Museomixage de la Chapelle de Sainte Marie d’en Haut

  • miroir_plafond
  • plafond_chapelle

    Plafond de la Chapelle de Sainte Marie d'en Haut

  • museomixage de la chapelle - le lit

    Le lit rouge de la Chapelle...

Les 8-9 et 10 novembre 2013, Museomix  a investi le musée Dauphinois de Grenoble et parmi les lieux choisis, la Chapelle de Sainte Marie d’en Haut. Museomix a-t-il réussi son pari de tester de nouvelles façons d’approcher les expositions ? Quelle a été la part du numérique dans la réussite du dispositif proposé par les museomixeurs ?

La chapelle du musée dauphinois à museomixer

Le musée Dauphinois est bâti sur un ancien couvent des visitandines, un vrai labyrinthe pour qui vient pour la première fois. En sous-sol, si vous descendez un escalier en pierre assez raide et que vous empruntez le long couloir devant vous, vous allez découvrir la chapelle de Sainte Marie d’en Haut dont l’accès est limité par une grille.

Cette chapelle baroque est assez peu visitée au regard des autres parties de l’exposition permanente ou temporaire ce dimanche 10 novembre. Les gens s’attardent quelques instants devant le chœur dans lequel on peut observer un Dieu personnifié, personnage jeune avec une barbe bien fournie. Les visiteurs descendent ensuite quelques marches et se retrouvent dans la nef dont les murs sont uniformément gris. Pensent-ils à lever les yeux ? Quelques uns peut-être s’apercevront que le plafond est constitué de trois parties. Chacune d’elles est découpée en quatre voûtains décorés dans des tons assez austères à l’exception d’une douzaine de médaillons orangés racontant l’histoire de Saint François de Sales.

Le livrable des museomixeurs

Une équipe de museomixeurs baptisée LeverLesYeux a été séduite par cette chapelle. L’idée : amener le visiteur à aller à la rencontre des éléments de la voûte. Museomix propose alors un dispositif mettant le numérique au service de cette rencontre spectateur-œuvre d’art pour la rendre plus facile, plus ludique et moins fatigante évitant les allers-retours de l’œil entre le plafond et la plaquette explicative plastifiée.

Les objectifs définis sont au nombre de trois :

miroir_plafond

Miroir et reflet du plafond – Chapelle de Sainte Marie d’en Haut

  • Le premier objectif est de créer la rencontre : les visiteurs doivent pouvoir observer la voûte dès qu’ils arrivent dans la nef. L’équipe LeverLesYeux  propose un système de miroirs posés à même le sol : le plafond s’y reflète quel que soit l’endroit où l’on se trouve. Le plafond s’impose donc au regard du visiteur qui finira, machinalement, par lever les yeux !
  • La position la plus aisée pour la contemplation du plafond est la position allongée : le second objectif du dispositif est donc de pouvoir proposer aux gens de se coucher afin de regarder le plafond dans les conditions les plus confortables possibles. « On a très vite mal au cou ! » précise Hervé Frumy le designer du groupe LeverLesYeux. Un lit rouge, spacieux, douillé avec son lot de coussins est alors installé au centre de la nef.
Plafond de la Chapelle de Sainte Marie d'en Haut

Plafond de la Chapelle de Sainte Marie d’en Haut

  • Le troisième objectif est de faciliter l’accès aux explications de chaque motif des voûtains – médaillons, coupes surplombant ces derniers ou encore allégories sur les côtés des médaillons. Un système de hauts parleurs est placé au centre du lit, caché sous le matelas. Les enceintes diffusent des enregistrements de textes courts de Saint François de Sales en rapport avec certaines parties du plafond mises en évidence par l’éclairage d’un projecteur. La séance d’explication est pilotée par un iPad posé sur le lit que chacun pourra utiliser.

L’expérience utilisateur

Le top départ est donné, le dispositif museomix est en place dans la chapelle, le public est là. Les visiteurs entrent. Ils s’arrêtent quelques instants devant l’autel mais descendent assez rapidement dans la nef vers le lit. Ils commencent par s’asseoir et ne regardent les miroirs qu’une fois assis. Puis, machinalement lèvent les yeux. Ils comprennent qu’il faut s’allonger et ils s’allongent. Un jeune homme s’empare de l’iPad et met en route le son et l’éclairage. Tout le monde semble attentif. Le regard est guidé dans un ordre choisi.

Le lit rouge de la Chapelle...

Le lit rouge de la Chapelle…

Puis, c’est la cohue, le jeu des chaises musicales : certains attendent pour rapidement s’allonger à la place qui vient juste de se libérer. Une famille arrive, les enfants s’allongent, les parents attendent une place. C’est alors que le discours de Saint François de Sales devient incohérent, les motifs du plafond s’éclairent à leur tour de manière très désordonnée : le petit garçon a réussi à récupérer l’iPad ! C’est le fou rire général !

Cette situation va se reproduire tout au long de la soirée.

Regard critique

Le dispositif a-t-il facilité l’accès à l’œuvre ? La réponse est oui : le pourcentage de visiteurs ayant levé les yeux pour regarder le plafond est de 100% après museomixage. Le dispositif a permis de guider les gens vers les voûtains : certains ont d’abord vu les miroirs avant de lever les yeux pour enfin s’allonger, d’autres ont vu des gens sur le lit et ont agi par mimétisme, les derniers se sont assis sur le lit vide pour se reposer et par le jeu de miroirs ont finalement regardé le plafond. De toutes les manières, le dispositif physique miroirs/lit a bien été à l’origine de l’augmentation du taux de rencontres oeuvre-spectateur, guidant ce dernier vers les voûtains en ayant imaginé et accompagné  tous les scénarios possibles de rencontres.

Le dispositif a aussi facilité la rencontre visiteur-visiteur. On s’est bel et bien retrouvé avec des inconnus dans un lit échangeant la tablette, des explications, des fous rires… L’objectif de l’expérience sociale (voir cet autre billet) de Museomix est atteint dans le museomixage dans cette Chapelle.

La part du numérique se résumait à un éclairage et un enregistrement audio, le tout commandé par une tablette. Le dispositif de projection était discrètement caché, l’éclairage respectait les contours des formes mises en valeur, le son était de bonne qualité malgré des hauts-parleurs sous les coussins, la fenêtre unique de l’iPad était volontairement simplifiée, orange pour rappeler la couleur des médaillons, avec des formes rappelant la disposition des voûtains… « mais enfin! » a-t-on envie de dire… Cela nécessitait-il toute une équipe de museomixeurs qualifiés dans un museomix ultra-organisé et numériquement ultra-équipé ?

La montagne n’aurait-elle pas accouché d’une souris ?

Retrouvez l’ensemble des billets des étudiants du Master Architecture de l’information :

Is Museomix changing the cultural mediation in museums? par Thibault Mahé et Joachim Chevry.

Museomix, une méthodologie collaborative. Par Loup Cellard et Caroline Jouneau-Sion


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *