous venez tout juste de lancer une offre premium, pouvez-vous nous parler des premiers retours ?

Il faut savoir qu’avant de lancer cette offre nous avions mis en place pendant deux mois une bêta privée auprès de 500 testeurs. Nous voulions être sûrs d’avoir éliminé les bugs et d’avoir un service fonctionnel malgré la complexité du service d’un point de vue technique. Les premiers retours montrent que les abonnés ne sont pas uniquement des bêta testeurs. C’est génial !

Quel avenir pour Jellynote à moyen terme ?

L’objectif principal est d’avoir suffisamment d’abonnements pour financer le site. Nous entrons dans une phase beaucoup moins évidente pour nous qui est celle de la monétisation du service. En terme de fonctionnalités, nous réfléchissons à la manière de faire venir des conservatoires et des professeurs de musique. Il s’agirait de proposer des espaces permettant la mise en relations de professeurs et d’élèves. L’idée serait de permettre à l’enseignant de mettre en ligne une vidéo le montrant en train de jouer. Dans un second temps, Jellynote synchroniserait la partition avec le morceau et proposerait le tout aux élèves. Grâce aux scores de ses élèves, l’enseignant pourrait suivre leurs progrès. Proposer cette fonctionnalité sans dénaturer le site nécessitera un gros travail d’intégration.

Que vous a apporté la Blend Web Mix ?

Nous avons gagné des utilisateurs et cela nous a aussi permis de rentrer en contact avec plusieurs investisseurs, notamment des membres du jury. Grâce au concours nous avons rencontré certaines personnes que nous n’aurions pas pu, ou difficilement, rencontrer autrement. Surtout, le fait de présenter le projet à un public et de voir ses réactions de façon immédiate nous a aidés.

 

On l’aura compris, Jellynote doit sa réussite avant tout à son concept innovant né d’esprits passionnés. Cependant, la prise en compte de l’expérience utilisateur dans la modélisation du site a joué un rôle déterminant dans le succès du projet.

Jellynote démontre la nécessité de marier concept innovant, design efficace, faisabilité technologique et écoute des retours utilisateurs pour assurer le succès d’une plateforme sur le web. Ainsi, l’architecte de l’information et ses compétences en Lean UX a certainement une place à jouer dans la réalisation de ces projets.


[1] NDR : des vidéos de personnes se filmant en train de jouer une partition.

[2] Arthur Lenoir et Adrien Cognée, co-fondateurs de Jellynote avec Baptiste Poirier

 

Par Benjamin Chioetto, Camille Leblond et Laetitia Pot


Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *