A l’ère du journalisme 2.0

Cet article a été rédigé par Magali Homps, Hugo Giret-Butz et Fabian Ramirez Flores

Depuis qu’Internet existe, les processus de recherche, de production et de consommation de l’information ont changé. Les journalistes sont des « producteurs actifs » de l’information directement en lien avec leurs lecteurs, des “producteurs passifs” de l’information. Nouvelles méthodes de recherches, nouveaux relais de l’information, interaction augmentée avec le public, le journalisme doit s’adapter au Web 2.0.

Nouvelles (plate)formes pour le storytelling de l’information

Aujourd’hui, on parle de journalistes plurimédia. Pour cette nouvelle génération, les options de travail ne se limitent pas à la radio, à la télé et aux journaux présents sur plusieurs plateformes d’information. Ces journalistes utilisent les réseaux sociaux pour faire des couvertures en direct, pour créer des livebloggings et pour réaliser des web-documentaires.

Le liveblogging est l’une des innovations les plus appréciées par le lecteur. Traité de format narratif comme son nom l’indique, le liveblogging est une page web, continuellement mise à jour, toutes les minutes. Le principe est de rédiger des billets qui apparaîtront au fur et à mesure du rafraichissement de la page web. Cette pratique de rédaction a d’abord été utilisée dans le milieu du sport. Elle permettait de suivre le déroulement d’un match. Ce phénomène s’est ensuite élargi en 2011 avec le séisme au Japon provoquant la catastrophe nucléaire de Fukushima.

Exemple de Liveblogging sur le site Le Monde.fr. Focus sur les manifestations tunisiennes de janvier 2011

Exemple de Liveblogging sur le site Le Monde.fr. Focus sur la révolution tunisienne de janvier 2011

Présenté comme un jeu de réalité alterné, le webdocumentaire propose une expérience inédite. Plongeant l’internaute dans les étapes d’un reportage, l’histoire d’un webdocumentaire se vit à travers des vidéos, des articles et un site web. Celui-ci invite le spectateur à s’interroger.

 L’émergence de nouvelles plates-formes numériques a modifié les habitudes de production des journalistes. Les réseaux sociaux comme Twitter ou Instagram sont devenus inévitables. Avec le temps, diverses applications et plateformes web ont été créées pour faciliter le travail du monde du journalisme. A l’image de l’application Flipboard, cette plateforme regroupe tous les fils d’actualités suivies sur les réseaux Twitter et Facebook.

Un prisme de nouvelles plateformes

Un prisme de nouvelles plateformes. Source: conversationprism.com (cliquer sur l’image pour une meilleure résolution)

Quelles méthodes de recherche adopter sur les réseaux sociaux ?

Un processus de veille est la surveillance permanente d’un environnement. En journalisme, c’est une stratégie. Deux types de surveillance sont à prévoir pour le journaliste. La première, qualifiée d’informationnelle, peut être la collecte d’information sur le terrain, ou sur les réseaux sociaux. Le journaliste va suivre les comptes twitters des hommes politiques, recevoir des informations exclusives grâce à son carnet d’adresses.

Vient ensuite la veille concurrentielle. On surveille les autres journaux, pour ensuite relayer l’information dans son propre média. Pour Philippe Merlant et Luc Chatel dans le Journalisme 2.0, c’est une « taylorisation du processus de fabrication de l’information, une parcellisation des tâches. Le journalisme d’agrégation de reprise et de récupération remplace le journalisme d’investigation ».

Nouvelles habitudes de lecture, nouveaux produits.

Supports, technologies, l’accès aux ressources médiatiques n’a jamais été aussi facile. L’information mute pour circuler à la vitesse de la lumière. Pendant les dix dernières années, certaines entreprises du journalisme mondial ont diminué le tirage de leurs journaux et magazines. Ils se consacrent à présent au développement de sites internet et d’applications mobiles pour s’adapter aux nouvelles habitudes de lecture de la population. De même, la diffusion sur les smartphones a également fait un pas en avant. Le mode « push », ou notification, consiste à envoyer une information aux détenteurs de smartphones et de tablettes. En l’occurrence, les nouveaux produits renouvellent les fidélités du lecteur en proposant des abonnements particuliers pour tous profils.  Pour récompenser les abonnés, les journaux réservent une partie de l’information qu’ils produisent, disponible uniquement pour ceux qui l’ont payée. Mais quelles conséquences cela apporte au concept de démocratisation de l’information ? Plusieurs niveaux d’information pour le public, est-ce simplement une nouvelle façon d’obtenir des gains financiers ?

Ces nouveaux modèles sont critiquables. De par la crise, les disparités sociales augmentent et l’accès à l’information devient trop restrictif. Les sites devenus payants ne génèrent pas toujours les profits espérés et ont des difficultés à subsister. Le public se tourne vers la presse gratuite, une presse qui survit grâce à la publicité. Mais la qualité de l’information fait parfois défaut.

Différents types d'abonnement pour tous types de public

Différents types d’abonnement pour tous types de public

Un mix d’analyse de données, d’UX et de business, la formule pour l’avenir des journaux  dans le web ?

 Depuis peu, les journaux sont sous la menace de nouveaux médias web. De nombreux sites internet d’information captent le public traditionnel des journaux. La concurrence est donc plus grande, y compris avec des sites de diffusion de contenus. Même s’ils n’opèrent pas de la même façon que les déontologies journalistiques, ces sites-là croissent plus rapidement. Par exemple, aux Etats-Unis, l’audience du site Buzzfeed a augmenté plus rapidement de 2013 à 2014 que les sites du New York Times et du Washington Post (selon le rapport “Innovation” du New York Times).

Cela montre que dans un court laps de temps, ces nouveaux modèles ont réussi à avoir plus d’utilisateurs, plus de publicités, et ont généré plus de profits (dans le business du web) que les organismes de référence.

Statistiques sur les sites web concurrents pour The New York Times

Statistiques sur les sites web concurrents pour The New York Times. Source : rapport “Innovation”

Le business model du journalisme est en constante évolution. Les entreprises d’information n’ont pas cessé de chercher la façon de s’adapter à la publicité, d’attirer et de fidéliser les clients. Maintenant elles cherchent à tirer profit des données des utilisateurs.  Selon le rapport “Innovation” du New York Times, les journaux se posent à présent la question de comment améliorer l’expérience utilisateurs (UX, user experience en anglais) de ses lecteurs.

Dans l’article, la réponse est claire. Les organismes de presse doivent mieux connaître les lecteurs d’un site web à travers l’analyse des données : “Aujourd’hui, nos capacités pour rassembler les données du lecteur sont limitées. L’utilisation intelligente des données des utilisateurs a été essentielle pour le succès de  Google, Facebook et Amazon. Mais les entreprises traditionnelles de médias sont hors jeu” (notre traduction).

Extrait du rapport Innovation. Page 93 : « Assessing the newsroom digital needs »

Extrait du rapport Innovation. Page 93 : « Assessing the newsroom digital needs »

L’autre visage de la technologie pour les journalistes

 A présent, les sociétés s’occupent de redessiner leurs espaces physiques mais aussi leurs espaces digitaux. Elles réinventent leur processus de production et renouvellent leur machinerie numérique, physique et humaine. Après 2010, le processus de travail dans les journaux a changé radicalement. Dans certaines agences du monde, les journalistes ont été licenciés en masse, surtout ceux qui n’avaient pas les compétences dans des outils technologiques.

C’est le cas du Mexique. Plusieurs éléments récents dans les rédaction mexicaines sont à observer : des jeunes journalistes qui connaissent très bien les outils web, ceux qui développent des projets avec différentes équipes, et ceux qui diffusent sur plusieurs canaux. Tous ces changements sont documentés dans l’article “Changements dans la presse locale. Les pièces du journalisme se réarrangent” par Fabian Ramirez-Flores, apparu dans le rapport “Médias en droit à l’information en Jalisco. 2011” publiée par Quid, un observatoire de médias mexicains.

Liberation front page

Une du journal Libération

En conclusion, le métier de journaliste s’est développé à chaque grande invention. Mais il reste à chaque fois le souci de rechercher,  structurer et publier les informations. De plus, l’internaute devient un public actif et bouscule les règles déontologiques des journalistes. Quelles seront les futurs compétences des journalistes ? Seul l’avancement technologique nous le dira.

Pour les plus curieux, découvrez des métiers du monde du journalisme en lien avec l’architecture de l’information

Liste des outils du journaliste 2.0

Sources

Jean-Luc Poncin (Cours dispensé à l’université de Lorraine 2013-2014) Frédéric Marty (Cours dispensé à l’université de Lorraine 2013-2014). Evolution du contenu sur le web 2.0 de Hugo Giret-Butz, Le Champion, R. (2012). Journalisme 2.0, Nouvelles Formes Journalistiques, Nouvelles Pratiques (Vol. 1). Paris: La Documentation Française. 


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. VENON Emmanuelle dit :

    Magali, Hugo et Fabian, merci pour votre article très interessant.
    Le métier de journaliste a donc évolué avec le processus de production de l’information et tout particulièrement à partir du Web 2.0.
    Les compétences de l’architecte de l’information ( http://archinfo.ens-lyon.fr/referentiel-de-competences-217708.kjsp?RH=1389083357032&RF=1389022103447) et l’enjeux de la profession ne rejoignent elles pas celle du journaliste?
    L’architecte de l’information a pour enjeux d’arriver à transformer les choses compliquées en choses simples et efficaces pour les utilisateurs. Il se met à la place de l’utilisateur grâce à son empathie afin de lui fournir l’application ou le produit le mieux adapté à son besoin, à son histoire, à ses emotions. Le journaliste se met à la place de son lecteur et on voit se developper aujourd’hui les méthodes simples de présentations de données complexes.
    La datavisualisation des données est de plus en plus utilisée par les journlistes télévisuel. (un exemeple de datavisualisations tres interessantes, permettant d’exposer la presentation simple de données complexes: http://successfulspreadbetting.com/videos/the+joy+of+stats+200+countries+200+years+4+minutes+.html)
    Un autre point de similitude entre les journalistes et les architectes de l’information me semble être le cadre éthique: le journaliste relate ce qu’il voit en toute objectivité. L’Architecte de l’information, tout comme le journaliste devrait respecter un cadre ethique afin de ne pas manipuler l’information ou les utilisateurs.
    Pensez-vous que l’architecture de l’information, pour formaliser ce cadre éthique, pourrait s’inspirer de la cadre de presse française ou de celle d’autres pays ?

  2. Mondes Sociaux, magazine électronique des Sciences humaines et sociales toulousaines, vient de mettre en ligne deux articles sur les pratiques socio-numériques susceptibles de vous intéresser :

    Michel Grossetti (LISST-CERS), « Réseaux sociaux contre réseaux sociaux ? » :
    http://sms.hypotheses.org/3018

    Nathalie Paton (LERASS) et Julien Figeac (LISST-CERS), « Sociabilités socio-numériques : l’exemple des commémorations en ligne » :
    http://sms.hypotheses.org/3048

    Il a également publié récemment d’autres articles s’inscrivant dans cette thématique :

    Robert Boure et Muriel Lefebvre, « Quand la science fait le buzz » :
    http://sms.hypotheses.org/2723
    Nikos Smyrnaios, « #EP2014 ou les élections européennes depuis Twitter » : http://sms.hypotheses.org/2539
    Cédric Calvignac, « Le dilemme du touriste équipé » :
    http://sms.hypotheses.org/2514
    Franck Bousquet, « La Dépêche.fr, un succès en trompe l’œil » : http://sms.hypotheses.org/2151
    Fanny Mazzone, « Jeunesse : des livres numériques par milliers » :
    http://sms.hypotheses.org/2175

    Gabriel Colletis, « Le capitalisme cognitif à l’ère du numérique »,
    http://sms.hypotheses.org/1902

  3. Monia Zergane dit :

    Merci pour cet article édifiant sur les mutations du métier de journaliste à l’ère du web 2.0.

    Je regrette cependant que la conclusion sur les missions du journaliste fasse l’impasse sur la dimension « vérification » qui fonde le travail du journaliste et le légitime.
    En effet, le journaliste cherche (trouve), structure l’information mais vérifie (toujours) avant de publier.

    A l’heure du 2.0, la vérification de l’information revêt une importance particulière et s’appelle désormais « Fact-checking ».

    Venue des Etats-unis, c’est désormais une « norme » pour les rédactions web qui y dédient un ou plusieurs journalistes et parfois même un service entier, comme au Monde.fr avec les Décodeurs. Des expériences de fact-checking collaboratif (journaliste-lecteur) sont également nombreuses au Guardian.

    C’est une pratique qui est encore largement manuelle mais, comme d’autres aspects du métier de journaliste, elle a tendance à s’automatiser.
    Le Washington Post a, par exemple, développé en interne sa propre solution de fact-checking appelée The truthteller, basée sur un algorithme qui vérifie la véracité des propos des hommes politiques.
    Plus près de nous, la start-up lyonnaise Trooclick http://trooclick.com/ a conçu une application de fact-checking basée sur les technologies du web sémantique.

    Un autre élément de l’article m’interpelle également concernant l’analyse de l’audience. L’économie de la rareté qui caractérise le web 2.0, oblige l’ensemble de la presse aujourd’hui à passer de l’analyse du clic à l’analyse de l’attention.

    • Bonjour Monia,

      Comme tu le remarqueras dans notre introduction, nous nous sommes intéressés aux processus de production de l’information, plus précisément aux producteurs actifs et aux producteurs passifs. Nous avons choisi de développer uniquement ces thématiques sur le Web 2.0, le web interactif.

      Cela dit, nous te remercions pour ton apport. Il est vrai que la vérification de l’information est une étape primordiale dans l’élaboration d’un contenue journalistique et nous aurions pu l’ajouter en ouverture.

      Toutefois le point soulevé ici mérite des précisions :
      La fiabilité d’une information s’établit par la consultation de sources multiples. Une fois que le journaliste a analysé chacune des sources, il doit regarder si tous les témoignages concordent et les vérifier.
      Il y a trois qualités essentielles pour vérifier une information :

      – La morale : la source est-elle sincère et honnête, est-ce qu’elle cherche à informer ou à cacher un sujet, quels sont ses intérêts ?

      – La technique : est-elle compétente dans le domaine, quelle est la qualité de son expertise ? Est-ce qu’elle sait faire ou est-ce qu’elle sait comment les choses sont faites ?

      – La politique : est-ce qu’elle est habilitée à communiquer ? Est-ce qu’elle représente vraiment l’institution qui intéresse les journalistes ?

      La vérification de l’information fait néanmoins l’objet de nombreux débats. Les journalistes s’impliquent dans le fact-checking. Les journaux français ont même leur propre service comme les Décodeurs du journal Le Monde. Mais les journaux sont-ils eux-mêmes une source sûre ?(http://www.liberation.fr/politiques/2014/09/16/faut-il-fact-checker-les-journalistes_1099199). En l’occurrence, les rapports à l’information ont changé. Aujourd’hui, tout va très vite, prendre du recul devient difficile. Données en temps réel, ll est facile de se perdre entre l’information mensongère (http://www.legorafi.fr/) et l’information juste.

      Finalement, c’est une science inexacte où règles déontologiques et éthiques s’affrontent.

      Pour plus de précision, nous t’invitons à parcourir le rapport annuel 2013 de l’ODI (http://apcp.p.a.f.unblog.fr/files/2012/11/rapport-2013-de-lodi.pdf)

  1. 15/12/2014

    […] A l'ère du journalisme 2.0. Cet article a été rédigé par Magali Homps, Hugo Giret-Butz et Fabian Ramirez Flores Depuis qu’Internet existe, les processus de recherche, de production et de consommation de l’information ont changé. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *