Quelques leçons du Mooc #archinfo 2015 (1. Online Course)

Le Mooc Architecture de l’information vient de se terminer, il est trop tôt pour en faire une analyse approfondie qui s’appuiera sur les enquêtes menées et l’étude des activités, mais il est possible de donner un retour rapide sur quelques chiffres et quelques réflexions. Dans ce premier billet, je me concentrerai sur la lecture d’un tableau présentant la progression de l’activité ordinaire des apprenants, c’est-à-dire la réalisation des quiz proposés dans les séquences. Ce seul tableau remet en cause quelques idées reçues sur le Moocs.

Un deuxième billet interroge l’interaction entre apprenants et la façon de la capitaliser.

Dans un troisième billet nous revenons sur une des originalités du Mooc archinfo : la réalisation par les apprenants d’un livret d’architecte de l’information et la coopération entre pairs qui l’a accompagnée.

On pourra aussi lire des impressions d’apprenants (ici et ) qui donnent une vue d’ensemble du processus.

Mooc Archinfo 2014 StatsLes deux grandes colonnes de gauche présentent le nombre d’inscrits au Mooc : le nombre cumulé, c’est-à-dire comprenant aussi ceux qui se sont inscrits puis désinscrits au cours de la période, et le nombre final d’inscrits effectifs à la fermeture du Mooc.

Les douze colonnes suivantes présentent le nombre d’apprenants ayant successivement réalisé le premier, puis le dernier quiz de chaque semaine (six semaines). La dernière colonne signale le nombre d’attestations de suivi délivrées par la plateforme FUN.

La lecture de ce tableau montre qu’il est erroné d’affirmer comme on le lit souvent que 80% ou 90% des apprenants d’un Mooc abandonnent en cours de route. Il crève les yeux qu’il y a un gap énorme entre ceux qui s’inscrivent et ceux qui s’engagent dans le processus d’apprentissage.

Pour notre Mooc, pratiquement 4000 inscrits, soit les deux tiers, n’ont pas participé directement à l’apprentissage proposé. On ne peut considérer qu’ils ont abandonné, plus vraisemblablement ils se sont inscrits pour pouvoir naviguer dans les ressources du Mooc, comme on navigue sur le web, avec des intérêts et des curiosités divers. S’ils ont fait l’effort de s’inscrire, c’est que la thématique les intéressaient. Certains ont sans doute récupéré des ressources, d’autres ont picoré, ça et là, d’autres ont survolé, certains peut-être n’ont même pas eu le temps d’y faire un tour. Il ne s’agit pas à proprement parler d’apprenants, mais d’internautes. C’est très bien ainsi, à condition de ne pas ensuite les intégrer dans une analyse sur l’apprentissage.

Un peu plus de 2000 ont démarré l’apprentissage et 800 sont allés jusqu’au bout, c’est-à-dire au dernier quiz. La courbe est intéressante à observer. On constate d’abord une chute de 1000 apprenants, à peu près régulière jusqu’à la fin de la troisième semaine. Puis une stabilité relative sur les trois dernières semaines. On voit ainsi que certains apprenants, un peu plus de la moitié, n’ont pu suivre le processus jusqu’au bout, parce qu’ils se sont fatigués, lassés ou que leur temps était compté. On constate aussi que, passé un certain seuil, les apprenants se sont accrochés. Sans doute s’agissait-il des plus motivés, mais il fallait aussi rentabiliser l’effort déjà fourni dans les premières semaines en profitant de l’ensemble des activités proposées dans les suivantes.

C’est un résultat remarquable quand on sait que la très grande majorité des apprenants ont une activité professionnelle. Il faut le comparer avec l’assiduité dans d’autres enseignements de masse, par exemple les premières années de faculté qui s’adressent elles à des étudiants dont les emplois du temps sont moins contraints. Qui a la meilleure performance pédagogique ?

 


Vous aimerez aussi...

15 réponses

  1. pandini dit :

    Bonjour, pour ma part, j’ai réussi à suivre tant bien que mal le rythme des cours et des quizz, mais pas du livret, hélas. Mais 1) j’ai téléchargé l’ensemble des cours après avoir terminé le dernier cours, et 2) j’ai surtout revisionné tous les cours et pris des notes dès que j’ai eu du temps libre. J’aurai souhaité pouvoir refaire les quizz…Je compte réinvestir ces connaissances tant dans la sphère privée que professionnelle.
    J’ai apprécié de pouvoir consulter les vidéos après la fermeture du cours. Merci donc!

  2. Joe dit :

    Personnellement, mon rythme d’apprentissage a été perturbé par les ponts du mois de mai et des événements personnels. Il a fallu que je rattrape les semaines en retard. j’ai pu le faire sur les quizz mais pas sur le livret qui demandait beaucoup de travail.

  3. Mottu dit :

    Bonjour,

    Ne pas finir dans les temps ne signifie pas non plus toujours abandonner. Les inscrits en activité professionnelle peuvent, comme c’est mon cas, étaler les cours et continuer à les suivre(et faire les quizz dans un but d’autoévaluation)une fois archivés.
    Avez-vous moyen de savoir qui continue à fréquenter le cours après sa fin officielle ?

    • Jean-Michel Salaün dit :

      Il n’est bien sûr pas possible de tracer l’activité de quiconque sur le Mooc. Il serait possible de mesurer le nombre de visionnement des vidéos après la fermeture, ce serait une information supplémentaire.

      Votre cas montre qu’il y encore plus d’apprenants engagés dans l’apprentissage que la lecture superficielle des statistiques que j’ai faite. Et conforte un peu plus la conclusion.

  4. Boisserie dit :

    Par curiosité, savez-vous combien d’apprenants parmi les 800 qui sont allés au bout ont également produit un livret?
    Pour ma part, cette activité m’a demandé beaucoup trop de temps pour pouvoir la mener à bien.
    Merci pour votre réponse et pour votre MOOC.
    Philippe

    • Jean-Michel Salaün dit :

      95 apprenants ont poursuivi le processus jusqu’au bout de révision et évaluation par les pairs des livrets. 1200 livrets ont été ouverts. Nous n’avons pas encore analysé combien de livrets ont été actifs de façon significative. A vue de nez, je dirais bien 500.

      • richertc dit :

        95 apprenants ont poursuivi la révision et évaluation mais combine recevront l’attestation concernant le livret ? J’ai pour ma part suivi tous les quizz et réalisé l’étape livret jusqu’à son terme mais il me manque le retour des statistiques en ce qui concerne les notes des livrets (le mieux noté, le moins bien, la valeur pour recevoir l’attestation…..) ; une fin qui me laisse un petit gout d’inachevé par rapport à la collaboration de fin (peut être est ce la nostalgie de fin après 6 semaines intenses) mais une petite communication sur ce processus final serait bien venue.

  5. celano dit :

    Je trouve très intéressante cette analyse. Personnellement, j’ai atteint l’objectif que je m’étais fixé: suivre le Mooc jusqu’au bout du quizz. Pour ce qui est du livret, il ne faisait pas partie de mon objectif.

    Cette analyse me fait penser à la notion de lecture soulevée par Pierre Bayard, « Comment parler des livres que l’on n’a pas lus ». Il redéfinit la notion de non-lecture de façon très intéressante, et je trouve que l’on pourrait redéfinir la notion de non-apprentissage également.

    Si les statistiques mettent en avant un taux élevé d’abandon, il n’en demeure pas moins que ceux qui ont picoré dans le Mooc ont appris des choses qui leur serviront certainement dans leur projet professionnel. Mais comment l’évaluer? Je n’ai pas acheté le dernier livre de Houellebeck, je n’ai d’ailleurs jamais lu cet auteur. Entre ce que j’ai picoré dans ma librairie, à la bibliothèque et dans la presse, je me fais une idée très précise de son oeuvre. Mais comment voulez-vous l’évaluer?

    Le Mooc et l’enseignement traditionnel permettent selon moi de renforcer la qualité de l’enseignement. Ce sont deux milieux complémentaires et non concurents. Et le Mooc enlèvera beaucoup de fatigue à un enseignement classique très rigide qui ne peut pas tout assurer quand bien même il aimerait avoir l’exclusivité…

    • A. Seguin dit :

      Je suis tout à fait d’accord, ces 2 enseignements peuvent être complémentaires. Mes remarques ne portaient que sur la comparaison entre abandon à la fac et abandon au MOOC;
      J’ai énormément apprécié la 1ère partie de ce mooc (j’ai aussi travaillé les exercices sur le livret). Les cours sont parfaitement clairs (y compris l’initiation aux bases de données!), très accessibles (sans être une vulgarisation) et donnent envie d’aller plus loin.

  6. Jean-Michel Salaün dit :

    Bien entendu, ma question conclusive est une provocation qui s’adresse principalement à mes collègues universitaires prompts à défendre l’enseignement traditionnel face à des Moocs dont la performance d’apprentissage serait très faible. Il ne faut pas prendre la comparaison au pied de la lettre.

    Néanmoins votre comparaison avec le Cnam n’est pas non plus convaincante. Il s’agit là d’une troisième année de licence qui s’adresse à des étudiants particulièrement motivés.

    Le Mooc Archinfo, tel qu’il a été dispensé, relèverait plutôt d’une UE de première année de licence accessible sans sélection. Et là, il n’est pas sûr que la comparaison des taux de réussite soit en faveur de l’université traditionnelle.

  7. A. Seguin dit :

    Je ne suis pas d’accord avec votre conclusion. On ne peut pas, à mon avis, comparer la participation à un mooc avec une inscription en licence.
    Les profils des apprenants sont différents : dans ce mooc se sont inscrits de nombreux professionnels (documentalistes ou informaticiens) voire des consultants, à la faculté s’inscrivent des étudiants qui à la sortie du bac ne sont pas toujours fixés sur leur orientation professionnelle. Quelle est la part de vrais non-initiés qui ont terminé ce mooc.
    La quantité de travail : dans ce mooc un quizz « de mémoire » après l’écoute d’une vidéo de 20 mn, n’est pas comparable au travail demandé à la faculté ;
    Les connaissances acquises : ce mooc n’est qu’une initiation pour aller plus loin, la séquence sur les bases de données par exemple correspond à une unité d’enseignement de 6 mois dans une licence enseignée au Cnam.

    • Claubert dit :

      Bonjour Jean-Michel

      Je fais partie de 800 élevés qui ont allés jusqu’au dernier quiz, avec un taux de participation supérieur à 75 %. Maintenant que je vois les statistiques, une corrélation importante me vient à l’esprit. Vous dites qu’on constate une chute de 1000 apprenants, à peu près régulière jusqu’à la fin de la troisième semaine. Et bien, j’avais écrit dans mon évaluation en ligne que les sujets des semaines 4, 5 et 6 étaient bien plus complexes et longues que les autres. Pour ces semaines en question, c’est comme si chaque intervenant, au moment de préparer sa séquence, n’avait pas pris en compte son binôme et que, finalement, chacun méritait une semaine individuellement. Serait-il un motive pour la chute des apprenants ?

      • Jean-Michel Salaün dit :

        La chute est plus importante sur les trois premières semaines que sur les trois dernières. Il ne semble donc pas que la complexité que vous avez ressentie se reflète dans les chiffres de participation aux quiz.

  1. 04/07/2015

    […] Sourced through Scoop.it from: archinfo01.hypotheses.org […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *