Quelques leçons sur le rythme de travail dans un MOOC (#Archinfo Saison 2)

J’ai déjà eu l’occasion dans le bilan de la saison 1 du MOOC #archinfo de montrer combien le discours commun sur la fréquentation des MOOC était absurde. D’un côté les « promoteurs » des MOOC mettent en avant le « massif » en insistant sur les chiffres d’inscriptions qui se comptent en milliers, parfois en dizaines de milliers. De l’autre, les « pourfendeurs » ramènent ces chiffres en pourcentage d’apprenants finissant la formation, parlant d’échec en prétendant que les taux de réussites oscilleraient entre 10 et 20%. Absurdes et surtout trompeurs, ces deux discours opposés masquent une réalité beaucoup plus passionnante que celle qu’ils prétendent présenter ou dénoncer.

Chaque Mooc est sans doute un cas particulier, mais les chiffres de la saison 2 du MOOC #archinfo, confirment les leçons de la saison 1. Fort de l’expérience, nous avons pu les affiner, approfondissant quelques informations sur les rythmes des apprenants. Et c’est bigrement intéressant.

—————–

Maj du 16-03-2016

La comparaison sur les deux saisons de l’évolution de l’activité des apprenants est aussi instructive. Si les chiffres de départ (nombre d’inscrits, réalisation du premier quiz) sont en nette baisse, les chiffres d’arrivée ont tendance à se rejoindre (réalisation du dernier quiz, précisément 749 contre 614). Les apprenants que nous avons “perdus” n’étaient pas les plus assidus.Mooc Archinfo 1-2

 

————————-

Implication des apprenants

On trouvera ci-dessous l’équivalent du graphique présenté dans le bilan de la saison 1, mais avec une précision importante supplémentaire : les chiffres ont été récoltés chaque semaine. Les séries de colonnes de différentes couleurs présentent le nombre cumulé d’apprenant, chaque couleur correspondant à une semaine.

La série tout à gauche mesure les inscriptions au MOOC. Il s’agit des inscriptions réelles, c’est-à-dire des inscrits effectifs au moment de la collecte (les désinscriptions ayant été défalquées). L’ensemble des séries ensuite présente le nombre d’apprenants ayant réalisé le premier, puis le dernier quiz de chaque séquence.

Mooc #Archinfo 2016 BilanJe ne reviens pas sur les leçons de l’année dernière concernant le gap entre les inscrits et ceux qui s’investissent dans le Mooc. Il est confirmé dans la saison 2 par ce nouveau graphique que les apprenants doivent se compter à partir de ceux qui s’investissent dans le MOOC, c’est-à-dire qui réalisent le premier quiz. A partir de là nous avons une courbe classique et raisonnable de maintien de l’assiduité des apprenants. Concentrons-nous plutôt sur l’évolution selon les semaines.

L’évolution du nombre d’inscrits montre que l’attractivité a été continue durant toute l’activité du MOOC. Elle a été seulement freinée par la fin de l’ouverture des inscriptions et l’on peut repérer ensuite les quelques désinscriptions. A l’évidence, nous n’avons pas fait le plein des intéressés potentiels et on peut se demander, si l’on avait laissé les possibilités d’inscriptions ouvertes, au bout de combien de semaines la courbe aurait fléchi.

L’évolution de l’activité des quiz, semaine après semaine, est aussi pleine d’enseignements. Corollairement au nombre d’inscrits, le nombre d’apprenants réalisant les quiz ne fléchit que peu semaine après semaine. La même question que précédemment se pose alors. Combien de temps faut-il laisser ouvert un MOOC pour qu’il soit profitable à tous les intéressés ?

Pour y voir un peu plus clair, j’ai fait un autre graphique.

Les rythmes de l’apprentissage

Toujours avec les quiz comme point de repère, prenons maintenant une autre mesure temporelle : la semaine. La courbe bleue ci-dessous représente le nombre d’apprenants ayant réalisé un quiz la première semaine de sa mise en ligne (le chiffre correspond à la colonne la plus à gauche pour chaque quiz dans le schéma précédent). La courbe rouge est d’une autre nature : il s’agit chaque fois du nombre d’apprenants ayant réalisé le quiz pour la seule avant-dernière semaine du MOOC, c’est-à-dire la première semaine sans ressource publiée (soit la différence entre les colonnes vertes et roses du schéma précédent pour chaque quiz).

MOOc #Archinfo 2016Que constate-t-on ?

La courbe bleu se sépare en deux parties égales, mais très contrastées. Les trois premières premières semaines de quiz ont vu à peu près la moitié des apprenants perdre le rythme de la publication des ressources du MOOC. Cela ne signifie pas nécessairement qu’ils ont abandonné, mais qu’ils n’ont pas réussi à tenir la cadence hebdomadaire des quiz. Les trois premières semaines suivantes montrent à l’inverse une grande stabilité, entre 200 et 250 apprenants tentant régulièrement les quiz dès la semaine de leur mise en ligne, avec même chaque fois un sursaut sur le premier quiz, montrant une attente de la publication nouvelle.

La courbe rouge, quant à elle, montre une progression lente, mais continue qui s’explique par l’effet cumulatif. A cette période (avant-dernière semaine), il y a déjà plus de six semaines que les quiz de la semaine 1 ont été publiés, alors que ceux de la semaine 6 ne sont là que depuis une semaine. Il est naturel que les premiers, ayant déjà fait en partie le plein, attirent moins. Néanmoins, quinze jours avant la fermeture du MOOC, ils sont encore réalisés par 75 apprenants. A l’autre bout, on constate que les derniers quiz ont encore un succès relatif pour leur seconde semaine puisqu’ils ont été réalisés par le double d’apprenants. Le rythme de réalisation des quiz ne faiblit donc pas.

Qu’en déduire ?

La cohorte des apprenants ayant terminé le MOOC se divise par son rythme de travail en deux catégories qui, pour cette saison de ce MOOC particulier, ont réuni environ le même nombre d’apprenants : une catégorie d’assidus pour laquelle le rythme hebdomadaire était approprié ; une catégorie d’intéressés, mais qui préfère, sans doute pour des raisons diverses contraintes ou choisies, avancer à son propre rythme.

La conclusion coule de source. Autant il est nécessaire de maintenir un rythme régulier de publication du cours pour les uns, autant il faut laisser des plages de respiration, par exemple au milieu du cours ou encore à la fin, beaucoup plus longues que celles que nous avions envisagées pour permettre aux autres d’aller jusqu’au bout du MOOC. Il est vraisemblable que si nous avions retardé la fermeture du MOOC, nous aurions sensiblement augmenté le nombre de réussites finales.

Tout milite donc pour un allongement des ouvertures, aussi bien pour les inscriptions que pour les quiz… et je n’ai même pas ici abordé la cadence 2 proposée avec la réalisation des livrets.

Quoiqu’il en soit, maintenir l’intérêt et l’attention régulière de près de 250 apprenants, sans aucune contrainte particulière et sur un sujet pointu pendant six semaines est une performance dont bien des pédagogues pourraient rêver, de même qu’offrir à 250 autres d’apprendre à leur rythme. Ce MOOC comme ses homologues propose un rapport à l’apprentissage inédit qui n’est pris en charge actuellement ni par les universités, ni par les organismes de formation continue et qui pourtant correspond à une demande sociale évidente.

Une dernière chose : cette seconde saison a été réalisée sans un seul changement des vidéos présentées. Seuls ont été actualisés les bibliographies et le contenu des quiz et des exercices. Une fois cette actualisation faite par les professeurs, le gros du travail a consisté en un nettoyage des textes et surtout en l’animation et l’organisation du forum ainsi que, bien sûr, pour la cadence 2 le suivi de BookType et la correction de ses insuffisances. Un grand merci à Aurely Jautard et Pierre Benech pour cela !

Globalement, ce succès a été obtenu à un coût financier très réduit.

Nous sommes bien loin du débat absurde sur l’audience des MOOC rappelé en introduction, mais plus forts d’une meilleure connaissance de la situation réelle.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Anne dit :

    Bonjour,

    Je crois que votre remarque résume très bien la problématique à laquelle vous et nous sommes confrontés dans l’organisation et le suivi des cours : « Autant il est nécessaire de maintenir un rythme régulier de publication du cours pour les uns, autant il faut laisser des plages de respiration, par exemple au milieu du cours ou encore à la fin, beaucoup plus longues que celles que nous avions envisagées pour permettre aux autres d’aller jusqu’au bout du MOOC ».
    Lorsque l’on suit les cours en plus d’un travail à temps plein (et d’une vie familiale bien remplie) , il est souvent difficile d’avancer au même rythme (hebdomadaire) que les cours. C’est alors au dernier moment que l’on se plonge à fond dans le MOOC qu’il serait dommage de ne pas terminer.
    Je remercie de nouveau tous les professeurs pour la qualité de leurs cours.

  1. 14/03/2016

    […] confirme une partie de mon point de vue sur les quiz dans son article bilan du MOOC ArchInfo (http://archinfo01.hypotheses.org/1981). Il démontre l’aspect indicateur et point de repère pour la mesure du rythme de travail […]

  2. 23/03/2016

    […]   […]

  3. 28/09/2016

    […] J’ai déjà montré l’absurdité des débats sur les réussites dans les MOOC dans un précédent billet. On peut clarifier le propos en distinguant quatre fonctions […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *