Museomix, une méthodologie collaborative

  • Fléchage

    Un fléchage drôle et efficace aide à la cohésion et allège la charge cognitive

La collaboration est un principe de base de Museomix qui entend “mettre en place des rencontres transversales pour que de nouvelles idées et de nouveaux projets émergent”. Les muséomixeurs sélectionnés par l’équipe de Muséomix viennent donc d’horizons très divers. Comment les faire collaborer pour faire aboutir le processus de création dans un temps contraint ? Collaborer, c’est travailler collectivement en partageant ses compétences, produire en faisant tout en apprenant des autres (learning by doing et do it with others comme disent les anglo-saxons). Voyons comment l’organisation de Museomix s’y est prise…

Un cadre facilitant

Chaque groupe de travail durant Museomix est composé de 6 personnes (designer, coder, maker, expert en contenu, communicant, facilitateur) avec chacune un badge de couleur différent. Comme la couleur des badges dépend du rôle de chacun, et que le rôle dépend des compétences, on comprend bien que ces 6 personnes viennent d’horizons assez variés.

Pour aider ces 6 personnes à travailler ensemble, l’organisation a d’abord mis en place un cadre bien léché qui les soulage de toute préoccupation matérielle. Des lieux bien identifiés par un fléchage drôle et efficace, du café, des bonbons, un repas chaud… Une identification précise des lieux et des personnes : le code couleur des badges leur permet d’identifier leur interlocuteur et surtout les compétences de cet interlocuteur.

Un fléchage drôle et efficace aide à la cohésion et allège la charge cognitive

Un fléchage drôle et efficace aide à la cohésion et allège la charge cognitive

On sent également que la plupart des muséomixeurs sont dotés d’une capacité d’écoute bienveillante : s’ouvrir aux idées de chacun, en reconnaître l’intérêt et exprimer son désaccord de manière non agressive.

Hélas, l’écoute et la bienveillance ne vont pas de soi. Parfois la passion a écarté la bienveillance, la conscience de ses propres compétences acquises au cours des années a fait taire le petit jeune créatif, mais timide, qui voulait s’exprimer. Pour régler ce genre de dysfonctionnement, l’organisation a délégué des facilitateurs : un rôle qui consiste à éviter que le groupe ne s’écarte trop des objectifs et le cadre temporel fixé, mais aussi que le travail collectif se mette en place. Que font-ils ? Pour Guillaume, facilitateur, il s’agit surtout de favoriser l’écoute, inviter les timides à s’exprimer, recadrer sur l’objet du museomixage. Enfin, pour renforcer la cohésion du groupe, l’organisation a pensé des moments forts : en pleinière, la diffusion de vidéos permet de présenter les projets et leur avancement, la diffusion de vidéos “volées” par quelques cameramen (les délires et moments forts) renforce la cohésion du groupe et permet de croiser les approches des autres équipes.

Dépasser sa représentation du métier

“C’est bien sur le papier leur idée mais quand tu connais les musées, tu vois bien que c’est impossible !”. Cette phrase, prononcée par l’un des professionnels des musées présents dans les groupes de muséomixeurs, témoigne de la principale embûche dans le muséomixage : il a fallu faire la part des choses entre la maîtrise des compétences liées au musée et l’incapacité parfois à imaginer d’autres pratiques muséales (à ce propos, voir cet autre billet par les étudiants du master archinfo). Souvent actifs dans la phase de brainstorming, certains de ces professionnels du musée s’isolaient de plus en plus du groupe durant la phase de conception, avec l’impression que le groupe s’écartait d’un projet réaliste. L’un d’entre eux analyse : “Beaucoup de décisions prises étaient conditionnés par la limite entre la maîtrise d’un sujet (design, programmation, histoire de l’art…), les compétences que tu te reconnais dans ton métier, qui te permet de décider de ce qui est possible ou pas, et le conservatisme, l’incapacité à changer la manière dont tu travailles, dont ton monde fonctionne.”

Difficile d’allier la réalité du musée avec le souci d’innovation propre à Museomix, et l’on peut se poser la question : qu’est ce qu’un dispositif réaliste ? Un projet en phase avec l’esprit du musée, appropriable, réalisable et/ou durable dans le temps?

Un groupe au travail (dessin d'Emde)

Un groupe au travail devant son mur de post-it(Museomix au Musée Dauphinois. Dessin d’Emdé. CC-BY. Source : flickr.) 

Si l’on veut résumer les caractéristiques du travail collaboratif durant Muséomix, on peut parler :

  • d’aplanissement des hiérarchies, par exemple pendant la phase de choix des sujets à museomixer où tout le monde peut pitcher son idée sans discrimination.

  • de l’intelligence collective créée par les échanges, la pluridisciplinarité des équipes permettant l’arrivée d’idées orthodoxes.

  • de l’image de “mixage” comme principes de création : faire se joindre les contraires, mélanger les techniques et les médias, croiser l’ancien avec le nouveau…

  • de l’inspiration des formes d’organisation ou de travail issu du monde numérique : l’esprit d’ouverture est proche de celui de Mozilla ou Wikipédia, l’itération est fortement encouragée comme dans le développement informatique, le bricoleur devient “maker”…

  • de la création d’un esprit de groupe au travers de quelques moments de cohésion.

Loup Cellard et Caroline Jouneau-Sion

Retrouvez l’ensemble des billets des étudiants du Master Architecture de l’information :

Is Museomix changing the cultural mediation in museums ? par Thibault Mahé et Joachim Chevry.

-Un exemple de muséomixage “Muséomixage de la chapelle de Sainte Marie d’en haut” par Karine Marteau-Bazouni.


Caroline Jouneau-Sion

Enseignante d’histoire, géographie et éducation civique, professeure associée à l’Institut Français de l’Education, étudiante en master Architecture de l’Information.

More Posts

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *