Face aux big data, les SHS sauront-elles prendre le tournant numérique ?

Dans L’impératif numérique ou la nouvelle ère des sciences humaines et sociales ? (CNRS Editions, 2013), en 60 pages vigoureuses (mais parfois sinueuses), Michel Wieviorka (MW) invite les sciences humaines et sociales (SHS) à prendre la mesure de l’ampleur des changements introduits par l’ère du numérique. Il y voit l’occasion (la chance ?) pour les SHS de changer leur participation à la vie de la Cité en reconfigurant les rôles qu’elles peuvent y occuper.

MW a « conscience de [s]’aventurer sur un terrain qui, non seulement, n’est pas le [s]ien mais qui est déjà, à bien des égards, l’objet de publications abondantes ». Mais il montre que ces publications se font ailleurs, loin des vents dominant les SHS actuelles. On sera alors particulièrement attentif au regard d’un senior acteur lucide et important des SHS : MW a été Administrateur de la Fondation Maison des sciences de l’homme ; il a dirigé avec Aude Debarle et Jocelyne Ohana en 2007 un ouvrage réflexif sur les SHS – Les Sciences sociales en mutation, aux Éditions Sciences Humaines.

J’ai été directeur adjoint de 2007 à 2009 de la première infrastructure de recherche en SHS, le TGE Adonis (fusionné avec l’infrastructure IR-Corpus en 2013 pour donner Huma-num). J’y ai conduit le projet pilote sur l’archivage numérique pérenne. J’ai accompagné en 2012-2013 – comme Directeur délégué de la diffusion des savoirs de l’ENS de Lyon – le programme Persée de numérisation de publications de la recherche en SHS. Je travaille actuellement dans le master Architecture de l’information de l’ENS de Lyon sur les thématiques des biens communs et du partage numérique. C’est en raison de ces implications successives que je réagis dans ce billet aux propositions de MW(1). Je fournis parallèlement une première carte mentale résumé qui suit l’ordre de ce « livret ». Une seconde carte mentale en réorganise le matériau, pour en rendre plus clairs les grands axes. Voir également la présentation faite sur le blog de MW… avec la possibilité de laisser des commentaires.

MW place les Big Data au centre de sa réflexion. La masse des données disponibles et « croisables » (reliables, au sens du Web des données) permet certes d’affiner les grands mouvements d’ensemble. Elle peut conduire également à vouloir identifier les probabilités singulières influant sur l’avenir de chacun en fonction de son capital génétique, de son parcours professionnel, psychologique particulier. Les hommes et femmes ne naîtraient plus libres et égaux en droit. MW esquisse les conséquences possibles pour la médecine, les assurances, la justice, etc. Il le souligne, les SHS ne sont pas moteur en ce qui concerne la production et l’analyse de Big Data. Comme il l’indique, les moyens techniques et méthodologiques de traiter des données gigantesques ne sont pas à la portée de n’importe quel chercheur. Quels sont même les laboratoires français, en particulier en SHS, qui en ont les capacités ? Surtout dans un contexte à ces données sont produites et détenues par des acteurs privés, mondialisés, hors d’atteinte du commun des Etats mais entrant aux Etats-Unis dans des alliances inquiétantes avec l’appareil militaire (p. 56). MW met en garde à deux reprises contre la « quantophrénie », le risque que la théorisation cède la place devant le poids des données. E. Brunet a ainsi montré les scories mais aussi les défauts de conception et de traitement qui déforment au sens littéral les 44 milliards de mots correspondant aux 500 000 livres en français numérisés par Google pour la période 1800-2000. E. Brunet dit joliment et justement que la taille de ces données « brutalise l’imagination ». Son étude manifeste l’expertise nécessaire pour effectuer un tel constat et proposer des « redressements », qui restent de toute façon limités : on n’a pas accès aux données primaires. On rejoint les interrogations/provocations sur les Big Data de Danah Boyd et Kate Crowford (traduites et analysées ici) ou les propositions d’Irène Bastard, Dominique Cardon, Guilhem Fouetillou, Christophe Prieur et Stéphane Raux sur travail et travailleurs de la donnée. Reste que MW sous-estime sans doute les synergies qui pourraient (ou devraient) s’établir, pour la maîtrise des Big Data, entre les SHS et les méthodes et techniques de l’apprentissage artificiel. Encore faudrait-il que les SHS « aillent y voir ». Et pour qu’elles puissent éviter la quantophrénie, il faudrait aussi qu’elles sachent déjà compter, ce qui n’est pas si fréquent : la culture de la quantification n’est pas forcément ce qui caractérise les SHSistes français. On rêve d’un nouvel Alain Desrosières. Ce dernier avait éclairé l’histoire des statistiques en montrant l’articulation de l’évolution des appareils d’Etat, des opérations de catégorisation sociale et des méthodes mathématiques. Quelle nouvelle « raison statistique » est développée aujourd’hui par des firmes supra-nationales qui tablent sur une « économie des singularités » ?

Pour MW, les chercheurs en SHS s’interrogeant sur la nouvelle ère ouverte par le numérique sont peut-être « trop peu nombreux, ou un peu à la traîne » (p. 7). « Malgré quelques avancées, le recrutement, les carrières, le financement, l’évaluation, tout semble en France plus qu’ailleurs problématique pour de telles réalisations [la création de centres de Digital Humanities alliant SHS, informatique, monde de l’édition et des bibliothèques]. Ce pays mérite un diagnostic particulièrement inquiet, ne serait-ce que du point de vue des moyens et des perspectives financières relevant de ses ambitions – à peine 1% du budget d’ensemble des TGIR [Très grandes infrastructures de recherche] est réservé à [celles] qui se consacrent aux sciences humaines et sociales » (p. 52).

Au delà de cette inquiétude, partagée, devant le bilan somme toute mince des actions menées par le ministère ou la direction des SHS au CNRS pour l’appui aux transformations liées au numérique, peut-être serait-il éclairant que les SHS fassent retour sur elles-mêmes et allient leurs compétences pour éclairer ce déficit voire imaginer des évolutions. Peu de SHS ont eu besoin, nativement, pour leur développement, d’équipements lourds ou d’infrastructures (a contrario, mais seulement partiellement, la géographie, l’archéologie…). Beaucoup de chercheurs en SHS s’en tenaient alors au mot d’ordre : « Mon laboratoire, c’est la bibliothèque ». Maintenant qu’une partie croissante des publications nécessaires est en ligne, via des bouquets ou en libre accès, que demander de plus ? La volonté de créer en SHS des infrastructures numériques analogues par exemple aux observatoires virtuels en astronomie est intervenue très tardivement (2007, après un faux départ en 2004), alors que reculaient très significativement les moyens récurrents dont relèvent les infrastructures ainsi que la capacité de pilotage effectif des tutelles nationales (décentralisation, ANR, LRU). La construction et l’exploitation d’infrastructures de recherche (comme le LHC) supposent des continuités politiques et financières qui n’existent pas en SHS. S’ajoutent à cela en France des freins culturels puissants. En premier lieu, la séparation entre « sciences dures » et « sciences molles », matérialisée par des universités distinctes et incarnée par la difficulté à développer des projets, des carrières et des domaines interdisciplinaires (les sciences cognitives ou le traitement automatique des langues en ont pâti). Ensuite la faiblesse d’une pensée de la technique : on redécouvre depuis 10 ans Simondon dont l’ouvrage majeur sur ce point remonte à 1958…. Enfin la séparation et hiérarchie entre science fondamentale et science appliquée, entre chercheurs et ingénieurs : cette collègue fraîchement HDRisée disant qu’elle était allée à une réunion sur des projets de numérisation avec « son informaticien »…

N’est-ce pas ce mouvement réflexif que MW appelle de ses voeux et amorce p. 35 : « … il n’est pas évident [que les SHS] parviennent à sauter le pas, c’est-à-dire à devenir véritablement post-classiques, à se transformer en profondeur pour aborder ce nouveau champ. On peut même plutôt émettre l’hypothèse qu’il faut faire d’elles non pas seulement l’outil ou l’instrument pour penser le changement, mais aussi l’objet de la réflexion sur ce changement et, au-delà, sur les obstacles qu’elles dressent sur leur route tant elles sont inquiètes, voire rétives, dès qu’il s’agit d’entrer de plain-pied dans l’ère numérique. »

Catégorique, l’impératif numérique, pour les SHS ?

Je remercie Karën Fort, Marie-Paule Péry-Woodley et Jean-Michel Salaün pour leurs remarques sur une première version du billet et des cartes attenantes.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *