Du documentaliste à l’architecte de l’information, la complétion d’une mutation

18 décembre 2013
Par
Sans titre

L’architecture de l’information fait partie, au même titre que la veille et le record/knowledge management, des “nouveaux métiers” de l’Internet directement issus de documentation.

Les sciences de l’information ont pour objet l’étude des propriétés générales de l’information (nature, genèse, effets) et l’analyse de ses processus de construction, de communication et d’usage[1]. Elle articule plusieurs approches dont notamment la documentation et l’architecture de l’information. L’émergence puis l’émancipation progressive de la documentation de la sphère de la « bibliothèque-musée », au début du XXème siècle, a été motivée par le besoin de nouvelles techniques en vue d’annoter, de décrire et d’analyser les documents. La révolution résidait dans le fait qu’au souci de conservation du document venait s’ajouter celui de son exploitation[2]. L’architecture de l’information, quant à elle, trouve sa source selon son concepteur, Richard Saul Wurman, dans le phénomène de l’explosion documentaire. C’est le fameux « I thought the explosion of data needed an architecture ». Théorisée par Morville et Rosenfeld, elle s’est fixée pour objectif de résoudre le problème de l’accès à et de l’utilisation des colossales quantités d’informations disponibles à ce jour. L’avènement d’internet, des bases de données et du web a induit des bouleversements majeurs sur le métier de documentaliste. Si la fonction documentaire est devenue diffuse, irriguant de nombreux métiers dans des proportions variables, l’architecture de l’information quant à elle fait partie des disciplines filles de la documentation.

Les documentalistes, tout comme les architectes de l’information et les autres métiers issus des  sciences de l’information, ont pour problématiques métier l’orientation, l’accès, le traitement, l’organisation, l’accessibilité et le coût de l’information. Dès lors, les architectes de l’information peuvent-ils être vus comme les documentalistes du XXIème siècle, des documentalistes 2.0 ?

L’Association des professionnels de l’information et de la documentation (ADBS), ainsi que l’Etat, proposent chacun des référentiels de compétences respectivement des métiers de la documentation et de l’internet. Il est possible d’y trouver les fiches métiers correspondant aux postes de documentaliste et d’architecte de l’information et de tenter une comparaison des compétences requises et des fonctions exercées.

  • Il y est spécifié que détenir un bac +2 ou un bac +3 est suffisant pour devenir documentaliste, bien que la majorité d’entre eux soient détenteurs d’un bac +5. L’architecte de l’information quant à lui doit obligatoirement avoir étudié cinq années après le baccalauréat. Le niveau d’instruction nécessaire ne diffère donc pas vraiment d’un poste à un autre.
  • Le documentaliste travaille seul au sein d’une direction opérationnelle, un groupe projet, une PME ou au sein d’une unité documentaire et centre de recherche. L’architecte de l’information évolue seul au sein d’un groupe projet dans une entreprise, ou avec ses pairs dans une agence. Guère de différence une fois encore.
  • En revanche, si le documentaliste peut être affublé de sept titulatures (Documentaliste généraliste, spécialisé, chargé d’études documentaires, chargé/responsable de ressources documentaires, gestionnaire de documentation projet/qualité, cyberdocumentaliste, chef de projet en ingénierie documentaire), l’architecte de l’information lui n’en possède qu’une. Il faut probablement y voir la conséquence de l’existence plus ancienne des documentalistes par rapport aux architectes de l’information. En effet, ces derniers constituent une profession émergente qui s’efforce de conquérir son indépendance face à l’ergonome, au documentaliste, au webmestre, etc.
  • Être documentaliste requiert une double compétence, en information/documentation d’une part et dans un domaine plus spécifique d’autre part tel que le marketing ou le droit de l’information. L’architecte de l’information quant à lui doit avoir des connaissances en communication, sociologie, sciences cognitives, psychologie, arts graphiques, design, e-marketing, référencement, SEO. Rien de moins ! La première opposition nette entre les deux professions apparaît. Si le documentaliste est un professionnel maitrisant des techniques documentaire, l’architecte de l’information est davantage un touche à tout dans l’obligation de maîtriser différentes disciplines à des niveaux plus ou moins avancés.
  •  L’une des principales missions d’un documentaliste est de participer à la constitution, au développement, à l’organisation, la diffusion ainsi qu’à la promotion et à l’utilisation efficace d’un fonds documentaire au sein d’une organisation publique ou privée, sans oublier savoir utiliser des ressources externes telles que les bouquets de revues scientifiques et techniques, les archives ouvertes, etc. L’architecte de l’information est responsable de l’architecture du contenu d’un site web, intranet ou d’un logiciel. Il structure donc des informations existantes ou en devenir à court terme, mais n’en est pas le producteur.
  • Le documentaliste fournit de produits documentaires et des services d’informations à valeur ajoutée en plus d’agréger des documents. Documentaliste et architecte de l’information structurent donc tous deux des informations, à ceci près que l’architecte de l’information se prête à l’exercice en l’articulant constamment avec la conception de l’interface utilisateur guidée par les personas.
  •  Tous deux jouent un rôle d’interface. Le documentaliste entre les acteurs internes et externes demandant à avoir accès à l’information et aux ressources informationnelles. Les architectes de l’information, eux, participent au choix des prestataires et des solutions avec la maîtrise d’ouvrage et réalisent des supports pour la maitrise d’œuvre. Ceci illustre le fait que le documentaliste intervient au sein d’une organisation de façon permanente, tandis que l’architecte de l’information est mobilisé lors de missions périodiques mais hautement stratégiques car nécessitant la contribution de l’ensemble des pôles de l’entreprise.
  • Architecte de l’information et documentaliste partagent une même obsession, celle de l’expérience utilisateur. L’un comme l’autre s’efforcent de faciliter l’accès et la recherche d’information.
  • La liste des compétences techniques et des logicielles du documentaliste illustre le fait qu’il doit maitriser les techniques documentaires sur lesquelles viennent se greffer outils et pratiques apparus avec l’internet ou modifiés par lui. Celles de l’architecte de l’information en revanche sont majoritairement liées à l’internet, au logiciel et à l’informatique de façon générale, bien qu’il puisse endosser un rôle de consultant et de conseil en vue d’évaluer et/ou de structurer l’articulation entre les formes d’information.

L’architecture de l’information est fille de la documentation mais ne lui est en rien assimilable. Certes les deux professions nécessitent des niveaux d’étude équivalents et font appel à des techniques ou outils se recoupant. Elles accordent également toutes deux un souci particulier à l’expérience utilisateur, ce dernier étant placé au centre de leurs préoccupations. Néanmoins, le documentaliste de ce début de XXIème siècle a vu le champ de ses activités traditionnelles non pas s’élargir mais se renforcer sous l’effet des T.I.C., à tel point que certaines de ses prérogatives lui ont échappées. L’architecte de l’information en s’occupant de l’interface entre les utilisateurs et l’information, tout comme le veilleur dans la recherche et la surveillance sont venus compléter les documentalistes qui ne peuvent pas toujours, à eux seuls, faire face à l’ampleur de leur tâche.

Benjamin et Mouhamadou V5_01

Architectes de l’information et documentalistes : Des missions et savoirs-faire différenciés

[1] Coadic Yves-François Le,  La science de l’information , P.U.F, Paris, 2004.

[2] Chaumier Jacques, Les techniques documentaires, P.U.F, Paris, 2002.


Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Posté dans : Billets, Histoire des médias et du web

Un commentaire pour “ Du documentaliste à l’architecte de l’information, la complétion d’une mutation ”

Laisser un commentaire

Master Archinfo

> Référentiel de compétences

> Présentation, Programme, Candidature

> INF01 Introduction à l’architecture de l’information


Carnets de recherche