Spatialité des milieux fictifs

Ce billet a été rédigé par Ariane Faraldi et Fanny Levade.

Lors du THATCamp 2014 organisé à l’ENS de Lyon, Thierry Joliveau, géographe de l’Université Jean Monnet à Saint Etienne et directeur du CRENAM (Centre de recherche sur l’environnement et l’aménagement) était convié pour présenter la conférence introductive intitulée « Autour des spatialités numériques ».

Un des sujets majeurs de son intervention, était l’écriture de l’espace et la place de l’espace dans l’écriture. A cette occasion, il s’est plus particulièrement penché sur les problématiques liées à l’espace dans la fiction – sous toutes ses formes (littérature, peinture, cinéma…). C’est dans ce cadre qu’il a introduit une notion importante pour la recherche en géographie, celle de geoparsing. Cette dernière a pris de l’ampleur ces dernières années, grâce au développement du numérique. Il s’agit d’un processus d’annotation spatiale automatique, permettant de relever les localisations d’un espace défini.

Les espaces fictionnels

Plus précisément, il a abordé un geoparsing particulier, celui des milieux fictifs. Ce dernier consiste à localiser, et spatialiser les lieux propres à des univers fictionnels, et à tenter de les remettre en situation dans notre propre réalité. Le but est de chercher les espaces de référence dans les œuvres.

Imaginez pouvoir en quelques minutes relever les lieux évoqués par Chactas dans Atala, et pouvoir les superposer et comparer à la géographie des Etats-Unis aujourd’hui ! Cela nous renseignerait non seulement sur l’œuvre littéraire, mais également sur l’évolution géographique du territoire nord-américain, ou du moins sur sa perception au début du XIXe siècle.

Thierry Joliveau, L’étonnant secret cartographique de la Joconde sur (e)space & fiction

Un autre exemple de milieu fictionnel où le goparsing serait adapté pour une étude d’œuvre, mais surtout de lieu est L’ombre du vent de Carlos Ruiz Zafon. Dans cette œuvre de longues lignes sont consacrées à la description sur la ville de Barcelone des années 1940. Par ailleurs, elle a par la suite donné naissance à un nouveau livre, mais cette fois sous forme de guide touristique. Les lecteurs peuvent se promener dans les lieux du roman et totalement s’immerger dans l’univers créé par l’auteur.

Thierry Joliveau a ainsi montré que le geoparsing pouvait toucher de nombreuses disciplines, diverses et variées. On peut ainsi utiliser le geoparsing dans le cadre du cinéma par exemple, en s’appuyant sur les sous-titres.

Des chercheurs en histoire de l’art et en géographie s’étaient déjà interrogés à ce sujet, avec le paysage de La Joconde de Leonard De Vinci par exemple. Thierry Joliveau a d’ailleurs écrit un article dans le blog (e)space & fiction spécialisé sur le sujet de la conférence.

Le numérique a permis la mise en place de la géomatique. Derrière ce terme, se cachent tous les outils et méthodes destinés à collecter, traiter et diffuser des données géographiques, à l’exemple des SIG (système informatique géographique, type QGIS ou MapInfo). Cette notion est utilisée depuis une trentaine d’années mais, Thierry Joliveau a mis en avant le fait que lorsque l’on s’intéressait aux espaces imaginaires, elle posait des problèmes de définition et de règles qui lui étaient propres et devaient être soulevées au préalable.

Réalité ou fiction

L’étude des lieux dans la réalité (que cela soit en histoire ou géographie) n’est pas influencée par l’imagination de l’auteur ou du réalisateur. Les lieux existent ou ont existé, alors que dans les fictions nous nous faisons face à des problèmes inédits, liés à l’irréalité des objets étudiés et à leur caractère imaginaire. Malgré le fait qu’ils puissent être basés sur des lieux réels, la créativité de l’auteur peut modifier la réalité pour se l’approprier, ou la rendre vraisemblable par rapport à l’action décrite. Le Paris de Rastignac n’est donc pas celui de Frédéric Moreau, et ne correspond pas à la topographie parisienne de la première moitié du 19e siècle. De nombreux travaux ont été consacrés à la place de la géographie dans la littérature (inscrire dans l’espace ou représenter les lieux présents dans la littérature), et ce depuis plusieurs années notamment en Suisse.

Comment le chercheur doit s’y prendre lorsqu’il a affaire à un lieu qui n’est pas localisé, parce que irréel ou obsolète ? Il peut utiliser le geoparsing, mais de façon limitée, les ordinateurs n’ayant pas aujourd’hui la capacité de faire la différence entre les toponymes réels et les toponymes imaginaires.

Les limites du geoparsing

Le geoparsing présente un intérêt significatif dans de nombreux champs des sciences humaines, comme la littérature, l’anthropologie, le cinéma ou encore l’histoire. Il permet de relever des lieux et de les recontextualiser, même dans des milieux fictifs. Toutefois, il se heurte dans ce cadre à des problématiques particulières. Comment, en effet, faire comprendre à un ordinateur que toute la géographie de la Terre du Milieu de Tolkien, pourtant si bien agencée, n’est pas réel ? Mais que, par ailleurs, on veut l’étudier pour la comparer à celle de notre monde réel pour y déceler les lieux d’inspiration de l’auteur ? On peut ainsi avoir des doutes sur la place que doit occuper le geoparsing dans ce type d’étude. Il reste cependant un très bel exemple des possibilités offertes par le numérique dans le domaines des recherches en Sciences Humaines.

Middle Earth


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *