Une bible pour l’architecte de l’information : « The discipline of organizing »

Cet article a été rédigé par Henri Sergent et Paul-Henri Dumas.

L’essentiel de notre société est basé sur des organisations qui structurent notre pensée, nos actes, notre vie. Cette capacité formidable d’action par rapport au monde qui nous entoure est indissociable de notre condition humaine.

A l’heure où la quantité d’informations produites, stockées, et utilisées par les hommes, grâce au numérique notamment, s’accroît considérablement, nous, architectes de l’information, avons la tâche ardue d’aider les autres à s’y retrouver dans cet océan de données et de contenus.

La bible de l’Archinfo

The discipline of organising est donc devenue notre bible, notre mode d’emploi, pour mieux comprendre les logiques de classification, les catégories et les normes qui structurent nos environnements web comme physique.

screenshot

Robert J. Glushko, professeur à la Berkeley Information School, et les coauteurs de cet ouvrage détaillent de manière exhaustive le concept de système d’organisation en tant qu’espaces à concevoir et aussi les interactions basées sur les ressources. Son argumentation est riche de nombreuses références, allant de la philosophie de Wittgenstein à Netflix, et il donne toutes les clefs pour concevoir, implémenter, maintenir un système organisationnel dans des domaines aussi variés que la bibliothéconomie, l’informatique, le webdesign ou les sciences de l’information.

Les notions de gouvernance, d’affordance, de web sémantique et de web de données sont abordées en détail afin de guider des professionnels ou des étudiants dans leur réflexion sur l’organisation en général. La granularité des rubriques est très fine et des résumés de notions par chapitres guident le lecteur au travers de son parcours de lecture. L’ouvrage se conclut par 16 études de cas organisationnels variés en passant des bases de données ADN aux fournitures de tricot.

Un questionnement indispensable

Une des armes principales qu’il nous donne pour organiser l’information est un questionnement préalable et nécessaire à toute séance d’organisation :

  • Qu’est-ce qui est organisé ?
  • Pourquoi est-ce que cela doit être organisé ?
  • Combien de ces choses doivent être organisées ?
  • Quand est-ce que cela doit être organisé ?
  • Comment ou par qui est-ce que cela doit être organisé ?

(La traduction est de nous)

Les réponses à ces questions sont particulières au contexte et la logique organisationnelle qui en découle sera donc différente.

Une mise en application

Les étudiants du master archinfo en ont fait l’expérience pendant un cours. En effet, nous devions organiser une liste d’animaux en fonction de contextes physiques et organisationnels très différents :screenshot

  • une petite fille qui souhaite ranger ses peluches dans sa chambre,
  • un conservateur de musée qui souhaite organiser une salle d’exposition avec des mammifères,
  • un site web ecommerce qui vend des figurines de verre représentant des animaux,
  • le site web d’un centre de recherche en primatologie,
  • le site web d’un zoo,
  • le site web d’un organisme responsable de la protection des animaux en voie d’extinction,
  • le biodôme (musée « vivant » reproduisant plusieurs écosystèmes en un même lieu) d’une grande ville d’Amérique du Nord.

Quelques exemples d’organisation

L’étude de ces environnements a permis de dégager quelques modes d’organisation :

  • par catégories scientifiques, utile lorsque le public est constitué de “connaisseurs”,
  • par zones géographiques, souvent utile lorsque l’on évoque des animaux,
  • par entrées “subjectives”, qui correspondent à un point de vue (on pensera notamment au classement des espèces menacées, qui peut donner lieu à des controverses),
  • par facettes, qui permettent de sélectionner des éléments qui ont plusieurs propriétés communes,
  • par organisation physique, pour ranger les choses dans un espace (des animaux empaillés dans un musée, ou des animaux vivants dans un biodôme),
  • par l’usage des éléments organisés (la petite fille et ses peluches qu’elle souhaite ranger au plus près d’elle), ou même pour induire un usage (les collections de figurines d’animaux en verre),
  • la suppression, pour retirer des animaux de la liste car ils ne sont pas utiles dans ce contexte (on peut dire que la suppression est le degré 0 de la logique organisationnelle).

Toute organisation est politique

Ces différentes approches ont toutefois un point commun : elles sont politiques, pour reprendre le terme utilisé par Robert Glushko lors de l’édition française 2015 de la journée mondiale de l’architecture de l’information (WIAD) qui s’est tenue à Lyon. En effet, aucune d’elle n’est neutre et chacune est portée par un objectif précis. C’est là le message-clé qu’il faut retenir de l’ouvrage de Glushko. Il n’y a pas une seule manière d’organiser le monde qui nous entoure, mais bien plusieurs, en fonction du type d’information, du contexte et des utilisateurs. C’est là que l’architecte de l’information trouve sa place, car il est nécessaire de faire preuve de beaucoup d’empathie (qui est la qualité principale de l’archinfo, comme chacun sait) pour faire s’accorder ces trois éléments.

Qu’en pensez-vous ?


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *