Google, dévoreur de livres

Les archives numériques et les problématiques de la numérisation en partenariat avec Google

Le cas de la bibliothèque municipale de Lyon

Billet rédigé par Emeline Mercier et Aurely Jautard

Le 10 Novembre dernier se tenait à Berlin et plus précisément à l’ambassade de France, le Forum des Archives numériques. De nombreux invités (historiens, journalistes, chercheurs) sont venus pour discuter et aborder les problématiques relatives à l’archive et à l’archivage numérique. Parmi eux se tenait Gilles Eboli, directeur de la Bibliothèque municipale de Lyon (BmL). La BmL est la bibliothèque publique la plus importante du territoire français. Depuis peu, elle propose un service de bibliothèque numérique et accessible en ligne : Numélyo. Ce nouveau service fait de la bibliothèque de Lyon la bibliothèque numérique la plus importante d’Europe et la première en France (2008) à conclure un marché avec Google – Je me suis alors demandé comment un tel projet avait-t-il vu le jour, quels étaient les mécanismes de décision, les partenariats, et pourquoi laisser le sort de nos archives et de notre mémoire collective entre les mains du géant Google.

La naissance de Numélyo

À Lyon, la bibliothèque municipale est le service public le plus utilisé. Depuis la démocratisation de l’utilisation d’Internet dans les années 2000, de nombreuses bibliothèques se sont équipées de services en ligne. Étant certains qu’Internet était l’avenir des bibliothèques, Lyon a mis en place plusieurs services en ligne. Depuis 2004, le “guichet du savoir” propose à ses nombreux usagers de poser une question à laquelle les documentalistes de la bibliothèque se doivent de répondre en 72h. En 2012, la BmL inaugure son projet numérique: Numélyo. Le service permet d’accéder en ligne à des ouvrages papiers de la bibliothèque qui ont été numérisés, soit l’équivalent de 200 000 documents proposés sous licence Creative Commons. Le dispositif est complété par une dizaine d’espaces numériques répartis dans la ville de Lyon afin de faire connaître ce projet numérique le plus largement au public. La numérisation de ces ouvrages devraient être terminée d’ici fin 2014.

Moins de 10 ans pour numériser la plus grande bibliothèque publique de France, Mode d’emploi

Lors du Forum des Archives Numériques, Gilles Eboli s’est exprimé sur les raisons d’une telle rapidité. “Comment archive-t-on a Lyon ? On passe un accord avec Google. Mais une fois qu’on a dit ça, on n’a pas tout dit”.  Le contrat signé avec Google en 2008 a été largement critiqué, y compris par Gilles Eboli lui même. Le directeur de l’époque Patrick Bazin s’était également exprimé sur ce contrat avec Google, qui a été la seule entreprise à répondre à son appel d’offre en 2006 : “Nous aurions bien aimé que Yahoo!, Microsoft ou France Télécom présentent leur candidature. […] En 1989, j’ai été appelé par le délégué scientifique de la Bibliothèque de France pour réfléchir avec d’autres sur la place des nouvelles technologies dans la future BnF. […] Pour moi, il était clair que la révolution numérique se jouerait dans la connexion des bibliothèques entre elles. Pas dans la construction de bibliothèques gigantesques, un modèle qui appartient au passé. J’ai donc suggéré, avec d’autres, que sur les 10 milliards alloués à la BnF, on en mette 8 dans le numérique et le reste dans le ripolinage de la Bibliothèque Richelieu. On nous a répondu : “Le numérique, c’est du vent, la vraie pensée, c’est la lenteur.” Etonnez-vous qu’on ait perdu la main, aujourd’hui… ”

Que reproche-t-on à Google ? Eboli explique que le géant Américain impose une “exclusivité d’indexation excluant ainsi les autres moteurs de recherche, une exploitation commerciale de 25 ans, et un partage (notamment avec la BnF ndlr) qui n’est pas programmé”.

Alors, comment Google a-t-il fait pencher la balance en sa faveur ?

Comme Patrick Bazin, les participants du Forum ont souvent évoqué le paradoxe français autour de la numérisation. D’un coté, l’Etat pousse les institutions à numériser toujours plus de fonds (documents, images, sons, etc.). De l’autre, les travaux de numérisation sont longs et coûteux et les institutions ne disposent que de financements limités ou inexistants pour les réaliser. Et comme le rappelle Gilles Eboli, “un projet comme celui de la numérisation de la Bibliothèque de Lyon se compte en millions d’euros”. Oui, 60 millions pour être plus précis. Google lui, s’est engagé à prendre à sa charge la numérisation et la mise en ligne d’une collection de 500 000 ouvrages imprimés et ce, sans contrepartie financière.

Deuxième constat, là où une entreprise française aurait mis une centaine d’années à numériser les 400 000 ouvrages de la BmL, Google a mis moins de 5 ans. Cette rapidité n’est possible que grâce aux nombreuses recherches effectuées par Google pour élaborer des scanners surpuissants.

Exemple de fonctionnement d’un scanner à très grande vitesse sans découpe de l’ouvrage :

Le Book Flip Scanning Project

Au final, les accords qui ont été passés entre la BmL et Google ont été négociés pour que l’entreprise n’applique pas son exclusivité d’indexation, chose assez rare. Google ne s’est pas non plus opposé à une possible ouverture entre BmL et BnF afin de reverser des fonds numérisés sur Gallica, la bibliothèque numérique de la BnF. De plus, Google n’a numérisé que les ouvrages libres de droit et a rendu possible le téléchargement d’ouvrages numériques à l’unité.

La fin du chantier approche, et après…

Depuis la création de Numélyo, le taux de consultation sur place a baissé. Cependant Gilles Eboli ne voit pas ces chiffres comme une défaite mais plutôt comme un tremplin vers la médiation, et l’accompagnement des usagers que ce soit physiquement ou en ligne. “Une fois qu’on a 22M de livres sur Google Books, on n’est pas plus avancé si on n’est pas expert. Il revenait au service public d’accompagner l’internaute en lui dessinant des chemins d’accès, et donc en créant des dossiers, des expositions virtuelles pour le guider à travers cette documentation gigantesque.”

Si tout est numérisé, la bibliothèque n’a plus le monopole de l’accès au savoir. Aujourd’hui la BmL doit rendre accessible les fonds numérisés. Le mot d’ordre que j’ai régulièrement vu revenir lors du Forum: l’appétence. Maintenant que tout est disponible en ligne et accessible à tous, il faut désormais créer de la rareté pour continuer à intriguer et émoustiller les usagers. C’est notamment le rôle du projet de collecte d’images “Photographes en Rhône-Alpes” qui a été associé à Numélyo enfin que les internautes puissent eux-mêmes enrichir la bibliothèque en ligne.

Philippe Colombet, le directeur du programme Google Books France, a assuré que Google garantirait la pérennité des fichiers produits, s’ils étaient fournis dans un format standard. Mais même si Google semble assurer la pérennité des œuvres numérisées et la mémoire collective, il n’en reste pas moins une entreprise privée à but lucratif.

En écoutant Olaf Zimmermann (Directeur général du Deutscher Kulturrat – Conseil allemand pour la Culture) donner son point de vue sur la gestion des Archives Numériques et les choix de diffusion et de sauvegarde opérés par Google en Allemagne, je me demande alors si le droit à l’oubli en ligne doit impacter les choix de conservation des œuvres opérés par le géant ?

En effet, les archives n’ont pas la même importance pour un groupe commercial ou pour un organisme patrimonial ou encore institutionnel. Google doit déréférencer les données de ses clients mécontents, et ce, à juste titre. Mais doit-il être à l’origine d’une sélection qui reflète(ra) concrètement la culture et les connaissances de l’humanité au vu du nombre d’ouvrages numérisés par Google Books ?

Situation folle en Allemagne. Google décide des documents qui doivent être effacés [déréférencés ndlr], c’est un groupe commercial qui finalement décide de la mise à l’oubli selon la demande d’une personne. Cela peut avoir un impact énorme selon les informations, certaines DOIVENT exister. Nous avons besoin d’autres formes de mise en archives. Il faut assurer la gestion responsable.” Olaf Zimmermann

Pour aller plus loin :

 


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Laurence Tranchand Granger dit :

    Merci de votre contribution elle a le mérite d’apporter des notions sur les intérêts communs de la numérisation des ouvrages des bibliothèques par Google tout en soulignant les problèmes éthiques de société qui sont soulevés.
    Avant de revenir sur le corps de votre billet, je tenais à souligner que la BmL n’est pas la plus grande bibliothèque de France comme vous l’indiquez au tout début de votre article, même si Numelyo est un service certainement incomparable ! Cela aurait été bien pour pour approfondir les notions de diffusion des services numériques de proposer des liens sur la comparaison de BnF/BmL Gallica/Numelyo. Mais c’est peut-être là l’objet d’un autre billet sur les bibliothèques numériques.

    Pour revenir sur la réflexion que votre billet apporte, il me semble que celui-ci soulève 3 questions :

    1. La financiarisation de la culture, et des biens culturels
    Peut-on mettre dans les mains d’une entreprise à but lucratif des ouvrages propriété de tous ? Comment alors si on refuse trouver de tels fonds pour réaliser un travail identique ?
    Le problème déontologique avec la commercialisation des livres numérisées, c’est que finalement l’utilisateur qui va sur Google Books se soumet à la publicité comme n’importe quel utilisateur et qu’en plus il peut acheter des livres numérisés et commercialisés par Google. Google devient donc le libraire n°1.

    2. Cette question débouche sur l’accès au savoir et l’hégémonie de Google. Le géant du web possède plus + de de 80 % du trafic des internautes. Non seulement Google tient dans sa main les internautes pour l’accès aux informations du Web mais il a construit un réseau hégémonique d’accès aux livres numérisés. Lorsque l’on voit qu’Olaf Zimmermman déplore que ce soit « un groupe commercial qui finalement décide de la mise à l’oubli », nous avons tout de même l’impression d’être dans l’ouvrage de Geeorge Orwell.
    3. Mais finalement, pour faire évoluer la question tout en restant sensible à la question de biens communs, ne peut-on faire comme la fait la BmL en développant un cadrage des conditions d’utilisation de numérisation ? Les différents procès intentés par les éditeurs français comme Gallimard, Flammarion, Albin Jeunesse puis finalement les accords trouvés avec Hachette Livres proposent un contrôle de la numérisation des œuvres par l’éditeur, la possibilité de commercialiser les livres numérisés sur des plateformes concurrentes, la création de nouvelles opportunités commerciales, et le partage des œuvres numérisées avec des institutions publiques (comme la BNF).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *