Contenus numériques : les postures du spect’acteur

Sur internet, l’interactivité est omniprésente, la créativité fortement encouragée, et les initiatives de co-construction (de l’oeuvre) pullulent. Le spectateur n’est plus forcément récepteur de l’oeuvre, il participe à son élaboration. La relation habituellement verticale – de l’auteur vers le public – est aujourd’hui renversée par les possibilités qu’offre le numérique : mise en réseau, interversion des légitimités, baisse du coût de production ou du coût d’entrée dans un marché, ouverture de marchés de niche… Internet s’adresse à la multitude et se construit grâce à elle : le public n’est plus une masse indistincte, mais un ensemble de singularités qui offre un pouvoir d’expression et de coopération important.

Face aux contenus numériques, les internautes peuvent alors revêtir plusieurs postures cumulables que nous détaillons ci-dessous.

Le spect’acteur

Le spect’acteur (prosumer en anglais, pour producer/consumer) que décrit Pierre Barboza, intervient dans la narration : à la confluence entre le spectateur qui est témoin de l’action et l’acteur qui agit, le spect’acteur apporte une notion d’interactivité avec le contenu. Le spect’acteur est entièrement intégré à l’oeuvre au point d’en devenir acteur et activateur. Le numérique permet de mettre en place facilement des scénarios interactifs car, sur un ordinateur, une tablette ou un smartphone, le spect’acteur est avant tout un utilisateur qui a l’habitude d’interagir avec les contenus. Le webdocumentaire Journaliste 2.0, produit par France 4 montre à quel point le spectateur construit l’oeuvre : l’internaute choisit le contenu qu’il consulte, l’ordre dans lequel il le consulte, et communique avec ce contenu. Dans le cas du webdocumentaire, cette posture n’est pas sans créer des réticences car si le spect’acteur crée l’ordre d’enchainements des séquences il crée de nombreux liens logiques qui échappent à la vision de l’oeuvre qu’avait l’auteur. Et qui dit création de liens logiques dit potentiellement arrivée de l’émotion : dans ce cas là, qui tient réellement le film entre ses mains ?

L’amateur

En allant encore plus loin que le spect’acteur qui participe à l’enchainement des séquences d’une oeuvre, on trouve ce que Charles Leadbeater et Paul Miller appellent, dans leur rapport The Pro-Am Revolution, le “professionnel amateur”. Le terme “Pro-Am” désigne les nouvelles pratiques numériques développées par des amateurs, dont les connaissances et les expériences se rapprochent de celles des professionnels et peuvent être sources d’innovations. Ces amateurs sont si investis, qu’ils sont capables d’étendre leurs champs de compétences en étant libérés des contraintes de production des professionnels, et ainsi être créateurs.

Cette libération est facilitée sur internet : les logiciels informatiques sont de plus en plus adaptés aux différents niveaux de compétences des utilisateurs. Les logiciels de montage vidéo comme iMovie permettent une prise en main de l’outil rapide et pour le plus grand nombre. Les logiciels de la suite Adobe Creative ont une interface facilitée que les utilisateurs peuvent apprendre “sur le tas”. Le partage est là-aussi aisé avec les réseaux sociaux et offre la possibilité aux pro-ams de communiquer avec leurs communautés. Cette arrivée massive des pro-ams posent des questions sur la professionnalisation et sur l’économie de certains secteurs comme celui du design. De nombreux sites proposent aujourd’hui de mettre en concurrence professionnels et amateurs pour créer l’identité visuelle d’une organisation : les tarifs proposés sont bien en deçà des prix du marché et la propriété intellectuelle n’est souvent pas respectée.

Le data-dandy

Si internet est une terra incognita, le data-dandy est l’arpenteur par excellence du monde numérique. Venu de la littérature cyberpunk et de l’art numérique(1), le dandy des données est cet explorateur infatigable navigant à vitesse phénoménale au milieu de l’infrastructure d’internet. Cette figure de l’internaute évoque à la fois le goût de chacun pour la recherche effrénée et boulimique d’information et la dynamique sociale sous-jacente (le partage des trouvailles du dandy, l’exposition de soi…). Une gigantesque masse de vidéos est mise en ligne, partagées et commentées chaque minute sur internet, comment l’internaute va-t-il alors trouver son chemin dans ce dédale d’images ? Cette figure du data-dandy n’est pas si éloigné que celle du “surfeur” développée par Joël de Rosnay, ou encore le “nerdy-navigator” dont parlait Kathryn Sutherland, explorateur capable de “localiser, transférer et s’approprier une masse inimaginable d’informations de plus en plus rapidement, informations qu’il ne comprend et ne désire pas forcément ?”(2)

Quels enjeux pour la production et la consultation des contenus ?

Comment faire face à cette abondance de contenu sans s’y perdre ? Comment reconnaître un contenu amateur de l’oeuvre originale si ce dernier est mis en ligne sur la même plateforme ? Les algorithmes (ceux de Google, Facebook, Youtube…) automatisent de plus en plus le choix de ceux que l’on lit ou visionne, tout travail humain de structuration, de classification ou de libre-arbitre semble inapproprié puisque tout nous arrive sans effort. Comment les auteurs, et de manière plus générale les producteurs de contenus, peuvent remédier à leurs pertes de légitimité ? Avec ces “nouveaux spectateurs”, l’auteur peut avoir l’impression de perdre son oeuvre ou de la voir dénaturée. Comment réussir à concilier les attentes des utilisateurs tout en préservant les volontés et le propos de l’auteur ?

(1) d’après Lev Manovich dans Le langage des nouveaux médias, 2010. p232-233

(2) d’après Kathryn Sutherland dans Electronic Text: Investigations in Method and Theory, 1997. p10

Par Loup Cellard et Camille Leblond


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Lucile Hertzog dit :

    Dans votre article, vous évoquez les initiatives de co-construction (de l’oeuvre). J’aurais aimé avoir des exemples de sites permettant de rencontrer d’autres internautes dans l’idée de réaliser quelque chose « ensemble ».

    En effet le Web 2.0, dit de partage, a fait évoluer les interactions et la participation des internautes lambdas au paysage des données.
    Vous énoncez ensuite les différentes postures que peuvent revêtir les internautes face aux contenus numériques. La notion de « Spect’acteur » est intéressante quand on sait la place qu’ont les réseaux sociaux aujourd’hui. Ceux-ci souvent à leur insu donnent des informations précieuses pour les entreprises cherchant à faire de la publicité ciblée.

    Dans votre conclusion, vous faites références à la place de l’architecture de l’information pour un internaute face aux algorithmes développés par les « Grands » du web. Ce système nous amène à moins penser. Une question éthique peut se poser. En effet le métier d’architecte de l’information a un grand rôle dans le futur du web. Faudra t-il limiter les propositions orientées ? Quel chemin choisiront les architectes de l’information de demain ? Feront-ils le choix de l’intégrité ou du « toujours plus d’argent » ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *