Le Web : une histoire en 3 actes

19 novembre 2013
Par

 Tout est parti d’un besoin simple : pouvoir accéder à un ordinateur à distance.

Au début des années 60, pour la recherche ou la défense, cela devient indispensable au vu de la taille des ordinateurs de l’époque. Naît ainsi le protocole TCP, permettant d’identifier précisément un ordinateur sur un réseau et d’assurer des transferts entre unités de calcul.

C’est ensuite l’interconnection et la décentralisation de ces premiers réseaux qui devient le principal enjeu – et la clé de leur sécurité – grâce à des installations distribuées et mutualisées. Internet naît ainsi de cette organisation des noeuds en réseau et de l’adoption du protocole universel TCP-IP.

L’émergence du Web, ou comment naviguer sur le réseau des réseaux

A la fin des années 80, la création du langage HTML et du protocole HTTP par l’équipe de Tim Berners Lee au CERN permet de relier des ressources par le principe de l’hypertexte : les prémisces du Web. Les usagers ont encore besoin d’un outil  pour naviguer parmi ces ressources. Les navigateurs font alors leur entrée. Les premiers comme Mosaïc, rapidement supplanté par Netscape, permettront de démocratiser le média en train de se créer. Dans la foulée viennent les annuaires de sites, principalement Yahoo et son Yahoo Directory qui tiendra lieu de référence jusqu’à l’avènement des moteurs de recherche et du Page Ranking avec le bientôt tout-puissant Google. Le Web est désormais une réalité, nous sommes au milieu des années 1990.

A l’origine, l’écosystème du Web repose sur l’adoption concertée de standards techniques préconisées par le W3C. Avec l’arrivée des grands acteurs industriels dans les domaines des moteurs de recherche et du e-commerce, on assiste à l’imposition de standards propres à renforcer, par des phénomènes d’éviction, les positions dominantes dans cette guerre économique. La guerre des navigateurs qui a vu Internet Explorer de Microsoft évincer Netscape est emblématique de ce phénomène.

Le Web 2.0, ou le triomphe des utilisateurs

La croissance apparemment inexorable de l’industrie de Web est portée par les entreprises ayant réussi à survivre à l’éclatement de la bulle Internet à la fin des années 90. Non pas qu’elles aient été plus solides financièrement, c’est surtout leur modèle qui a réussi à démontrer – grâce à des résultats et un panel d’utilisateurs en constante croissance – sa compréhension des dynamiques en jeu au sein du Web.

L’exemple de la société Amazon est en ce sens intéressant. Créée en 1994, ouverte au public à partir de juillet 1995, la société n’enregistre des bénéfices qu’à partir de 2001. Bien que faibles, ils entérinent le modèle économique original d’Amazon.

Amazon crée en effet une forme d’économie relationnelle : en recoupant les requêtes de ses usagers, leurs traces de navigation, leurs achats, il parvient à affiner son offre, optimiser sa plateforme et sa logistique. Ce modèle peut également se retrouver chez Google, qui s’appuie sur les données fournies par ses usagers pour leur proposer un service amélioré, favorisant l’expérience individuelle (publicités précisément ciblées, offre fractalisée de services “sur mesure”).

Ce basculement vers une place centrale de l’internaute dans la mécanique de valorisation des échanges inaugure l’ère du Web 2.0, collaboratif, dont les meilleurs ambassadeurs seront les réseaux sociaux. On pense tout de suite à Facebook et Twitter, mais de nombreux autres exemples existent : l’écosystème Overblog, la plateforme de blog Tumblr, les outils de curation comme Pinterest, Scoop.it … une myriade de services proposés aux internautes afin qu’ils recensent, partagent, enrichissent les ressources du web.

Grâce à leur gigantesque base d’usagers réguliers, ces services génèrent des volumes astronomiques de données (en 2013, Facebook recueille par exemple 300 millions de photos par jour). Il en résulte une accumulation d’informations pouvant être utilisées en interne ou revendues à des sociétés tierces, intéressées par cette manne de renseignements sur leurs clients. Attirer les internautes, les garder le plus longtemps possible sur leur plateforme, tel est le crédo des sociétés 2.0, afin de pouvoir récolter un maximum de données, le pétrole de cette nouvelle économie.

Du point de vue des internautes, les outils de recommandation et d’indexation par les pairs que sont la blogosphère, les réseaux sociaux et les plateformes de curation définissent une nouvelle manière de parcourir le Web. On ne compte plus seulement sur la capacité des moteurs de recherche à indexer les ressources, mais aussi sur le filtrage et la mise en valeur de ces dernières par la communauté des utilisateurs.

Le Web sémantique ou le monde vu de la toile

Alors que tous ne s’accordent pas sur la définition du Web 2.0, l’attention s’est déjà portée sur sa version 3.0. Ainsi, parle-t-on tantôt de Web des données, de Big, Linked ou Open data. Le concept de web sémantique promu par Tim Berners Lee et repris par le W3C nous semble recouvrir l’ensemble ces visions.

Dans le Web des origines ou 1.0, l’utilisateur navigue parmi des ressources documentaires dépourvues de toute information interprétable par les navigateurs sur leur contenu ou les relations qu’elles entretiennent. Le Web 2.0 a contribué à réduire ce manque de structure des contenus en permettant aux utilisateurs de décrire ces ressources, augmentant ainsi la fiabilité de la recherche. Le Web sémantique se propose de pallier au manque initial d’information sur le contenu en créant une structure descriptive interprétable par les machines. Il représente une véritable évolution de la nature du Web car il bouscule un des trois piliers que nous avons décrits plus haut. En effet, si le protocole HTTP et les URI restent des constituants essentiels du Web sémantique, le langage HTML – du moins tel qu’il existe – n’aura plus le monopole de la description des ressources.

Pour aider les machines à satisfaire nos besoins en information, un langage structuré de description du contenu est nécessaire. Ce langage, inspiré de la logique formelle et conçu de 1998 à 2003, est nommé RDF. Il constitue en quelque sorte la syntaxe du Web sémantique et permet de définir des entités et les liens qui les unissent. Ces relations sémantiques sont consignées dans des ontologies Web grâce à des formats comme RDFs et OWL. Pour une description détaillée du fonctionnement du Web sémantique, nous vous conseillons l’article de  Bruno Bachimont dans le n°48 de Documentaliste – Sciences de l’Information.

Actuellement, les recommandations du W3C sur le Web sémantique sont suffisamment avancées pour que ce dernier entre dans sa phase de déploiement et devienne effectif. Alors que le rêve devient petit à petit réalité, il est des questions essentielles qu’il convient de se poser.

Une ontologie véhicule en effet une grille d’analyse du monde. De fait, schema.org, l’initiative concertée de Yahoo, Bing et Google nous interpelle. Il s’agit d’une ontologie mise à la disposition des webmasters par les 3 leaders de la recherche dans le but d’injecter dans les pages html des balises à contenu sémantique. Une initiative qui va dans le sens d’une nécessaire standardisation en vue d’accélèrer le développement du Web sémantique.

Cependant est-il acceptable que notre manière d’appréhender l’existant soit définie par un consortium d’industriels ? Pour autant, où trouver la puissance économique nécessaire pour constituer cette formidable encyclopédie si ce n’est chez les géants du Web? Peut-être du côté des gouvernements ? En mettant à profit la folksonomie ?

Il convient donc de porter une attention particulière sur l’implémentation de ces ontologies produites par des acteurs industriels, de par l’enjeu crucial qu’elles représentent pour l’indépendence du Web.

Références

ANDREWS Robert. Facebook has 220 billion of your photos to put on ice, Gigaom, 2012. URL : http://gigaom.com/2012/10/17/facebook-has-220-billion-of-your-photos-to-put-on-ice/

BACHIMONT Bruno, et al. . Enjeux et technologies : des données au sens, Documentaliste – Sciences de l’Information, 2011 (Vol.48). URL : http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=DOCSI_484_0024

Schema, 2013. URL : http://schema.org/

WIKIPEDIA. Amazon – Modèle d’entreprise. URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Amazon.com#Mod.C3.A8le_d.27entreprise

WIKIPEDIA. Electronic Numerical Integrator Analyser and Computer – Caractéristiques. URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/ENIAC#Caract.C3.A9ristiques

WIKIPEDIA. Folksonomie. URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Folksonomie

WIKIPEDIA. Ontologie (Informatique). URL : http://fr.wikipedia.org/wiki/Ontologie_(informatique)

 

 


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Généralités, Histoire des médias et du web

Un commentaire pour “ Le Web : une histoire en 3 actes ”

  1. Équipe hypotheses.org le 23/12/2013 à 18:34

    Chère carnetière, cher carnetier,
    Nous avons particulièrement apprécié votre billet. Pour que la communauté puisse plus aisément le découvrir, nous avons décidé de le mettre en Une d’Hypothèses.
    Bien cordialement,
    L’équipe d’Hypotheses.org

Laisser un commentaire

Master Archinfo

> Référentiel de compétences

> Présentation, Programme, Candidature

> INF01 Introduction à l’architecture de l’information


Carnets de recherche