WEBdorado : le web, ce nouvel et inépuisable Eldorado

Depuis la première proposition de World Wide Web formulée en 1989 par Tim Burners-Lee alors chercheur au CERN, jusqu’à la dernière annonce du W3C relativement à la prochaine finalisation d’ HTML 5, c’est 25 années d’histoire du web qui s’écrivent. Une histoire aussi courte qu’extraordinairement riche, largement commentée et aux grandes dates et étapes bien connues.

Mais un fait la caractérise sinon à lui tout seul, du moins en partie, c’est qu’on ne peut pas parler de l’histoire du web sans évoquer simultanément et dialectiquement aussi bien l’ensemble des technologies développées au fil des ans, que les noms des principales sociétés qui commercialisent les nouveaux outils qui sont et font le web. Christian Fauré ne dit pas autre chose lorsqu’il affirme dans un billet récent consacré aux Web APIs que « les démarches autour des WAPIs (Web Application Programming Interfaces) sont éminemment bifaces : à la fois technologiques et business » — le ton est donné.

Au commencement était le Web de document.

Le web, tel que le pense TBL en 1989 et qu’il améliore l’année suivante avec Robert Cailliau, se veut un outil à l’usage des scientifiques conçu pour optimiser la communication et le transfert d’information entre chercheurs. Techniquement, il s’agit d’un hypertexte documentaire distribué sur le réseau du CERN et reposant sur trois technologies :

  • l’URL (Uniform Resource Locator)
  • le langage HTML (HyperText Markup Language)
  • le protocole HTTP (HyperText Transfert Protocol).

Le premier site web est fonctionnel dès la fin 1990, grâce au premier serveur web “nxoc01.cern.ch” et au premier navigateur web “WorldWideWeb” (rebaptisé plus tard “Nexus”).
En résumé et élargissant, le web peut se définir comme l’ensemble des données disponibles sur les serveurs accessibles par Internet pouvant être visualisées et/ou utilisées avec un navigateur, et regroupées sous forme de pages et de sites.
Le modèle de ce web des premiers âges, que l’avènement du Web 2.0 a rétrospectivement désigné par l’appellation Web 1.0, est comparable à un livre encyclopédique, dont toutes les pages sont écrites par une minorité d’éditeurs, localisées sur des machines (les serveurs) et consultables par qui possède un ordinateur connecté à Internet et équipé d’un navigateur pour les calculer.
En effet, le navigateur, tout est là.
Portails d’accès à l’immensité des ressources disponibles sur le web, les navigateurs en ont, dès ses débuts, constitué un enjeu économique majeur.

Guerre des navigateurs, victoire du web


Fig. 1 — L’évolution du web, navigateurs et technologies (détail).

Le web des débuts semble la chasse gardée de la recherche. Les premiers navigateurs sont en effet dûs à des équipes de chercheurs. Citons, début 1993, le Centre national de superinformatique (NCSA) de l’université de l’Illinois, qui met en service une première version de son navigateur MOSAIC.

L’année 1994 voit naître la première conférence internationale du WWW et le consortium W3C avec pour objet de créer les standards et les recommandations officielles pour accroître la qualité du Web et lui permettre de rester un outil ouvert utilisable par tous, dont personne ne puisse devenir propriétaire. Le NCSA met en circulation des versions de son navigateur Mosaic pour les environnements PC et MacIntosh. La livraison de navigateurs conviviaux et fiables sur ces ordinateurs très populaires a un impact immédiat sur la diffusion du Web. Netscape Communications Corporation, qui a débauché la plupart des développeurs de NCSA, lance Netscape Navigator, qui supplante Mosaic en quelques mois.
Fin 1994, le Web comptait 10 000 serveurs, dont 2000 à usage commercial, et 10 millions d’utilisateurs.

Microsoft, jusque là peu convaincu par le web, mais déjà premier sur le marché des systèmes d’exploitation, lance Internet Explorer pour Windows 95. Son navigateur, gratuit, est installé par défaut sur toutes les machines équipées de Windows.
Netscape et Microsoft se livrent alors bataille, rivalisant de versions successives de Navigator et Internet Explorer. On en connaît l’issue : intégré à Windows 98 et offrant des performances souvent supérieures, Internet Explorer se taille progressivement la part du lion, jusqu’à confisquer pratiquement le marché (cf. fig. 2).

Fig. 2 : Guerre des navigateurs – source Wikipédia.

Cette première “guerre des navigateurs“ est le meilleur des engrais d’un web en pleine croissance, dont le développement bénéficie de l’émulation des sociétés de développement.

Web 2.0

Le web de l’après guerre des navigateurs n’est plus celui des débuts. Il a définitivement quitté la tour d’ivoire de la recherche pour se répandre dans les foyers et les entreprises.

À la fin des années 90, HTML aperçoit déjà sa quatrième version. C’est également la période où le langage XML devient recommandation du W3C. Se développent également les techniques qui constitueront l’architecture informatique AJAX (Asynchronous Javascript and XML) popularisée par Jesse James Garret en 2005 qui permet de construire des applications web interactives et des sites web dynamiques. C’est cette combinaison de technologies, rassemblées dans un même modèle, qui marquera techniquement l’avènement de ce que Tim O’Reilly a appelé le Web 2.0. Souvent désigné comme le « web des utilisateurs », il se redéfinit comme un socle d’échanges entre les utilisateurs et les services ou les applications en ligne. Les usages du Web vont alors se modifier. L’internaute prend la parole, interagit, édite son propre contenu, enrichit les contenus qu’il trouve sur la toile, les commente, les partage. Les communautés de partage et les réseaux sociaux voient le jour et les usages collaboratifs grâce aux webApps font leur entrée dans l’entreprise.

Rusé comme un renard qui met le feu aux poudres.

Faute de concurrence, Internet Explorer espace ses nouvelles versions qui n’apportent du reste que peu d’innovations technologiques. C’est dans ce contexte hégémonique, que la Fondation Mozilla sort, fin 2004, son navigateur : Firefox.
Lancé par d’anciens développeurs de Netscape et tournant sur le moteur Gecko de l’ancien navigateur, le projet repose sur une communauté libre et ouverte de développeurs.
Par la suite, et durant la seconde moitié des années 2000, de nouveaux navigateurs voient le jour, tels que Konqueror, Safari puis Google Chrome. Ce dernier fait la différence : il présente une interface dépouillée et offre de meilleures performances.

Ce nouveau conflit des navigateurs révèle l’émergence d’un modèle du bon navigateur. Celui que les internautes, rassemblés à présent en communauté, appellent de leurs vœux : un navigateur qui respecte précisément la communauté et les souhaits de tous. Le succès de Firefox en est la parfaite illustration : des deux modèles économiques, les utilisateurs rassemblés, avertis, ont fait leur choix. Ils plébiscitent les navigateurs qui respectent les standards contre ceux qui tentent toujours d’imposer les leurs. Et c’est précisément ce non-respect des standards du web, fruits du consensus, que l’on a reproché avec virulence à Internet Explorer. Son non-respect des standards, son manque de rapidité, son manque de sécurité. Mais plus que tout, c’est son modèle économique qui est décrié : l’ère n’est plus au monopôle. Ainsi en 2010, suite au procès qu’intente l’Union européenne à Microsoft pour abus de position dominante, la société américaine est contrainte d’intégrer à Windows un écran de choix du navigateur.

Le web post 2.0

Située au niveau de la sécurité, de la rapidité et de l’ergonomie, la concurrence des navigateurs concerne aujourd’hui leur extensibilité et leur déploiement sur tout type de supports.

À ce titre, l’arrivée du géant Google sur le marché des navigateurs ne doit pas surprendre. L’idée est de se positionner d’un bout à l’autre de la chaine web : navigateur, moteur de recherches, publicité mais également API, plates-formes mobiles. Ainsi, Google Chrome s’est très vite distingué par sa stabilité, sa sécurité, son respect des standards du web (aucune volonté affichée d’en créer d’autres, bien au contraire), mais également son interopérabilité. Selon StatCounter, en Décembre 2012, Google Chrome est devenu le premier navigateur devant Internet Explorer.

Fig. 3 : This is the web.

Le web doit à présent être pensé comme un système décloisonné et recouvrant de nouvelles modalités de navigation. L’avènement de la navigation mobile oblige les firmes du web à décliner des interfaces conçues pour des appareils de plus faibles capacités, connectés à des débits plus faibles que l’ADSL ou la fibre. Ainsi, la rivalité se reporte sur le marché des smartphones et des tablettes, trusté par 3 des grands acteurs économiques du web : Google, Apple et Microsoft. Et les stratégies économiques mises en vigueur rappellent les grandes heures de la guerre des navigateurs, où l’on accusait déjà Microsoft de vouloir interdire le choix du navigateur aux utilisateurs des appareils sous Windows. Ce marché intéresse également d’autres géants du Web 2, entre autre Facebook et Amazon qui lorgnent du côté des plates-formes mobiles pour récupérer des part de marché. La guerre part pour un troisième épisode, et la télévision qui s’en mêle…

Les trois modèles économiques de la navigation

Quels sont les véritables enjeux des navigateurs ? Pourquoi déchaînent-ils de telles passions commerciales ? Pourquoi cette farouche concurrence lorsque tous sont gratuits et téléchargeables gratuitement ou pré-installés sur les machines ?

Aux premiers temps du web, navigateur et machine sont liés. L’avènement d’Internet Explorer et l’installation par défaut sur chacune de ses machines, permet à Microsoft de garder la main sur le marché des ordinateurs.
Par la suite, il s’agit pour les navigateurs de récupérer la manne financière distribuée par les moteurs de recherche, auxquels le navigateur amène une audience. Cette audience est monétisée avec de la publicité contextuelle qui rémunère le moteur de recherche et, par affiliation, le navigateur. Par exemple, l’accord passé entre Firefox et Google pour que celui-ci en soit son moteur de recherche par défaut représente plus de 80% des revenus de la fondation Mozilla (cf. p18 du rapport du rapport financier 2010 de la fondation ).

Mais aujourd’hui, l’enjeu se situe surtout dans le contrôle du web, tant techniquement que dans les usages. Aujourd’hui, posséder un navigateur puissant c’est maîtriser toutes les techniques de pointe du web mais c’est aussi, et surtout, cueillir l’internaute dès sa connexion. Pour répondre aux nouveaux usages du Web, les navigateurs proposent aujourd’hui toute une suite de services logiciels en ligne, d’applications, comprenant la gestion des mails, des contacts, des agendas, un espace de stockage dans le “nuage”, etc. La concurrence se joue dans le développement des navigateurs mobiles et multi-supports. Il s’agit principalement de développer des suites servicielles dont l’enjeu majeur est la récupération des données.

Car il ne faut pas s’y tromper : le nouvel eldorado du web, c’est la collecte des Big Data.

 par Sandrine Desmurs et Guillaume Rouvière


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *