Growth Hacking, what’s that ?

Billet rédigé par Laurence Tranchand-Granger.

J’ai découvert un peu par hasard le Growth Hacking lors de l’édition 2014 du Blend Web Mix.

A la lecture du programme de BWM, j’avais été intriguée par une conférence intitulée « Growth Hacking d’O. Ammar ». Le terme hacking désignait pour moi le monde du piratage informatique et j’étais curieuse de découvrir le sujet. De plus, cette conférence devait être menée par Oussama Ammar, une star de Youtube dont les vidéos faisaient fureur auprès des participants de l’événement.

La conférence débute, les organisateurs refusent de nombreux participants, j’arrive à trouver une place in extremis. Oussama Ammar captive le public de startupers par sa gouaille et sa présence à l’américaine. Le sourire et le rire aident à suivre sa pensée.

Alors, le Growth Hacking qu’est-ce que c’est ?

Le Growth Hacking n’a rien à voir avec le piratage informatique. Nous sommes dans le monde de l’entrepreunariat et du marketing web. La notion de “hack” souligne la volonté d’améliorer le produit dans le vocabulaire marketeur.

Définition

Le Growth Hacking apparaît en 2010. Ce terme est inventé par Sean Ellis de Dropbox qui essaie de définir son propre poste. Le nouveau métier de growth hacker se développe rapidement dans la culture de la Silicon Valley.

Le Growth Hacking n’est pas une nouvelle discipline mais une nouvelle façon de voir la croissance des entreprises web. Il s’oppose à la vision traditionnelle de la division du travail. Les marketeurs et les développeurs travaillaient sur un même projet avec des objectifs différents, aujourd’hui le growth hacker rassemble ces disciplines. Le growth hacker est un marketeur avec de fortes connaissances techniques de développeur ayant des objectifs de croissance exponentielle.

Mais la notion primordiale du Growth Hacking est son état d’esprit. Ce marketeur est guidé par son imagination et son ouverture. Il remet en question les données des divers tests informatiques. Il utilise son imagination pour trouver des solutions différentes et originales afin d’améliorer son produit.

Concrètement, un growth hacker dans une start up ne possède pas autant de ressources humaines et financières qu’un marketeur dans une entreprise traditionnelle. Par la force des choses, il emploie des méthodes différentes de celles des entreprises installées. Il investit du temps et de l’énergie dans l’acquisition de nouvelles connaissances et de compétences.

Voici les 5 phases du Growth Hacking distinguées par Dave McClure d’après son schéma :

Schéma de fonctionnement du Growth Hacking

Schéma de fonctionnement du Growth Hacking

 

 

 

 

 

 

 

1. Acquisition : l’acquisition du visiteur grâce à l’emailing, au référencement naturel Search Engine Optimization, ou payant Search Engine Marketing

2. Activation : ou conversion en terme Google Analytics. Le visiteur crée son compte, s’inscrit à une newsletter, remplit un formulaire ou achète pour un site marchand

3. Retention : faire revenir le visiteur.

4. Referral : utiliser le visiteur comme diffuseur d’informations grâce aux réseaux sociaux.

5. Revenue : faire payer le visiteur pour utiliser le service

Le growth hacker étudie toutes ces phases grâce aux tunnels de conversion d’Analytic (appelés également entonnoirs de conversion). Il effectue des tests sur les segments identifiés, analyse les données comme tout marketeur web, mais propose des solutions plus créatives et plus osées et sortant des champs du marketing pur.

Exemples de Growth Hacking dans des entreprises réputées

Le premier Growth Hacking célèbre a été réalisé par Hotmail en 1996 :

 Grâce à ce message inscrit en bas de chacun de ses mails, redirigeant vers la page d’inscription d’Hotmail, l’entreprise connaît une croissance fulgurante du nombre d’utilisateurs :  3000 utilisateurs en quelques heures, 1 million en 6 mois, 12 millions en 1 an et demi.

Un exemple plus récent a été présenté par Oussama Ammar lors de sa conférence. Il s’agit d’Airbnb. Airbnb est un site de location de logements de particuliers. Pour se faire connaître la start up a utilisé le site américain de petites annonces Craiglist. De façon automatique chaque annonce d’Airbnb a été postée sur Craiglist. Déjouant la sécurité des informaticiens du site, Airbnb a vu son trafic s’envoler. Pour certains, c’est là où le Growth Hacking rejoint le piratage et l’absence de déontologie… Comme l’indique Pierre Paperon l’histoire d’Airbnb et du Growth Hacking met le doigt sur le côté transgressif de la création et de la réussite de toute nouvelle entreprise et pose la question des limites des actions à mener pour la réussite de son entreprise.

Néanmoins, le Growth Hacking prend de l’ampleur aussi dans notre pays. Les start up françaises sont attirées par ses promesses de forte réussite. Le monde de l’entreprise attend les recettes miracles. La mode du GH se révèle sur les réseaux sociaux , on ne compte plus les groupes créés sur Twitter et  Facebook. Même le monde de l’édition est concerné, une dizaine d’ouvrages vient d’être publiée. Enfin, le magazine économique américain Forbes propose très régulièrement des articles sur le sujet.

 


Laurence Tranchand Granger

Professeur documentaliste. Master Archinfo, promotion 2014.

More Posts

Follow Me:
Twitter

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. Tom dit :

    Bonjour,

    J’étais aujourd’hui à la recherche d’articles sur le growth hacking, et je suis tombé sur cette page : http://archinfo01.hypotheses.org/969

    J’ai remarqué que vous aviez redirigé vers d’autres bons articles.

    Je voulais juste vous prévenir que j’avais créé quelque chose de similaire. Si vous souhaitez y jeter un oeil, vous pourrez le trouver en cliquant sur ce lien :

    https://www.tomlangdon.fr/growth-hacking

    Si vous le voulez, vous pouvez le mentionner sur votre page.

    En tout cas, continuez ainsi, j’aime beaucoup vos articles.

    Cordialement,

    Tom

    PS: S’il y a quoi que ce soit que je peux faire pour vous aider, n’hésitez pas à me le dire.

  2. Franck dit :

    Oui très instructif en effet….Le GH du fait du rôle important des marketeurs travaillant dans le web-business n’est donc plus « la panacée du pauvre » utilisée uniquement dans les start-up .

  3. quilombo dit :

    aucun rapport critique à ce genre d’emprise sur l’espace web de la part des puissances globalisées de l’argent ?
    E-learning, e-marketing, web analytics et la liberté ?
    et l’espace démocratique ?

    Juste du e-totalitarisme !! Voilà ce qui va rester.
    Peut être serait-il intéressant de regarder les hipster de la silicon valley avec d’autres yeux que ceux de la fascination qu’exerce le cobra.
    En lisant peut être l’ouvrage (certainement trop peu technique pour les adeptes de la novlangue mais qui a le mérite d’ouvrir l’esprit) d’ASTRA TAYLOR une militant canado-américaine : »démocratie.com-pouvoir,culture et résistance à l’ère des géants de la silicon Valley. »

    Une citation: « Internet n’est pas une plateforme du peuple, l’espace numérique qu’il a produit, loin d’ouvrir des voies nouvelles, perpétue et accentue les inconvénients du système antérieur ».

    • Laurence Tranchand Granger dit :

      Le Growth Hacking est une nouvelle façon de voir le marketing dans le monde du Web et tout spécialement dans le monde des startups.
      Le marketing, numérique ou pas, n’a jamais eu pour objectif d’entrer dans le débat démocratique. Ses objectifs sont à visée lucrative, nous sommes tous d’accord. Il n’empêche que vous soulevez des questions autour de la liberté et de l’espace démocratique d’Internet qui mériteraient d’être traités largement dans un autre billet avec un peu plus de temps. Mais pour rester en lien avec le GH tout en tentant de répondre à vos interrogations, je soulignerai plutôt une question d’ordre éthique formulée par Pierre Paperon dans le billet : « le Growth Hacking pose la question des limites des actions à mener pour la réussite de son entreprise ».

      • quilombo dit :

        Depuis quand les objectifs à visée lucrative n’ont-ils rien à voir avec la démocratie ?
        Il me semble au contraire indispensable que les citoyens puissent contrôler ce genre d’agissement.
        Il suffit pour s’en convaincre de voir comment se comportent les dirigeants de la planète vis à vis des patrons des grands groupes de la silicon valley (récemment RENZI, puis HOLLANDE).
        D’ailleurs MOROZOV comme d’autres démontrent bien que tout cela n’est pas neutre mais au contraire lourdement chargé d’idéologie.
        Donc non seulement TOUT est politique (surtout les objectifs à visées lucratives qui tiennent les ferments d’un nouveau totalitarisme, soft certes mais totalitarisme quand même)mais tout se doit d’être de plus en plus dans le champ démocratique, ce qui devrait être la raison d’être du monde du web (et qui l’est d’ailleurs pour de nombreux acteurs hors du marketing).

  4. Niels dit :

    Intéressant, je connaissais pas !

    Ce que je ne comprends pas c’est est-ce que le GH est utilisé pour améliorer un service ou pour le diffuser ?
    Au début de l’article, je pensais que les Growth Hackers étaient des gens qui travaillaient en parallèle d’une équipe pour trouver des solutions différentes a un problème donné, a partir d’un autre état d’esprit dans une entreprise. Mais au vu des exemples de Hotmail et Airbnb j’ai l’impression que c’est surtout des méthodes pour diffuser et faire connaitre une nouveauté avec peu de moyens ? Du coup, sont-ils utilisés uniquement par des start-ups ?

    • Laurence Tranchand Granger dit :

      Le GH c’est du marketing appliqué aux startups. Le Growth hacker conçoit des modalités plus ingénieuses et plus originales pour faire connaître 1 produit. Le Growth Haching est issu du monde des startups sans grand moyen mais il y a fort à parier que cette pratique marketing et ce profil de marketeur aient déjà été happées par les Géants d’Internet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *